Posts Tagged ‘macro variable’

h1

Passer de CLASS CLAS à « CLASS » « CLAS » dans une macro variable

février 1, 2013

Mettre toutes les mots contenus dans une macro variable entre guillemets (quote en anglais) est un tâche plus fréquente qu’elle n’y paraît.
Une vois le code écrit, il est souvent plus rapide de faire du copier/coller et ensuite de modifier. Voici un exemple où DSN=CLASS CLAS sert à créer DSN_QUOTE= »CLASS » « CLAS ».

1. Exemple dans une macro

Dans l’exemple, la macro est PRINTDSN. Elle a pour tâche d’imprimer dans la log tous les datasets présents dans la bibliothèque SASHELP qui sont cités dans le paramètre de macro DSN, s’ils existent.

%macro printdsn (dsn=);

%let dsn      =upcase(&dsn.);
%let dsn_quote=%sysfunc(tranwrd(%nrstr(%")&dsn.%nrstr(%"),%str( ),%str(" ");

proc sql;
 create table ref as
 select memname
 from dictionary.tables
 where upcase(libname)='SASHELP' and
       upcase(memname) in (&dsn_quote.);
quit;

data _null_;
 set ref;
 call execute ('proc print data=' || memname || ';');
 call execute ('run;');
run;
%mend printdsn;
%printdsn(dsn=class clas);

Pour ma part j’ai pris l’habitude de mettre le contenu des macros paramètres en majuscule, et ce dès le début du programme, sauf besoin spécifique contraire. Ceci explique la ligne %let dsn=upcase(&dsn.);

De plus j’ai pris l’habitude de rajouter le suffixe _quote au nom de la macro variable. Dans notre exemple il y a la macro variable DSN mise en majuscule. Cette variable est ensuite mise entre guillemets.

La macro fonction %sysfunc() permet d’utiliser la fonction tranwrd dans une expression macro. La fonction tranwrd est composée de trois paramètres :

  1. le texte d’origine entre guillemets
  2. le partie de texte à remplacer dans cette chaîne de caractères
  3. le texte de remplacement

2. Le même exemple sans macro

L’exemple est présenté dans une macro. Pour tester le code, un simple %let et %put feront l’affaire. Le résultat s’affiche alors dans la log.

%let dsn=CLASS CLAS;
%let dsn_quote=%sysfunc(tranwrd(%nrstr(%")&dsn.%nrstr(%"),%str( ),%str(" ");
%put &dsn_quote.;
Publicités
h1

Protégé : Valeur formatée utilisée pour définir la macro variable. Attention !

janvier 11, 2010

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

h1

Répéter une action sur plusieurs variables avec le langage macro

août 13, 2008

Sous SAS, deux possibilités sont envisageables pour répéter une action sur plusieurs variables. Dans le cas d’un data step, la syntaxe de l’ARRAY est tout à fait appropriée. Dans d’autres cas, le langage macro peut s’avérer plus pertinent. Voici donc une présentation de l’approche via le langage macro.

1. L’exemple

Pour illustrer le propos, le programme aura pour but de définir un PROC REPORT contenant toutes les variables du data set SASHELP.CLASS. Si on connaît le nom des variables, la syntaxe se résume de la manière suivante.

proc report data=sashelp.class;
   columns name age sex weight height;
   define name   / display;
   define age    / display;
   define sex    / display;
   define weight / display;
   define height / display;
run;

Mais si on ne connaît pas le nom des variables par avance, il faut automatiser la tâche.

2. Remplacer le nom des variables par des macros variables

Dans l’exemple suivant, le nom de chaque variable est sauvegardé dans une macro variable. Ces macros variables ont une structure particulière :

un préfixe commun + un nombre

%let class1 = name;
%let class2 = age;
%let class3 = sex;
%let class4 = weight;
%let class5 = height;

proc report data=sashelp.class;
   columns name age sex weight height;
   define &class1. / display;
   define &class2. / display;
   define &class3. / display;
   define &class4. / display;
   define &class5. / display;
run;

3. Répéter l’instruction DEFINE grâce à une boucle

Grâce à cette structure particulière, une boucle peut être envisagée. L’instruction DEFINE est alors répétée autant de fois qu’il y a de variables. La boucle est définie par une macro variable « I » qui prend des valeurs allant de 1 à 5. La partie nombre de la macro variable est donc remplacée par la valeur de la macro variable « I ».

NOTE : Pour résoudre la macro variable lors de la première boucle, SAS effectue deux lectures. A la première lecture, les deux perluètes (ampersand) && se transforment en un seul ; &i. se transforme en 1. On a donc &CLASS1. A la deuxième lecture, SAS résout la macro variable &CLASS1. comme précédemment.

%macro test;
   proc report data=sashelp.class;
   columns name age sex weight height;
   %do i=1 %to 5
      define &&class&i. / display;
   %end;
   run;
%mend test;
%test;

4. Créer les macros variables de manière automatique

Pour créer les macros variables automatiquement, il faut agir en deux étapes.

  1. Enregistrer chacune des noms de variables du data set choisi dans PROC REPORT (SASHELP.CLASS) dans un nouveau data set (LST_VAR) et plus particulière dans une variable (NAME).
  2. Associer un numéro à chaque nom de variable (compteur) et convertir l’information en macro variable (CALL SYMPUT).

proc sql;
   create table lst_var as
      select name
      from dictionary.columns
      where upcase(libname)=‘SASHELP’ and
            upcase(memname)=‘CLASS’;
quit;

data _null_;
   set lst_var;
   cnt+1;
   call symput (cats(‘CLASS’,put(cnt,best.)),name);
run;

5. Compter le nombre de variables de manière automatique

Si le nombre de variable dans le data set n’est pas connu à l’avance, il faut le retrouver. Cette information est ensuite sauvegardée dans une macro variable, disons MAX_VAR, et remplacera notre nombre 5. L’article « 3 méthodes pour construire des macro variables sans macro » vous donnera plus de précisions concernant la création d’une macro variable.

Obtenir rapidement le nombre de variables dans un data set : Un moyen pour trouver le nombre de variables est de faire appel au dictionnaire de SAS intitulé TABLES.

proc sql noprint;
   select nvar into : max_var
   from dictionary.tables
   where upcase(libname)=‘SASHELP’ and
         upcase(memname)=‘CLASS’;
quit;

Plus de flexibilité sur la liste des variables concernées : Un autre moyen pour compter le nombre de variables est d’agir en deux étapes.

  • Enregistrer dans un variable d’un nouveau data set chacune des noms de variables de SASHELP.CLASS.
  • Compter le nombre d’observations dans ce data set. Vous pouvez vous reporter à l’article « Combien d’observations dans mon data set » pour plus de précisions sur les différentes alternatives.

Dans notre exemple, il s’agit de créer le data set LST_VAR pour la première étape. Le code de la section 4 est tout à fait suffisant pour cela. Ensuite, CALL SYMPUTX peut servir à sauvegarder l’information dans une macro variable.

data _null_ ;
   call symputx(‘max_var’,_N_-1);
   set lst_var;
run;

Pourquoi vous ai-je proposé cette alternative ?  Ici, toutes les variables sont sélectionnées. Mais si seulement quelques une sont choisies, seule la seconde alternative marche. Voici quelques sous-sélections possibles.

  • Sélectionner toutes les variables numériques,
  • Sélectionner toutes les variables finissant pas _X,
  • etc.

En résumé : En résumé, le code se décompose en 2 étapes : créer les macros variables et utiliser ces macros variables pour définir une boucle.

*1. Créer les macros variables CLASS1 à CLASS5, MAX_VAR.;

*1.1 Créer le data set LST_VAR servant de fichier de référence.;

proc sql;
   create table lst_var as
      select name
      from dictionary.columns
      where upcase(libname)=‘SASHELP’ and
            upcase(memname)=‘CLASS’;
quit;

*1.2 Créer les macro variables CLASS1-CLASS5 en se basant sur le data set LST_VAR créé précédemment.;

data _null_;
   set lst_var;
   cnt+1;
   call symput (cats(‘CLASS’,put(cnt,best.)),name);
run;

*1.3 Créer la macro variable VAR_MAX en se basant sur le data set LST_VAR créé précédemment.;

data _null_ ;
   call symputx(‘max_var’,_N_-1);
   set lst_var;
run;

*2. Reporting : appeler les différentes macro variables pour créer la boucle autour de l’instruction DEFINE.;

%macro test;
proc report data=sashelp.class;
   columns name age sex weight height;
   %do i=1 %to &max_var.;
      define &&class&i. / display;
   %end;
run;
%mend test;
%test;

h1

Combien d’observations dans mon data set ?

avril 14, 2008

Savoir trouver le nombre d’observations dans un data set SAS : tel est le sujet d’aujourd’hui. Connaître le nombre d’observations dans un jeu de données présente plusieurs avantages. En voici deux :

  • Définir une condition pour qu’un code soit exécuté.
  • Définir une boucle pour exécuter un code autant de fois qu’il y a d’observations dans le data set d’origine.

Dans les deux cas, on choisi ici de sauvegarder ce nombre dans une macro variable. Quelles sont les méthodes à disposition pour trouver ce nombre ? Je vous en propose d’en détailler six. Celles-ci fonctionnent également lorsque le data set est vide d’observations.

Exemples illustrés avec le data set ORIG : pour illustrer les différentes méthodes, j’utilise un jeu de données nommé ORIG ne contenant pas d’observations.

data orig;
x=1;

*if x=1 then output;
if x=1 then delete;
run;

L’instruction %PUT permet de voir la valeur de mes macro variables dans la LOG.

1. La fonction COUNT dans PROC SQL : la procédure SQL et sa fonction COUNT permettent de retrouver le nombre total d’observations dans le data set lu, si on n’utilise pas de GROUP BY. L’étoile signifie « TOUTES LES OBSERVATIONS », indépendamment de la variable. Si le nombre d’observations est stocké dans une variable, la valeur s’affiche pour chaque observation. Comme cette valeur est la même pour toutes les observations, on peut n’en afficher qu’une seule via DISTINCT. On peut sauvegarder cette information dans une macro variable via INTO:. Si le DISTINCT n’est pas utilisé, seule la première valeur sera sauvegardé dans la macro variable. DISTINCT est donc optionnel dans ce cas précis.

proc sql noprint;
select distinct count(*) into: methode1
from orig;
quit;

%put METHOD 1 = &methode1. ;


2. SQLOBS, une macro variable automatique à utiliser avec précaution : lorsqu’un data set est créé avec une procédure SQL, on peut, juste après, retrouver l’information avec la macro variable automatique &SQLOBS. Il faut bien faire attention de ne pas inclure d’autres data sets entre temps, lors d’une mise à jour par exemple. SQLOBS récupère le nombre d’observations du dernier jeu de données quelque soit son nom.

proc sql ;
create table methode2 as
select *
from orig;
quit;

%put METHODE 2 = &sqlobs. ;

3. Les métadonnées des dictionnaires SAS : le dictionnaire TABLES liste tous les data sets de toutes les bibliothèques et des informations supplémentaires les caractérisant. Ainsi la variable NOBS contient le nombre d’observations dans le data set. Ici on choisi INTO: pour sauvegarder ce nombre dans une macro variable.

proc sql noprint;
select nobs into: methode3
from dictionary.tables
where upcase(libname)=’WORK’ and
upcase(memname)=’ORIG’;
quit;

%put METHODE 3 = &methode3. ;

4. ATTRN comme « SAS Component Language » ou SCL : le SCL nommé ATTRN permet d’accéder au nombre d’observations. Pour cela, le nom du data set en question et le mot clé NOBS sont données. Ce SCL est accessible via %SYSFUNC. Pour lire le data set et extraire cette information, il faut au préalable, l’ouvrir et ensuite le fermer pour éviter des bugs, via les SCL OPEN et CLOSE. On réfère donc au data set via la macro variable DSID ouvrant le data set.

%let dsid     = %sysfunc(open(work.orig,in));
%let methode4 = %sysfunc(attrn(&dsid,nobs));
%if &dsid. > 0 %then %let rc = %sysfunc(close(&dsid));

%put METHODE 4 = &methode4. ;

5. La variable automatique _N_ : dans un data step, une variable nommée _N_ est créée automatique. Elle contient le nombre total d’itérations effectuées par SAS. Ainsi, si aucune donnée n’est lue, _N_=1. Une fois la lecture d’une observation faite par exemple, SAS revient juste après l’instruction DATA et _N_ est incrémenté de 1. Le nombre d’observations dans le data set est donc _N_-1. Ce nombre est sauvegardé ici dans une macro variable appelée METHODE5 créée via une instruction CALL SYMPUTX.

data_null_;
call symputx(‘methode5’,_N_-1);
set orig;
run;

%put METHODE 5 = &methode5. ;

6.  L’option NOBS de l’instruction SET : en précisant un nom après l’option NOBS= de l’instruction SET, la valeur de NOBS est sauvegardée dans une variable. Ici, elle s’appelle METHODE6. L’instruction CALL SYMPUTX permet de sauvegarder cette valeur dans une macro variable. La manière dont SAS traite le code est très importante ici.  Les explications d’Alain vous sont données plus bas.

data _null_;
if 0 then set orig nobs=methode6;
call symputx(‘methode6’,methode6);
stop;
run;

Le « IF 0 » est une instruction toujours fausse, donc l’exécution de l’instruction
conditionnée ne sera jamais réalisée. La récupération du nombre d’observations
depuis le dictionnaire du data set se fait au moment de la compilation par le SAS DATA
COMPILER, qui stocke dans une variable qui est forcément temporaire citée avec
l’option « NOBS= ».

L’instruction STOP ne permet pas d’écourter le temps de lecture des données car il
n’y pas d’exécution de lecture. Alors que se passe-t-il ?

L’étape DATA étant une boucle automatique dès qu’une instruction de lecture (Set ,
Merge, Modify, Update, …) de data set est détectée par le Superviseur SAS et par
compilateur de l’étape DATA , l’exécution de la boucle est automatique à cause de la
détection de l’instruction « SET » et SAS va vérifier si le test
induit par l’instruction « IF 0 » (comprendre if 0 =1) n’est pas devenu vrai !
D’où la nécessité de poser l’instruction SAS « STOP », pour éviter la boucle de
l’étape DATA.

 

(SUPERVISEUR SAS : Agent pivot qui distribue le code soumis par PARSING, soit au
DATASTEP COMPILER, PROCEDURE PARSER ou au Compilateur MACRO)

h1

Changer la séquence d’affichage des variables

avril 7, 2008

Pour changer l’ordre des variables dans un jeu de données, il faut demander à SAS de relire l’intégralité des données dans l’ordre souhaité. Deux méthodes sont disponibles : un data step ou une procédure SQL. Dans le cas particulier où les variables sont à afficher par ordre alphabétique, on pourra extraire la liste des variables des dictionnaires SAS et la sauvegarder dans une macro variable.

Je vous propose donc de voir l’approche avec le data step, puis celle avec la PROC SQL et enfin d’ajouter un exemple particulier utilisant en plus les dictionnaires.

1. Définir la séquence des variables dans un data step : l’ordre de lecture des noms de variables déterminera l’ordre d’apparition dans le jeu de données.

1.1 Une instruction INPUT : Dans l’exemple ci-dessous, où seule l’instruction INPUT est utilisée, la variable YR02 apparaît en premier suivie de YR00, YR99 et YR01. 

data one;
  input yr02 19 date9. yr00 1120 date9. yr99 yr01 $;
  datalines;
02APR2002 21FEB2001 3.52 C
;
run;

1.2 Les instructions RETAIN, FORMAT, INFORMAT, LABEL, ATTRIB : maintenant, on ajoute avant l’instruction INPUT des instructions RETAIN, FORMAT, INFORMAT, LABEL et ATTRIB. Ainsi, on voit que ces instructions affectent l’ordre d’apparition des variables : YR98, YR99,… YR02.

data one;
  retain yr98 ‘REF’;
  format yr99 best.;
  informat yr00 date9.;
  label yr01=‘Annee 2001’;
  attrib yr02 format=date9.
              informat=date9.
              label=‘Annee 2002’;
  input yr02 yr00 yr99 yr01 $;
  datalines;
02APR2002 21FEB2001 3.52 C
;
run;

1.3 L’instruction SET : de la même manière, l’instruction SET défini l’ordre d’apparition des variables pas encore mentionnées.

2. Lister les variables dans une procédure SQL.

2.1 Lister les variables manuellement : les variables du jeu de données SASHELP.CLASS apparaissent dans l’ordre suivant : NOM, SEX, AGE, HEIGHT et WEIGHT. Pour changer cet ordre, avec une procédure SQL, il faut les lister individuellement. Dans l’exemple qui suit, les variables apparaissent par ordre alphabétique.

proc sql;
  create table class as
  select age, height, name, sex, weight
  from sashelp.class;
quit;

2.2 Automatiser la démarche : Si vous avez plus de 300 variables à lister, cela devient vite très contraignant. Pour rendre la tâche plus simple, on sauvegarde la liste des variables par ordre alphabétique dans une macro variable. Le nom de toutes les variables est disponible dans le dictionnaire TABLES.

proc sql noprint;
  select name into : var_lst separated by ‘, ‘
     from dictionary.columns
     where upcase(libname)=‘SASHELP’ and
           upcase(memname)=‘CLASS’
     order by name;
  create table class as
     select &
var_lst.
     from sashelp.class;
quit;

h1

Le luxe des macros, B.A.BA de la syntaxe

février 18, 2008

voiture_bleue.jpg 

Pour répéter un même programme SAS avec quelques nuances, trois possibilités s’offrent à vous :

  1. la macro,
  2. le data _null_,
  3. le call execute.

Aujourd’hui, je vous propose de voir la notation de base pour la création d’une macro. Pour pouvoir ensuite développer vos propres macros, vous devrez savoir comment résoudre une macro variable.

1. Définition et appel : le minimum

1.1 Encadrer votre programme entre les instructions %MACRO et %MEND : une des caractéristiques du langage macro est l’utilisation du signe pourcentage (%) devant des mots-clés. Ceux qui créent une macro n’échappent pas à la règle. On trouve le %MACRO pour annoncer le début de la définition et le %MEND pour arrêter la définition. Pourquoi le mot %MEND ? M est la référence au mot MACRO et END est le mot FIN en anglais.

%macro;
*mon programme SAS;
%mend;

Important : on s’assurera que la définition de la macro est terminée avant d’en commencer une nouvelle.

1.2 Un nom pour ma macro : il faudra aussi donner un nom à la macro pour pouvoir l’identifier par la suite.

%macro monlisting;
*mon programme SAS;
%mend monlisting;

L’utilisation du nom de la macro en clôture n’est pas obligatoire mais c’est un bon repère dans votre programme.

1.3 Appel de macro : pour appeler votre macro, il vous suffit ensuite de faire précéder le nom de la macro du signe pourcentage.

%monlisting;

2. Imaginez un questionnaire en ligne avec des champs à remplir : parfois une valeur est inscrite par défaut, parfois le texte à remplir est libre ou réduit à un éventail de proposition. Dans notre cas, le champ est un paramètre de la macro. Derrière chacun de ces champs se cache un nom. Il faudra donc donner un nom à ce paramètre. Et enfin, la valeur d’origine est optionnelle. Ces paramètres, qui permettent de nuancer le programme, sont définis dans l’instruction %macro :

%macro monlisting(annee=ALL,imprimer=NO,patient=);

2.1 Utiliser les valeurs par défaut : pour appeler la macro en utilisant les paramètres par défaut, on écrira soit la macro sans paramètres, ou on pourra rappeler les valeurs d’origine pour améliorer la lisibilité, si besoin est.

%monlisting;
%monlisting(annee=ALL,imprimer=NO,patient=);

2.2 Changer les valeurs des paramètres : pour appeler la macro avec une option d’impression différente, le paramètre imprimer sera ajouté :

%monlisting (imprimer=YES);

Important : ici j’ai fait le choix de vous présenter la notation la plus pratique, mais ce n’est pas la seule. Le signe égal est indiqué même si tous les paramètres n’ont pas de valeur par défaut. Ainsi lors de l’appel de macro, on pourra agir sur les paramètres :

  • plus besoin de lister tous les paramètres
  • plus besoin de respecter l’ordre d’origine des paramètres

3. Utiliser les valeurs des paramètres dans le programme : les paramètres d’une macro sont considérés comme des macros variables et rappelés dans le programme comme tels.