Posts Tagged ‘texte’

h1

Protégé : Comparer deux chaînes de caractères : A quel endroit se situe la première différence ? (la fonction COMPARE)

juin 20, 2010

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

h1

Convertir une variable caractère en numérique et inversement

avril 21, 2008

Cet article est maintenant réécrit. Vous le retrouvez sur www.programmeur-pro.com.

Passer d’une variable numérique à une variable caractère ou inversement est fréquent en langage de programmation SAS. Les fonctions INPUT et PUT permettent de changer ainsi le type de la variable. Dans un premier temps, je vous propose deux exemples pour illustrer les deux situations. Dans un second temps, on verra deux emplois supplémentaires de la fonction PUT : ajouter des zéros avant et après le nombre, et passer d’une valeur caractère à une autre valeur caractère.

Exemples d’application : dans la vie courante, il est fréquent de créer une variable texte à partir de plusieurs autres. Dans le lot, il y a souvent une variable numérique. Celle-ci doit être convertie en texte avant la concaténation. A l’inverse, on peut vouloir extraire le chiffre d’une chaîne de caractère et le sauvegarder dans une variable numérique.

Note : Dans un data step, on est obligé de créer de donner un nom différent à la variable d’origine et à la nouvelle variable. Il est alors courant de renommer au préalable la variable d’origine pour pouvoir utiliser son nom pour la nouvelle variable. Ensuite, la variable d’origine est supprimée. Dans une procédure SQL, le même nom peut être utilisé.

1. Du caractère au numérique et inversement

La fonction INPUT est composée de deux paramètres : la variable texte ou directement la chaîne de caractère d’un côté, l’informat de l’autre.

Du caractère au numérique : ici, on indique à la machine qu’il faut lire la variable d’origine comme une variable texte pouvant atteindre une longueur de 16 caractères. Pour cela on utilise l’informat $16. On peut aussi choisir un informat $CHAR. : ici $CHAR16. (SAS Online Doc. : INPUT Function, Informats by Category)

data char_to_num;
  x_char = ‘123456789.123456’;
  x_num = input(x_char,$16.);
*x_num = 123456789.123456;
run;

Note : Pensez à ajouter un format sur la variable numérique si vous ne la lisez pas intégralement dans votre output.

Du numérique au caractère : dans l’exemple ci-dessous, on indique que la valeur à créer sera numérique avec 16 chiffres/point dont 6 après la virgule. C’est l’information donnée par le format numérique 16.6. Bien sûr, on peut avoir la longueur nombre à convertir peut-être plus petit sans risquer d’affecter la valeur. Une autre possibilité est d’utiliser le format BEST16. Si aucun nombre n’est précisé (BEST.) cela revient à BEST8. SAS cherche alors la meilleure réponse possible permettant d’entrer 8 chiffres/point. Les décimales pourront être tronquées s’il n’y a pas assez de place, voir les entiers.

data num_to_char;
  y_num = 123456789.123456;
  y_char = put(y_num,16.6);
*y_char = ‘123456789.123456’;
run;

2. Les plus de la fonction PUT

Ajouter des zéros aux extrémités du nouveau texte : le format z. permet de remplacer les espaces vides par des zéros. Dans l’exemple ci-dessous, la nouvelle variable aura une longueur de 8 caractères. Les deux derniers seront les chiffres après la virgule. Comme il n’y en a qu’un seul dans la variable d’origine, un zéro sera ajouté à la fin. Il reste deux espaces en début à remplir avec des zéros.

data num_char_zero;
   z_num = 123.1;
   z_char = put(z_num,z8.2);
  *z_char = ‘00123.10’;
run;

Passer d’une valeur caractère à une autre : la valeur caractère d’origine peut aussi être du texte et non des chiffres. Dans cette situation, la nouvelle variable prend la valeur d’un format caractère souvent défini par le programmeur.

proc format;
  value $cntry
  FR = ‘France’
  LU = ‘Luxembourg’
  CH = ‘Suisse’;
run;

data char_to_char;
  a1_char=’LU’;
  a2_char=put(a1_char,$cntry.);
  *a2_char=’Luxembourg’;
run;

h1

La concaténation : 4 fonctions SAS 9

avril 16, 2008

Cet article a été réécrit. Il est maintenant disponible sur programmeur-pro.com.

Mettre des morceaux de textes à la suite les uns des autres et enregistrer le tout dans une variable, c’est ce qu’on appelle la concaténation. D’un côté, il y a la double barre. De l’autre côté, il y a les fonctions « CAT » disponibles depuis SAS 9. Voici donc un rapide tour d’horizon de ces notations.

A titre d’exemple, si vous avez plusieurs variables pour identifier de manière unique une ligne d’observations, vous pouvez construire une variable unique à partir d’une concaténation et ainsi manier plus facilement certaines fonctionnalités de la procédure SQL.

Pour illustrer ce sujet, on utilisera une variable x et une variable z sans blanc aux extrémités et une variable y avec des blancs avant et après sont utilisés.

x = ‘Pays’;
y = ‘  UK  ‘;
z = ‘2008’;

A chaque fois, plusieurs notations sont proposées. Toutes donnent le même résultat.

1. La traditionnelle double barre : qu’il s’agisse de la double barre || ou des deux points d’exclamations !!, la concaténation requiert des valeurs textes (SAS Online Doc. : Section sur « Concatenation Operator »). Il faudra donc convertir les valeurs numériques avec une instruction PUT par exemple.

a1 = x ||  y || z ;

a1 = ‘Pays’ || ‘  UK  ‘ || ‘2008’;

a1 = ‘Pays’ || y || z;

a1 = ‘Pays UK 2008’;

 

Cette notation sert aussi pour la concaténation de matrices (SAS IML) et la définition d’un CALL EXECUTE.

2. Les fonctions CATS, CATX, CATS et CATT : ces fonctions varient en fonction de la place que l’on souhaite accorder aux blancs des différents maillons de la chaîne et si on souhaite ajouter des séparateurs. Elles disposent au moins d’autant de paramètres que de maillons formant la chaîne à créer. Chaque morceau de texte est séparé par une virgule. Si en plus on souhaite ajouter un séparateur entre les différents composants, un paramètre supplémentaire est listé en tête.

Sans blanc aux extrémités : personnellement, j’utilise le plus souvent la fonction CATS qui enlève les blancs aux extrémités. Cela revient à faire d’utiliser la double barre sans agir sur les maillons de la chaînes à construire .

a2 = cats(x,y,z) ;

a2 = cats(‘Pays’,’  UK  ‘,’2008’);

a2 = cats(‘Pays’,y,z);

a2 = ‘PaysUK2008’;

Ajouter un séparateur : la fonction CATX enlève les blancs de début et de fin et ajoute des séparateurs entre chaque « mot ». Le symbole utilisé comme séparateur est le premier paramètre de la fonction.

a3 = catx(‘-‘,x,y,z) ;

a3 = catx(‘-‘,’Pays’,’  UK  ‘,’2008’);

a3 = catx(‘-‘,’Pays’,y,z);

a3 = ‘Pays-UK-2008’;

Garder tous les blancs : la fonction CAT n’enlève pas les blancs au début et fin de texte de chacun des éléments de la concaténation.

a4 = cat(x,y,z) ;

a4 = cat(‘Pays’,’  UK  ‘,’2008’);

a4 = cat(‘Pays’,y,z);

a4 = ‘Pays  UK  2008’;

Enlever les blancs de fin uniquement : la fonction CATT enlève les blancs en fin de chaîne. Le dernier T de CATT fait référence à « Trailing Blanks » c’est-à-dire les blancs de fin de chaîne.

a5 = catt(x,y,z) ;

a5 = catt(‘Pays’,’  UK  ‘,’2008’);

a5 = catt(‘Pays’,y,z);

a5 = ‘Pays  UK2008’;

Pour ma part, j’ai du mal à me souvenir qui fait quoi. L’important, dans un premier temps, est de savoir que ces fonctions existent. On recherche après, en tant voulu, l’information sur les nuances. Si, vous avez trouvez un moyen mnémotechnique pour mémoriser les différences, n’hésitez pas à le faire savoir.