Posts Tagged ‘input’

h1

Protégé : Avez-vous pensé à lire votre log de manière automatique

septembre 12, 2010

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités
h1

Créer une variable numérique à partir d’une variable caractère (fonctin INPUT avec point d’interrogation)

octobre 17, 2009

Ce sujet a été réécrit sur programmeur-pro.com. Consultez la section 4 intitulée « La question » de l’article « Convertir une variable caractère en numérique et inversement« .

Vous avez des nombres et du texte sauvegardés dans une variable caractère dans une table sAS et vous voulez sauvegarder les données numériques dans une variable numérique sans avoir dans la log une indication d’erreur (_ERROR_=1) pour les valeurs non compatibles. Comment adapter la fonction INPUT ?

1. Les données pour l’exemple

Pour l’exemple,  nous avons un dataset appelé CHAR avec une variable caractère, X_CHAR et 5 observations.

data char;
length x_char $10;
input x_char $ 1-10;
datalines;
-1.3
– 5
5.3.2
18.9
AB
;
run;

2. Le résultat attendu

Nous voudrons que la première et la quatrième observation soient converties en nombre. En effet,les trois autres valeurs ne sont pas convertibles.

  • La seconde observations est non valide à cause de l’espace séparant le signe moins et le nombre 5.
  • La troisième observation a plus d’un point
  • La dernière observation est un texte.

3. La version traditionnelle

La fonction INPUT permet de passer d’une variable caractère à une variable numérique. Elle est composée de deux paramètres : le nom de la variable caractère à convertir (ou une valeur entre guillemets) et l’informat qui permet d’interpréter les valeurs de la variable.

data char_num;
set char;
x_num=input(x_char,20.6);
run;

Malheureusement, SAS n’est pas totalement satisfait de cette action pour les valeurs ne répondant pas aux critères de l’informat.

input_withoutquestionmark

4. Une log propre grâce au point d’interrogation

Le double point d’interrogation précédent le nom de l’informat empêchera la log d’avoir la note. Bien sûr, cela n’a d’intérêt que si vous avez de bonnes raisons d’ignorer ce message d’erreur. Le cas contraire, vérifiez vos données.

data char_num;
set char;
x_num=input(x_char,??20.6);
run;

Note : si la fonction INPUT est utilisée dans l’option de data set WHERE, un WARNING apparaît.

data char_num ;
set char (where=(input(x_char,20.6)=18.9));
run;

input_warning

Ce warning ne peut être enlevé avec le point d’interrogation. Il crée même une erreur dans la log.

input_error

Lecture complémentaire

h1

Créer un data set à partir de données brutes (Line input)

septembre 25, 2008

Pour créer un data set SAS de but en blanc, il est possible de saisir des données manuellement ou de lire un fichier .TXT dans une étape DATA. Selon la structure des données 4 approches sont envisageables de manière distincte ou en combinaison. Lorsque chaque observation est séparée par des espaces, on parle de l’approche LINE INPUT. Cet article donne les rudiments de la syntaxe pour LINE INPUT.

1. Un premier exemple

Dans ce premier exemple, un data set nommé ONE est créé dans la bibliothèque WORK.

4 variables : Le data set ONE contient 4 variables, 3 numériques (NUM1-NUM3) et une texte (CHAR1). Les variables NUM1 et NUM apparaissent en premier. Elles sont suivies en troisième position de la variable CHAR1 et enfin de la variable NUM3. L’ordre d’affichage des variable est fonction de l’ordre dans lequel SAS rencontre la variable pour la première fois.

2 lignes d’observations : chacune des 4 variables contient deux observations.

Le symbole dollar : Dans ce premier exemple, on notera la présence d’un symbole dollar ($) après le nom de la variable texte CHAR1. Le symbole dollar permet donc de préciser que la variable qui le précède est une variable texte.

Datalines : Pour saisir les données dans l’étape data même, il faut commencer par ajouter une instruction DATALINES. Son ancien petit nom rencontré dans les documentations plus anciennes est CARD.

Important, le point-virgule : Il est important de noter qu’un point virgule terminant l’énumération des données se situe sur une ligne séparées des données.

data one;
input num1 num2 char1 $ num3;
datalines;
1 2 A 3
4 5 AA 6
;
run;

2. Ajouter des attributs

Dans ce second exemple, une variable texte (CHAR2) et une variable numérique (NUM4) sont ajoutées.

Préciser la longueur de la variable CHAR2 : Par défaut, les observations de plus de 8 caractères sont coupées. Ainsi United-Kingdom devient United-K.Lorsqu’une nouvelle variable texte est créée, il est important de préciser sa longueur.

A quel moment définir la longueur ? : Dans le cas présent, la longueur est à définir avant l’instruction INPUT. Sinon, SAS assignera une longueur de 8 par défaut et cette valeur ne pourra pas être changée. Cela veut dire que la variable CHAR2 sera la première variable rencontrée par SAS et qu’elle apparaîtra donc en premier dans le data set. Si vous voulez changer cet ordre, définissez explictement par exemple la longueur des autres variables. Pour plus de précisions pour changer  l’ordre d’affichage des variables, reportez-vous à l’article « Changer la séquence d’affichage des variables« .

Une instruction LENGTH : Pour définir une longueur de 20 octets représentant 20 caractères pour les données textes, l’instruction LENGTH est utilisée dans l’exemple. Comme il s’agit d’une variable caractère, il est important de le préciser en ajouter un symbole dollar avant le nombre 20.

data two;
length char2 $ 20;
input num1 num2 char1 $ char2 $ num3 num4;
informat num4 date9.;
format num4 date9.;
datalines;
1 2 A United-Kingdom 3 21MAR2009
4 5 AA France 6 31JAN2010
;
run;

Un informat pour interpréter les données à l’entrée dans un data set SAS : La variable NUM4 doit contenir des nombres représentant le nombre de jours écoulés depuis le 1er janvier 1960. Pour que SAS convertisse nos données, qui ont une structure de la forme JJMMMAAAA, on lui dit avec un INFORMAT.

La structure DATE9 : Dans notre cas, les 2 premier chiffres sont les jours, les 3 lettres qui suivent représentent les trois premières lettres du mois version anglaise et les 4 derniers chiffres sont l’année. Cette structure est appelée DATE9.

Un format pour interpréter les données d’un data set SAS : pour faciliter la lecture, il est possible d’afficher la date SAS (ce nombre « abstrait ») sous la structure DATE9. Pour cela, on applique un format à la variable NUM4. La valeur formatée apparaîtra par défaut dans un PROC PRINT.

3. Lire un fichier .TXT ou .DAT

Losque le nombre de données est important, il est préférable de stocker les données dans un fichier externe contenant des données brutes (.txt, .dat). Dans l’exemple qui suit, les données sont sauvegardées dans un fichier exemple_infile.txt.

L’instruction DATALINES n’est plus nécessaire à moins que vous souhaitiez ajouter des données à celles présentes dans le fichier externe.

Désigner le fichier dans un INFILE : L’instruction INFILE sert à désigner la source des données à lire. Dans cet exemple, le chemin complet d’accès au fichier est donné directement dans l’instruction INFILE entre guillemets.

data three;
infile ‘C:/sasref/exemple_infile.txt’;
length char2 $ 20;
input num1 num2 char1 $ char2 $ num3 num4;
informat num4 date9.;
format num4 date9.;
run;

Passer par un FILEREF : Il est aussi possible de donner un nom au chemin d’accès à ce fichier externe et de pointer ce fichier avec ce nom (FILEREF). Il faut alors ajouter une instruction FILENAME. En fin de programme, ce FILEREF est libéré pour une possible autre utilisation.

filename sasref ‘C:/sasref/exemple_infile.txt’;

data four;
infile sasref;
length char2 $ 20;
input num1 num2 char1 $ char2 $ num3 num4;
informat num4 date9.;
format num4 date9.;
run;

filename sasref clear;

h1

Un texte de 32 767 caractères passé au crible

septembre 1, 2008

La quantité d’espace alloué pour une observation dans un data set SAS peut aller jusqu’à 32 767 octets (byte en anglais). Pour m’amuser, j’ai voulu tester. Pour ce faire, j’ai procédé en trois étapes :

  • J’ai créé une variable de 32 767 caractères et j’ai imprimé sa seule valeur dans un fichier .TXT.
  • Puis, j’ai voulu voir comment se déroulait le passage de 32 767 caractères d’un fichier .TXT dans une seule observation d’un data set SAS.
  • Enfin, pour visualiser le tout, j’ai imprimé cette observation dans un fichier .RTF.

Note : La longueur (length) est le mot utilisé en SAS pour parler de la quantité d’espace alloué à une observation. Seules les variables de type caractères (character) peuvent avoir jusqu’à 32 767 octets. Les variables numériques en ont, en effet, 8 au maximum.  Un octet permet de stocker un caractère d’une variable texte. Pour plus de précisions sur l’octet, reportez-vous à l’article « 9 points autour de la notion d’octet« .

Note : La longueur allouée est identique pour toutes les observations d’une même variable. Si la longueur de la variable n’est pas explicitement donné, SAS utilise la longueur de la première observation. Avec un input file, seuls 8 octets sont attribués (SAS Online Doc. : SAS Variable Attributes »). 

data one;
   input x $;
   datalines;
ABC
ABCDEFGHIJKLMN
;
run;

data two;
   x=‘ABC’;
   output;
   x=‘ABCDEFGHIJKLMN’;
   output;
run;

data three;
x=‘ABCDEFGHIJKLMN’;
output;
x=‘ABC’;
output;
run;

Dans le premier exemple, la longueur sera de 8. La seconde observation sera donc coupée.

ABC
ABCDEFGH

Dans le second exemple, la longueur est définie par la première observation. Il s’agit donc d’une longueur de 3. La seconde observation est coupée et ne garde que les trois premiers caractères.

ABC
ABC

Dans le troisème exemple, la longueur est également définie par la première observation. Elle est donc cette fois de 14. Aucune des deux observations n’est coupée.

ABCDEFGHIJKLMN
ABCDEFGHIJKLMN

Cette valeur est changeable. Il s’agit de modifier l’attribut LENGTH d’une variable donnée dans un data step. La valeur est définie soit à l’instruction LENGTH, soit à l’instruction ATTRIB.

1. Imprimer 32 767 caractères dans un fichier .TXT

Dans l’exemple ci-dessous, un fichier .TXT est créé. Il contient 32 767 caractères venant d’une seule et même observation.

Une instruction LENGTH définissant le type et la longueur de la variable : Dans cet exemple, une variable TEST_VAR est créée. Il s’agit d’une variable caractère. Une longueur de 32 767 lui est assignée avec l’instruction LENGTH. Elle pourra donc contenir jusqu’à 32 767 octets par record.

Taper plus de 32 000 caractères, c’est long mais il y a la fonction REPEAT pour nous sauver : La valeur prise par le premier record de la variable TEST_VAR est donnée. J’ai choisi de répéter la lettre a 32 766 fois. Je dis bien 32 766 fois et non 32 765 fois car la fonction REPEAT ajoute à la valeur initiale ‘a’ 32 765 autres ‘a’, soit 32 765 + 1.

Ajouter un dernier caractère à notre valeur : A ces 32 766 lettres ‘a’, j’ai ajouté la lettre ‘b’ en faisant une concaténation grâce aux deux barres verticales. De cette manière, il sera possible de visualiser l’absence de coupure faite par SAS.

filename lgth_max ‘C:/sasref/lgth_max.txt’;
data _null_;
   file lgth_max;
   length test_var $ 32767;
   test_var=repeat(‘a’,32765)||‘b’;
   put test_var;
run;

filename lgth_max clear;

Ecrire le contenu de la variable dans un fichier externe : pour écrire les 32 767 caractères dans un fichier externe, SAS a besoin de trois instructions.

  • Ecrire du texte avec l’instruction PUT : L’instruction PUT est exécutée pour chaque observation de la variable TEST_VAR, c’est-à-dire une fois dans notre cas.
  • Diriger un texte vers une autre destination que la log avec l’instruction FILE : La valeur prise par la variable TEST_VAR est écrite dans un autre fichier. Cet autre fichier est désigné de manière indirecte dans l’instruction FILE. Je dis de manière indirecte car seul un nom figure dans l’instruction FILE, un nom désignant un fichier préalablement défini. On parle de FILEREF.
  • Caractériser un fichier de destination avec l’instruction FILENAME : Le FILEREF désignant la destination du texte à imprimer est défini dans l’instruction FILENAME. A la fin du programme, ce nom servant d’intermédiaire est supprimé pour pouvoir resservir et ainsi désigner un autre fichier ou chemin d’accès.

Pas besoin de créer un data set SAS ici : Dans le cas présent, nous avons besoin d’une étape DATA pour exécuter ce code mais nous n’avons pas besoin de créer un data set. Pour épargner la tâche de création d’un data set, le nom _NULL_ remplace le nom d’un data set.

2. Créer un data set SAS

Lire les données contenues dans un fichier externe : Une variable TEST_NEW est créée dans un data set nommé TEST_DS. Elle est de type caractère comme l’indique le symbole dollar ($) présent dans l’instruction INPUT.

Avant d’entrer une valeur dans cette variable, la longueur maximale autorisée est définie dans l’instruction LENGTH. Comme il s’agit d’une variable caractère, il faut ajouter le dollar.

Au lieu de saisir manuellement les valeurs dans le data step en introduisant le mot DATALINES, une instruction INFILE désigne le fichier où sont stockées les données.

data test_ds;
   infile ‘C:/sasref/lgth_max.txt’;
   length test_new $ 32767;
   input test_new $;
run;

Vérifier la valeur prise par l’attribut LENGTH de la variable TEST_NEW :  La procédure PROC CONTENTS donnera un aperçu des caractéristiques des variables du data set TEST. Bref, cette procédure donnera accès aux méta données (metadata ou données sur les données). Cela comprend la longueur allouée à la variable TEST_NEW et le type de la variable (caractère dans ce cas précis).

proc contents data=test_ds;
run;

3. Visualiser le data set dans un fichier .RTF

Seuls les 128 premiers caractères sont imprimables dans la fenêtre OUTPUT. Par contre, vous pouvez envisager d’autres destinations comme un fichier .RTF. Dans l’exemple, on joue avec les instructions ODS (Output Delivery System).

  • D’une part, la redirection vers la fenêtre output est stoppée le temps de l’impression, via les instructions ODS LISTING.
  • D’autre part, les 32 767 caractères sont envoyés dans un fichier .RTF grâce aux instructions ODS RTF.

ods listing close;
ods rtf file=‘C:/sasref/lgth_max.rtf’;
proc print data=test_ds;
run;
ods rtf close;
ods listing;

Pours les curieux : Changez la longueur pour 32 768 et expérimentez en direct les limites de SAS.

h1

Créer une date SAS de 3 manières

avril 28, 2008

Cet article a été réécrit. Il est disponible sur programmeur-pro.com

 

Le langage SAS utilise sa propre échelle de temps. Dans un premier temps, je vous rappèle comment est définie une date, une heure et une combinaison de l’heure et du jour. Puis, je vous propose trois alternatives pour convertir ou créer ces valeurs.

1. Rappel sur la notion de date SAS et datetime SAS

Date : Une date SAS est un nombre entier égal au nombre de jours écoulés depuis le 1er janvier 1960. Les dates avant 1960 sont donc négatives. Le 1er janvier 1960 est égal à zéro. Ainsi la différence entre deux dates SAS est un nombre de jours.

Time : Un time SAS est un nombre représentant le nombre de secondes écoulées depuis minuit. Il varie entre 0 et 86400 (60 secondes * 60 minutes *24 heures). La différence entre deux times SAS est un nombre de secondes.

Datetime : Un datetime SAS est un nombre représentant le nombre de secondes écoulées depuis le 1er janvier 1960. Ce nombre aura une valeur décimale si on utilise des dixièmes de secondes. Mais ceci est rare. La différence entre deux datetimes SAS est donc un nombre de secondes.

Avantages : Ces nombres facilitent les calculs sur le temps écoulé. De plus, les fonctions de temps SAS ont besoin de ces valeurs. Ainsi la fonction MONTH extrait le mois d’une date SAS (SAS Online Doc. : Liste des fonctions DATE).

Inconvénient et parade : pour lire ces dates/time/datetime, on préfère les voir en langage humain. Soit un format est appliqué sur la valeur numérique, soit une variable caractère est créée avec une fonction PUT et le nom du format. Ce sujet ne sera pas détaillé dans cet article.

SAS Online Doc : About SAS Date, Time and Datetime Values

2. Les fonctions MDY et DHMS

Créer une date avec la fonction MDY : La fonction MDY crée une date SAS. Elle a besoin de trois informations : le mois, le jour et l’année. Aux Etats-Unis, le mois apparaît en premier dans la date, suivi du jour et enfin du mois. Les trois paramètres de cette fonction sont donc des valeurs numériques. Le langage SAS ayant été créé aux Etats-Unis, l’ordre des paramètres de la fonction MDY est le même. Le nom de la fonction est lui-même parlant : M pour month, D pour day et Y pour year.

visit_dt = mdy(visit_m,visit_d,visit_y);

Créer un time avec la fonction HMS : la fonction HMS retourne un time SAS. Elle est composée de l’heure, des minutes et des secondes.

visit_hour = hms(vist_hr,visit_min,visit_sec);

Créer un datetime avec la fonction DHMS : Créer une datetime avec la fonction DHMS : la fonction DHMS créer une datetime SAS. Elle a 4 paramètres : la date SAS, l’heure, les minutes et les secondes.

visit_time = dhms(visit_dt, vist_hr,visit_min,visit_sec);

3. Lire un texte et le convertir en date/time/datetime

On peut lire une valeur texte et demander à SAS de l’interpréter comme une date. Il faut alors que ce texte suivre une des structures répertoriées par SAS. On parle d’informat. En voici la liste complète : SAS Online Doc., Informats by Category. La fonction INPUT est alors utilisée. Le premier paramètre est soit une valeur texte entre guillemets, soit une variable texte.

DATE informat : Une des notations les plus utilisées pour lire des dates est le jour suivi des trois premières lettres du mois en anglais et enfin de l’année exprimée avec 4 chiffres. La longueur totale étant de 9 caractères, l’informat s’appelle date9. DATE. a pour valeur par défaut 7. Cela impose une année à 2 chiffres.

jour = input(’25NOV1952′,date9.);

nov_dt = input(’25NOV52′,date7.); *attention à l’option globale YEARCUTOFF qui décidera s’il s’agit de 1952 ou 2052 par exemple (voir la note plus bas);

TIME informat : L’informat TIME. a pour longueur par défaut 8. Donc TIME. et TIME8. sont identiques.

heure = input(’08:15:00′,time.);

DATETIME informat : L’informat DATETIME. a pour longueur par défaut 18. Ainsi DATETIME. et DATETIME18. sont identiques.

jour_heure = input(’25NOV1952:08:15:10′,datetime.);

Note sur l’option YEARCUTOFF :

a. Identifier la valeur actuelle de YEARCUTOFF : pour savoir quelle est l’année de YEARCUTOFF, consultez la log après avoir soumis le code suivant :

proc options;
run;

b. Changer le yearcutoff : pour alterner cette valeur, utilisez l’instruction globale OPTIONS et le mot-clé YEARCUTOFF.

options yearcutoff=1950;

c. Interprétation : avec une YEARCUTOFF de 1920,

  • une année inférieure à 20 sera interprétée comme égale à une année 2000 :  20xx.
  • Une année supérieure ou égale à 1920 sera interprétée comme une année 1900 : 19xx

4. Ecrire manuellement quelques valeurs date/time/datetime

Une manière rapide de créer une date SAS si, et seulement si, on a très peu de valeurs à entrer est de faire suivre la valeur texte de d, t ou dt selon qu’il s’agisse d’une date, d’un time ou d’un datetime.

x = ‘ 25NOV1952’d;

x = ’08:15:00’t;

x = ’25NOV1952:08:15:10’dt;

SAS Online Doc. : SAS Constants in Expressions

h1

Convertir une variable caractère en numérique et inversement

avril 21, 2008

Cet article est maintenant réécrit. Vous le retrouvez sur www.programmeur-pro.com.

Passer d’une variable numérique à une variable caractère ou inversement est fréquent en langage de programmation SAS. Les fonctions INPUT et PUT permettent de changer ainsi le type de la variable. Dans un premier temps, je vous propose deux exemples pour illustrer les deux situations. Dans un second temps, on verra deux emplois supplémentaires de la fonction PUT : ajouter des zéros avant et après le nombre, et passer d’une valeur caractère à une autre valeur caractère.

Exemples d’application : dans la vie courante, il est fréquent de créer une variable texte à partir de plusieurs autres. Dans le lot, il y a souvent une variable numérique. Celle-ci doit être convertie en texte avant la concaténation. A l’inverse, on peut vouloir extraire le chiffre d’une chaîne de caractère et le sauvegarder dans une variable numérique.

Note : Dans un data step, on est obligé de créer de donner un nom différent à la variable d’origine et à la nouvelle variable. Il est alors courant de renommer au préalable la variable d’origine pour pouvoir utiliser son nom pour la nouvelle variable. Ensuite, la variable d’origine est supprimée. Dans une procédure SQL, le même nom peut être utilisé.

1. Du caractère au numérique et inversement

La fonction INPUT est composée de deux paramètres : la variable texte ou directement la chaîne de caractère d’un côté, l’informat de l’autre.

Du caractère au numérique : ici, on indique à la machine qu’il faut lire la variable d’origine comme une variable texte pouvant atteindre une longueur de 16 caractères. Pour cela on utilise l’informat $16. On peut aussi choisir un informat $CHAR. : ici $CHAR16. (SAS Online Doc. : INPUT Function, Informats by Category)

data char_to_num;
  x_char = ‘123456789.123456’;
  x_num = input(x_char,$16.);
*x_num = 123456789.123456;
run;

Note : Pensez à ajouter un format sur la variable numérique si vous ne la lisez pas intégralement dans votre output.

Du numérique au caractère : dans l’exemple ci-dessous, on indique que la valeur à créer sera numérique avec 16 chiffres/point dont 6 après la virgule. C’est l’information donnée par le format numérique 16.6. Bien sûr, on peut avoir la longueur nombre à convertir peut-être plus petit sans risquer d’affecter la valeur. Une autre possibilité est d’utiliser le format BEST16. Si aucun nombre n’est précisé (BEST.) cela revient à BEST8. SAS cherche alors la meilleure réponse possible permettant d’entrer 8 chiffres/point. Les décimales pourront être tronquées s’il n’y a pas assez de place, voir les entiers.

data num_to_char;
  y_num = 123456789.123456;
  y_char = put(y_num,16.6);
*y_char = ‘123456789.123456’;
run;

2. Les plus de la fonction PUT

Ajouter des zéros aux extrémités du nouveau texte : le format z. permet de remplacer les espaces vides par des zéros. Dans l’exemple ci-dessous, la nouvelle variable aura une longueur de 8 caractères. Les deux derniers seront les chiffres après la virgule. Comme il n’y en a qu’un seul dans la variable d’origine, un zéro sera ajouté à la fin. Il reste deux espaces en début à remplir avec des zéros.

data num_char_zero;
   z_num = 123.1;
   z_char = put(z_num,z8.2);
  *z_char = ‘00123.10’;
run;

Passer d’une valeur caractère à une autre : la valeur caractère d’origine peut aussi être du texte et non des chiffres. Dans cette situation, la nouvelle variable prend la valeur d’un format caractère souvent défini par le programmeur.

proc format;
  value $cntry
  FR = ‘France’
  LU = ‘Luxembourg’
  CH = ‘Suisse’;
run;

data char_to_char;
  a1_char=’LU’;
  a2_char=put(a1_char,$cntry.);
  *a2_char=’Luxembourg’;
run;

h1

Changer la séquence d’affichage des variables

avril 7, 2008

Pour changer l’ordre des variables dans un jeu de données, il faut demander à SAS de relire l’intégralité des données dans l’ordre souhaité. Deux méthodes sont disponibles : un data step ou une procédure SQL. Dans le cas particulier où les variables sont à afficher par ordre alphabétique, on pourra extraire la liste des variables des dictionnaires SAS et la sauvegarder dans une macro variable.

Je vous propose donc de voir l’approche avec le data step, puis celle avec la PROC SQL et enfin d’ajouter un exemple particulier utilisant en plus les dictionnaires.

1. Définir la séquence des variables dans un data step : l’ordre de lecture des noms de variables déterminera l’ordre d’apparition dans le jeu de données.

1.1 Une instruction INPUT : Dans l’exemple ci-dessous, où seule l’instruction INPUT est utilisée, la variable YR02 apparaît en premier suivie de YR00, YR99 et YR01. 

data one;
  input yr02 19 date9. yr00 1120 date9. yr99 yr01 $;
  datalines;
02APR2002 21FEB2001 3.52 C
;
run;

1.2 Les instructions RETAIN, FORMAT, INFORMAT, LABEL, ATTRIB : maintenant, on ajoute avant l’instruction INPUT des instructions RETAIN, FORMAT, INFORMAT, LABEL et ATTRIB. Ainsi, on voit que ces instructions affectent l’ordre d’apparition des variables : YR98, YR99,… YR02.

data one;
  retain yr98 ‘REF’;
  format yr99 best.;
  informat yr00 date9.;
  label yr01=‘Annee 2001’;
  attrib yr02 format=date9.
              informat=date9.
              label=‘Annee 2002’;
  input yr02 yr00 yr99 yr01 $;
  datalines;
02APR2002 21FEB2001 3.52 C
;
run;

1.3 L’instruction SET : de la même manière, l’instruction SET défini l’ordre d’apparition des variables pas encore mentionnées.

2. Lister les variables dans une procédure SQL.

2.1 Lister les variables manuellement : les variables du jeu de données SASHELP.CLASS apparaissent dans l’ordre suivant : NOM, SEX, AGE, HEIGHT et WEIGHT. Pour changer cet ordre, avec une procédure SQL, il faut les lister individuellement. Dans l’exemple qui suit, les variables apparaissent par ordre alphabétique.

proc sql;
  create table class as
  select age, height, name, sex, weight
  from sashelp.class;
quit;

2.2 Automatiser la démarche : Si vous avez plus de 300 variables à lister, cela devient vite très contraignant. Pour rendre la tâche plus simple, on sauvegarde la liste des variables par ordre alphabétique dans une macro variable. Le nom de toutes les variables est disponible dans le dictionnaire TABLES.

proc sql noprint;
  select name into : var_lst separated by ‘, ‘
     from dictionary.columns
     where upcase(libname)=‘SASHELP’ and
           upcase(memname)=‘CLASS’
     order by name;
  create table class as
     select &
var_lst.
     from sashelp.class;
quit;