Posts Tagged ‘ordre’

h1

Tout sur l’instruction BY

avril 14, 2009

Me rendant compte que l’instruction BY pouvait poser des difficultés lorsqu’on débute avec SAS, j’ai décidé de faire le point sur cette instruction.

1. Une instruction locale

L’instruction BY peut servir dans toutes les étapes data et procédures à l’exception de PROC SQL.

2. Un ordre défini par le nom des variables :

L’instruction BY est suivie du nom des variables servant pour le tri.

Dans un premier temps, les observations sont triées selon les valeurs de la première variable citée, ici SEX. Puis, pour chacune des valeurs prises par SEX (M et F), les données sont triées par NAME.

proc sort data=sashelp.class out=class;
   by sex name;
run;

3. PROC SORT : le premier usage de l’instruction BY : L’instruction BY est logiquement obligatoire dans un PROC SORT. Sinon SAS ne saurait pas dans quel ordre trier les données. Le mot DESCENDING peut-être ajouté pour préciser un ordre décroissant. Ici les données sont d’abord triées par SEX puis par nom en ordre descendant.

proc sort data=sashelp.class out=class;
   by sex descending name;
run;

L’autre manière de trier les données est d’utiliser la procédure PROC SQL.

Idée : Vous aurez souvent un PROC SORT avant d’utiliser l’instruction BY dans une autre procédure ou étape data. Simplifiez-vous la vie en copiant l’insstruction au niveau du PROC SORT et en la collant au niveau de la procédure ou étape data suivante.

4. SAS vous informe si les données ne sont pas triées comme indiqué

L’instruction BY précise à SAS dans quel ordre les données doivent être lues. Si les données ne respectent pas cet ordre, SAS s’arrête et fourni un message d’erreur.

5. L’instruction BY : obligatoire ou optionnelle ?

L’instruction BY est optionelle dans une instruction SET. Utilisée pour empiler les données de deux data sets, elle permettra d’intercaler les observations des deux sources selon leur valeurs au lieu de mettre d’abord toutes les observations du premier data set cité et ensuite toutes les observations du second data set.

L’instruction BY reste pratiquement indispensable avec MERGE puisqu’elle sert à relier les observations de deux data sets par les variables du même nom. Sans elle, les observations du second data set pour les variables du même nom réécrirait sur celle du premier.

L’instruction BY est indispensable avec FIRST et LAST.

6. D’autres usages de l’instruction BY

L’instruction BY peut s’ajouter dans un PROC REPORT. Une option NOBYLINE permettra de changer le titre à chaque nouvelle combinaison de valeurs désignée par l’instruction. Néanmoins la mise à jour du titre par cette approche avec ODS RTF par exemple ne fonctionne pas.

L’instruction BY peut servir dans toutes less procédures (sauf PROC SQL) et notamment dans les procédures statistiques. Voir dans les lectures complémentaire l’usage de l’instruction BY avec PROC FREQ.

Lectures Complémentaires

SAS Online Doc

  • BY-Group Processing in SAS Programs
h1

Trier les données par ordre croissant et décroissant

septembre 23, 2008

Pour trier (to sort en anglais) les données d’un tableau SAS dans un ordre croissant ou décroissant, il existe sous SAS deux approches : la première consiste à faire appel à la procédure PROC SORT sur un data set existant, la seconde consiste à ordonner les données sélectionnées dans une procédure PROC SQL.

1. L’exemple

Dans l’exemple ci-dessous, les données du data set CLASS situé dans la bibliothèque SASHELP sont triées selon les valeurs des variables SEX, AGE et NAME.

  1. Variable SEX, ordre croissant : Les données de la variable SEX sont d’abord triées par ordre croissant (increasing order). Les femmes (F pour Female) apparaissent en premier, les hommes (M pour Male) apparaissent en second.
  2. Variable AGE, ordre décroissant : Dans chacun des groupes, les données sont ensuite triées par ordre décroissant d’âge (descreasing order). Les femmes les plus âgées apparaissent en premier et les hommes les plus jeunes en dernier.
  3. Variable NAME, ordre décroissant : Enfin quand plusieurs personnes du même sexe et du même âge appaissent, les données sont triées par ordre alphabétique inverse.

2. Trier par ordre décroissant

Deux mots-clés différents : Pour trier les données par ordre décroissant, chaque variable doit être accompagnée d’un mot-clé. Il s’agit de DESCENDING avec PROC SORT et DESC avec PROC SQL.

Deux mot-clés situés à des endroits différents : Dans le cas de PROC SORT, ce mot DESCDENDING apparaît avant le nom de la variable. Dans le cas de la PROC SQL, DESC suit la variable

3. La procédure PROC SORT

Les data sets de la bibliothèque SASHELP sont des données figées par SAS. Elles ne peuvent donc pas être modifiées. C’est pourquoi dans l’exemple, un nouveau data set CLASS est créé dans la bibliothèque WORK grâce à OUT=.

proc sort data=sashelp.class out=class;
by sex descending age descending name;
run;

Un PROC PRINT suffira pour afficher les trois variables ou toutes les variables triées. NOOBS enlèvera le numéro des observations qui appraissent par défaut.

proc print data=class noobs;
*var sex age name;
run;

4. La procédure SQL

proc sql;
select sex, age, name
from sashelp.class
order by sex, age desc, name desc;
quit;

Rappel : Pour afficher toutes les variables remplacées la liste de SELECT par une étoile (*). Pour créer un data set, ajoutez CREATE TABLE class AS.

5. Le résultat

sex  age  name

F   15   Mary
F   15   Janet
F   14   Judy
F   14   Carol
F   13   Barbara
F   13   Alice
F   12   Louise
F   12   Jane
F   11   Joyce
M   16   Philip
M   15   William
M   15   Ronald
M   14   Henry
M   14   Alfred
M   13   Jefrrey
M   12   Robert
M   12   John
M   12   James
M   11   Thomas

h1

Quel format a la pole position? (FMTSEARCH)

septembre 13, 2008

Sous SAS, les formats appliqués à une variable servent, entre autres, à rendre une information un peu plus compréhensible par l’oeil humain. Ces formats peuvent provenir de plusieurs sources. Il est important de savoir laquelle est privilégiée si plusieurs locations contiennent le même nom de format avec le même type (pour variable caractère ou numérique). L’option globale FMTSEARCH se charge de définir l’ordre privilégié.

Les sources disponibles : Par défaut, SAS dispose d’une série de formats (Liste disponible sur la documentation en ligne). L’utilisateur peut lui aussi créer ses propres formats sauvegardés de manière temporaire (dans la bibliothèque WORK) ou permanent (dans des bibliothèques définies par lui-même).

Exemple d’application : vous pouvez définir des formats communs à tous vos projets. Si un projet est particulier, vous pourrez définir un autre format portant le même nom que celui plus globale et demander qu’il soit privilégié.

Rappel : Pour revoir quelques notions de base sur les formats vous pouvez consultez ces trois articles:

Dans cet article, la notion de bibliothèque est requise. Vous pouvez vous reporter à l’article suivant si vous débutez :

1. Par défaut, il y a deux bibliothèques disponibles

La procédure affiche dans la log la valeur prise par les options globales. L’option OPTION réduit l’affichage à la seule option FMTSEARCH.

proc options option=fmtsearch;
run;

Il apparaît alors que les deux bibliothèques considérées par SAS sont WORK en priorité et les formats standards de SAS en second.

FMTSEARCH=(WORK LIBRARY)
List of catalogs to search for formats and informats

En exécutant l’instruction OPTIONS ci-dessous, l’ordre de priorité est changé.

options fmtsearch(library work);

Après une nouvelle exécution de la procédure PROC OPTIONS, le programmeur peut visualiser le changement.

Voir le résultat :

proc options option=fmtsearch;
run;

Contenu de la log :

FMTSEARCH=(LIBRARY WORK)
List of catalogs to search for formats and informats

2. Ajouter des bibliothèques

Des formats sauvegardés dans des fichiers catalogues : Les formats sont stockés dans des fichiers appelés FORMAT CATALOG. Il faudra que ces fichiers portent un nom FORMATS et l’extension pour désigner un catalogue.

Assigner la bibliothèque contenant le catalogue : Pour considérer des FORMAT CATALOG permanents définis par l’utilisateur, il faut désigner le chemin d’accès au fichier par un nom de bibliothèque (instruction LIBNAME) et ajouter ce nom dans la bibliothèque dans la liste de FMTSEARCH.

Exemple : Dans l’exemple qui suit, un format nommé GENDER est sauvegardé dans le fichier FORMATS.CATALOG au niveau de C:/SASREF, chemin pointé par la bibliothèque SASREF.

libname sasref ‘C:/sasref’;

proc format lib=sasref;
value gender 1=‘MALE’
2=‘FEMALE’;
run;

Puis ce format aura la priorité sur tout autre format GENDER créé de manière temporaire.

options fmtsearch=(sasref work library);

Voir le résultat :

proc options option=fmtsearch;
run;

Contenu de la log :

FMTSEARCH=(SASREF WORK LIBRARY)
List of catalogs to search for formats and informats

3. Important : La priorité de la bibliothèque WORK en cas d’omission.

Les deux exemples suivant donnent le même résultat car la bibliothèque temporaire est mise en priorité si elle n’est pas citée.

options fmtsearch=(work sasref library);
options fmtsearch=(sasref library);

WORK n’est pas ignoré comme pourrait le suggérer l’affichage dans la log ou mise en dernier.

Voir le résultat :

proc options option=fmtsearch;
run;

Contenu de la log :

FMTSEARCH=(SASREF LIBRARY)
List of catalogs to search for formats and informat

h1

Changer la séquence d’affichage des variables

avril 7, 2008

Pour changer l’ordre des variables dans un jeu de données, il faut demander à SAS de relire l’intégralité des données dans l’ordre souhaité. Deux méthodes sont disponibles : un data step ou une procédure SQL. Dans le cas particulier où les variables sont à afficher par ordre alphabétique, on pourra extraire la liste des variables des dictionnaires SAS et la sauvegarder dans une macro variable.

Je vous propose donc de voir l’approche avec le data step, puis celle avec la PROC SQL et enfin d’ajouter un exemple particulier utilisant en plus les dictionnaires.

1. Définir la séquence des variables dans un data step : l’ordre de lecture des noms de variables déterminera l’ordre d’apparition dans le jeu de données.

1.1 Une instruction INPUT : Dans l’exemple ci-dessous, où seule l’instruction INPUT est utilisée, la variable YR02 apparaît en premier suivie de YR00, YR99 et YR01. 

data one;
  input yr02 19 date9. yr00 1120 date9. yr99 yr01 $;
  datalines;
02APR2002 21FEB2001 3.52 C
;
run;

1.2 Les instructions RETAIN, FORMAT, INFORMAT, LABEL, ATTRIB : maintenant, on ajoute avant l’instruction INPUT des instructions RETAIN, FORMAT, INFORMAT, LABEL et ATTRIB. Ainsi, on voit que ces instructions affectent l’ordre d’apparition des variables : YR98, YR99,… YR02.

data one;
  retain yr98 ‘REF’;
  format yr99 best.;
  informat yr00 date9.;
  label yr01=‘Annee 2001’;
  attrib yr02 format=date9.
              informat=date9.
              label=‘Annee 2002’;
  input yr02 yr00 yr99 yr01 $;
  datalines;
02APR2002 21FEB2001 3.52 C
;
run;

1.3 L’instruction SET : de la même manière, l’instruction SET défini l’ordre d’apparition des variables pas encore mentionnées.

2. Lister les variables dans une procédure SQL.

2.1 Lister les variables manuellement : les variables du jeu de données SASHELP.CLASS apparaissent dans l’ordre suivant : NOM, SEX, AGE, HEIGHT et WEIGHT. Pour changer cet ordre, avec une procédure SQL, il faut les lister individuellement. Dans l’exemple qui suit, les variables apparaissent par ordre alphabétique.

proc sql;
  create table class as
  select age, height, name, sex, weight
  from sashelp.class;
quit;

2.2 Automatiser la démarche : Si vous avez plus de 300 variables à lister, cela devient vite très contraignant. Pour rendre la tâche plus simple, on sauvegarde la liste des variables par ordre alphabétique dans une macro variable. Le nom de toutes les variables est disponible dans le dictionnaire TABLES.

proc sql noprint;
  select name into : var_lst separated by ‘, ‘
     from dictionary.columns
     where upcase(libname)=‘SASHELP’ and
           upcase(memname)=‘CLASS’
     order by name;
  create table class as
     select &
var_lst.
     from sashelp.class;
quit;