Archive for the ‘proc contents’ Category

h1

Une formation gratuite d’introduction à SAS en deux clics

août 20, 2016

Bonjour,

La plateforme de formation en ligne : programmeur-pro.com vient de bénéficier d’un petit lifting.

Elle contient la formation gratuite : « Introduction à SAS pour vrai débutant « .

Introduction à SAS pour vrai débutant, le descriptif:

Ce programme s’adresse aux vrais débutants en langage SAS. Vous devez travailler en collaboration avec des programmeurs SAS, faire tourner des programmes existants ou naviguer dans une table SAS, ce programme d’introduction est fait pour vous.

Ici, on vous donne les outils de base pour gagner en autonomie dans votre travail, acquérir une meilleure compréhension des contraintes de la programmation et acquérir le vocabulaire pour dialoguer avec des programmeurs.

Ce programme est composé de 7 unités.

Pour créer un compte, cliquez sur S’inscrire. Confirmez ensuite votre inscription en cliquant sur le mail que vous recevrez.

Si vous pensez que dans votre entourage d’autres personnes pourraient bénéficier de ce programme, alors partagez le lien : programmeur-pro.com

A très bientôt sur la plateforme.

Véronique

h1

Copier la structure d’un data set et se séparer des données

octobre 16, 2008

Sous SAS, comment récupérer les caractéristiques d’un data set dans un autre data set sans les données et ainsi s’épargner un travail occasionnel mais qui peut vite devenir fastidieux ? Le nom des variables, leur position dans le data set et leurs autres attributs (type, longueur, format, informat) forme la structure d’un data set. Pour les récupérer, deux notations sont offertes : l’option OBS= dans une étape data et le mot LIKE dans une procédure SQL.

1. Créer le data set servant d’exemple

Pour illustrer les deux notations, nous partirons d’un data set nommé CLASS contenant une ligne d’observations et trois variables :

  • le nom de l’élève (NAME),
  • la date de début du cursus (SDT pour starting date) et
  • la date de fin du cursus (EDT pour ending date).

data class;
attrib name length=$15 label=‘Nom’
sdt informat=date9. format=date9. label=‘Starting Date’
edt informat=date9. format=date9. label=‘Ending Date’;
input name $ sdt edt;
datalines;
Charline 06OCT2006 15JUN2007
;
run;

Un PROC CONTENTS résumera les attributs des variables de la manière suivante :

proc contents data=class;
run;

# Variable Type Len Pos Format Informat Label

3 edt Num 8 8 DATE9. DATE9. Ending Date
1 name Char 15 16 Nom
2 sdt Num 8 0 DATE9. DATE9. Starting Date

1. Créer un data set vide

Dans cette première partie, un data set SQL_SOLUTION et ETAPE_DATA sont créés. Les deux ont la même structure

La procédure SQL : Au lieu de désigner toutes les variables à garder après un AS SELECT, on passe directement au data set de référence en l’introduisant avec le mot LIKE.

proc sql;
create table sql_solution like class;
quit;

L’étape data : L’option data set OBS= sur le fichier d’entrée précise qu’aucune observation ne sera lue. Seul le ‘header’ du data set contenant les caractéristiques sont lues par SAS et sauvegardées dans le data set de sortie ETAPE_DATA.

data etape_data;
set class (obs=0);
run;

SAS ira un peu plus vite avec une instruction STOP.

data etape_data;
set class;
stop;
run;

3. Ajouter des observations au data set vide

Une fois le data set copié sans les observations deux lignes sont ajoutées. La première désigne Jean-Pierre qui a début en janvier 2006. Christophe est nommé en second. Il a début le 7 octobre 2005 et terminé le 18 juin 2007.

La procédure SQL : Dans la PROC SQL, je vous propose d’ajouter les observations manuellement grâce à l’instruction INSERT INTO.

proc sql;
create table sql_solution like class;
insert into sql_solution
set name=‘Jean-Pierre’, sdt=’10JAN2006′d
set name=‘Christophe’, sdt=’07OCT2005′d, edt=’18JUN2007′d;
quit;

L’étape data : Dans un data step, les nouvelles observations sont sauvegardées dans un autre data set et sont ajoutées au moyen de l’instruction SET.

data add;
name=‘Jean-Pierre’;
sdt=’10JAN2006′d;
output;
name=‘Christophe’;
sdt=’07OCT2005′d;
edt=’18JUN2007′d;
output;
run;

data etape_data;
set class (obs=0)
add;
run;

Note : Dans ce cas, il faut que le data set contenant la structure apparaissent en premier. SAS sauvegarde toujours la première variable qu’il rencontre avec ses attributs. Proposer une autre variable du même nom avec des attributs différents ensuite n’alternera pas celles sauvegardées en premier.

h1

Un texte de 32 767 caractères passé au crible

septembre 1, 2008

La quantité d’espace alloué pour une observation dans un data set SAS peut aller jusqu’à 32 767 octets (byte en anglais). Pour m’amuser, j’ai voulu tester. Pour ce faire, j’ai procédé en trois étapes :

  • J’ai créé une variable de 32 767 caractères et j’ai imprimé sa seule valeur dans un fichier .TXT.
  • Puis, j’ai voulu voir comment se déroulait le passage de 32 767 caractères d’un fichier .TXT dans une seule observation d’un data set SAS.
  • Enfin, pour visualiser le tout, j’ai imprimé cette observation dans un fichier .RTF.

Note : La longueur (length) est le mot utilisé en SAS pour parler de la quantité d’espace alloué à une observation. Seules les variables de type caractères (character) peuvent avoir jusqu’à 32 767 octets. Les variables numériques en ont, en effet, 8 au maximum.  Un octet permet de stocker un caractère d’une variable texte. Pour plus de précisions sur l’octet, reportez-vous à l’article « 9 points autour de la notion d’octet« .

Note : La longueur allouée est identique pour toutes les observations d’une même variable. Si la longueur de la variable n’est pas explicitement donné, SAS utilise la longueur de la première observation. Avec un input file, seuls 8 octets sont attribués (SAS Online Doc. : SAS Variable Attributes« ). 

data one;
   input x $;
   datalines;
ABC
ABCDEFGHIJKLMN
;
run;

data two;
   x=‘ABC’;
   output;
   x=‘ABCDEFGHIJKLMN’;
   output;
run;

data three;
x=‘ABCDEFGHIJKLMN’;
output;
x=‘ABC’;
output;
run;

Dans le premier exemple, la longueur sera de 8. La seconde observation sera donc coupée.

ABC
ABCDEFGH

Dans le second exemple, la longueur est définie par la première observation. Il s’agit donc d’une longueur de 3. La seconde observation est coupée et ne garde que les trois premiers caractères.

ABC
ABC

Dans le troisème exemple, la longueur est également définie par la première observation. Elle est donc cette fois de 14. Aucune des deux observations n’est coupée.

ABCDEFGHIJKLMN
ABCDEFGHIJKLMN

Cette valeur est changeable. Il s’agit de modifier l’attribut LENGTH d’une variable donnée dans un data step. La valeur est définie soit à l’instruction LENGTH, soit à l’instruction ATTRIB.

1. Imprimer 32 767 caractères dans un fichier .TXT

Dans l’exemple ci-dessous, un fichier .TXT est créé. Il contient 32 767 caractères venant d’une seule et même observation.

Une instruction LENGTH définissant le type et la longueur de la variable : Dans cet exemple, une variable TEST_VAR est créée. Il s’agit d’une variable caractère. Une longueur de 32 767 lui est assignée avec l’instruction LENGTH. Elle pourra donc contenir jusqu’à 32 767 octets par record.

Taper plus de 32 000 caractères, c’est long mais il y a la fonction REPEAT pour nous sauver : La valeur prise par le premier record de la variable TEST_VAR est donnée. J’ai choisi de répéter la lettre a 32 766 fois. Je dis bien 32 766 fois et non 32 765 fois car la fonction REPEAT ajoute à la valeur initiale ‘a’ 32 765 autres ‘a’, soit 32 765 + 1.

Ajouter un dernier caractère à notre valeur : A ces 32 766 lettres ‘a’, j’ai ajouté la lettre ‘b’ en faisant une concaténation grâce aux deux barres verticales. De cette manière, il sera possible de visualiser l’absence de coupure faite par SAS.

filename lgth_max ‘C:/sasref/lgth_max.txt’;
data _null_;
   file lgth_max;
   length test_var $ 32767;
   test_var=repeat(‘a’,32765)||‘b’;
   put test_var;
run;

filename lgth_max clear;

Ecrire le contenu de la variable dans un fichier externe : pour écrire les 32 767 caractères dans un fichier externe, SAS a besoin de trois instructions.

  • Ecrire du texte avec l’instruction PUT : L’instruction PUT est exécutée pour chaque observation de la variable TEST_VAR, c’est-à-dire une fois dans notre cas.
  • Diriger un texte vers une autre destination que la log avec l’instruction FILE : La valeur prise par la variable TEST_VAR est écrite dans un autre fichier. Cet autre fichier est désigné de manière indirecte dans l’instruction FILE. Je dis de manière indirecte car seul un nom figure dans l’instruction FILE, un nom désignant un fichier préalablement défini. On parle de FILEREF.
  • Caractériser un fichier de destination avec l’instruction FILENAME : Le FILEREF désignant la destination du texte à imprimer est défini dans l’instruction FILENAME. A la fin du programme, ce nom servant d’intermédiaire est supprimé pour pouvoir resservir et ainsi désigner un autre fichier ou chemin d’accès.

Pas besoin de créer un data set SAS ici : Dans le cas présent, nous avons besoin d’une étape DATA pour exécuter ce code mais nous n’avons pas besoin de créer un data set. Pour épargner la tâche de création d’un data set, le nom _NULL_ remplace le nom d’un data set.

2. Créer un data set SAS

Lire les données contenues dans un fichier externe : Une variable TEST_NEW est créée dans un data set nommé TEST_DS. Elle est de type caractère comme l’indique le symbole dollar ($) présent dans l’instruction INPUT.

Avant d’entrer une valeur dans cette variable, la longueur maximale autorisée est définie dans l’instruction LENGTH. Comme il s’agit d’une variable caractère, il faut ajouter le dollar.

Au lieu de saisir manuellement les valeurs dans le data step en introduisant le mot DATALINES, une instruction INFILE désigne le fichier où sont stockées les données.

data test_ds;
   infile ‘C:/sasref/lgth_max.txt’;
   length test_new $ 32767;
   input test_new $;
run;

Vérifier la valeur prise par l’attribut LENGTH de la variable TEST_NEW :  La procédure PROC CONTENTS donnera un aperçu des caractéristiques des variables du data set TEST. Bref, cette procédure donnera accès aux méta données (metadata ou données sur les données). Cela comprend la longueur allouée à la variable TEST_NEW et le type de la variable (caractère dans ce cas précis).

proc contents data=test_ds;
run;

3. Visualiser le data set dans un fichier .RTF

Seuls les 128 premiers caractères sont imprimables dans la fenêtre OUTPUT. Par contre, vous pouvez envisager d’autres destinations comme un fichier .RTF. Dans l’exemple, on joue avec les instructions ODS (Output Delivery System).

  • D’une part, la redirection vers la fenêtre output est stoppée le temps de l’impression, via les instructions ODS LISTING.
  • D’autre part, les 32 767 caractères sont envoyés dans un fichier .RTF grâce aux instructions ODS RTF.

ods listing close;
ods rtf file=‘C:/sasref/lgth_max.rtf’;
proc print data=test_ds;
run;
ods rtf close;
ods listing;

Pours les curieux : Changez la longueur pour 32 768 et expérimentez en direct les limites de SAS.