Archive for the ‘proc print’ Category

h1

Protégé : Deux exemples d’usage de la syntaxe de l’ODS : PROC PRINT et PROC REPORT

juin 26, 2011

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités
h1

Un texte de 32 767 caractères passé au crible

septembre 1, 2008

La quantité d’espace alloué pour une observation dans un data set SAS peut aller jusqu’à 32 767 octets (byte en anglais). Pour m’amuser, j’ai voulu tester. Pour ce faire, j’ai procédé en trois étapes :

  • J’ai créé une variable de 32 767 caractères et j’ai imprimé sa seule valeur dans un fichier .TXT.
  • Puis, j’ai voulu voir comment se déroulait le passage de 32 767 caractères d’un fichier .TXT dans une seule observation d’un data set SAS.
  • Enfin, pour visualiser le tout, j’ai imprimé cette observation dans un fichier .RTF.

Note : La longueur (length) est le mot utilisé en SAS pour parler de la quantité d’espace alloué à une observation. Seules les variables de type caractères (character) peuvent avoir jusqu’à 32 767 octets. Les variables numériques en ont, en effet, 8 au maximum.  Un octet permet de stocker un caractère d’une variable texte. Pour plus de précisions sur l’octet, reportez-vous à l’article « 9 points autour de la notion d’octet« .

Note : La longueur allouée est identique pour toutes les observations d’une même variable. Si la longueur de la variable n’est pas explicitement donné, SAS utilise la longueur de la première observation. Avec un input file, seuls 8 octets sont attribués (SAS Online Doc. : SAS Variable Attributes »). 

data one;
   input x $;
   datalines;
ABC
ABCDEFGHIJKLMN
;
run;

data two;
   x=‘ABC’;
   output;
   x=‘ABCDEFGHIJKLMN’;
   output;
run;

data three;
x=‘ABCDEFGHIJKLMN’;
output;
x=‘ABC’;
output;
run;

Dans le premier exemple, la longueur sera de 8. La seconde observation sera donc coupée.

ABC
ABCDEFGH

Dans le second exemple, la longueur est définie par la première observation. Il s’agit donc d’une longueur de 3. La seconde observation est coupée et ne garde que les trois premiers caractères.

ABC
ABC

Dans le troisème exemple, la longueur est également définie par la première observation. Elle est donc cette fois de 14. Aucune des deux observations n’est coupée.

ABCDEFGHIJKLMN
ABCDEFGHIJKLMN

Cette valeur est changeable. Il s’agit de modifier l’attribut LENGTH d’une variable donnée dans un data step. La valeur est définie soit à l’instruction LENGTH, soit à l’instruction ATTRIB.

1. Imprimer 32 767 caractères dans un fichier .TXT

Dans l’exemple ci-dessous, un fichier .TXT est créé. Il contient 32 767 caractères venant d’une seule et même observation.

Une instruction LENGTH définissant le type et la longueur de la variable : Dans cet exemple, une variable TEST_VAR est créée. Il s’agit d’une variable caractère. Une longueur de 32 767 lui est assignée avec l’instruction LENGTH. Elle pourra donc contenir jusqu’à 32 767 octets par record.

Taper plus de 32 000 caractères, c’est long mais il y a la fonction REPEAT pour nous sauver : La valeur prise par le premier record de la variable TEST_VAR est donnée. J’ai choisi de répéter la lettre a 32 766 fois. Je dis bien 32 766 fois et non 32 765 fois car la fonction REPEAT ajoute à la valeur initiale ‘a’ 32 765 autres ‘a’, soit 32 765 + 1.

Ajouter un dernier caractère à notre valeur : A ces 32 766 lettres ‘a’, j’ai ajouté la lettre ‘b’ en faisant une concaténation grâce aux deux barres verticales. De cette manière, il sera possible de visualiser l’absence de coupure faite par SAS.

filename lgth_max ‘C:/sasref/lgth_max.txt’;
data _null_;
   file lgth_max;
   length test_var $ 32767;
   test_var=repeat(‘a’,32765)||‘b’;
   put test_var;
run;

filename lgth_max clear;

Ecrire le contenu de la variable dans un fichier externe : pour écrire les 32 767 caractères dans un fichier externe, SAS a besoin de trois instructions.

  • Ecrire du texte avec l’instruction PUT : L’instruction PUT est exécutée pour chaque observation de la variable TEST_VAR, c’est-à-dire une fois dans notre cas.
  • Diriger un texte vers une autre destination que la log avec l’instruction FILE : La valeur prise par la variable TEST_VAR est écrite dans un autre fichier. Cet autre fichier est désigné de manière indirecte dans l’instruction FILE. Je dis de manière indirecte car seul un nom figure dans l’instruction FILE, un nom désignant un fichier préalablement défini. On parle de FILEREF.
  • Caractériser un fichier de destination avec l’instruction FILENAME : Le FILEREF désignant la destination du texte à imprimer est défini dans l’instruction FILENAME. A la fin du programme, ce nom servant d’intermédiaire est supprimé pour pouvoir resservir et ainsi désigner un autre fichier ou chemin d’accès.

Pas besoin de créer un data set SAS ici : Dans le cas présent, nous avons besoin d’une étape DATA pour exécuter ce code mais nous n’avons pas besoin de créer un data set. Pour épargner la tâche de création d’un data set, le nom _NULL_ remplace le nom d’un data set.

2. Créer un data set SAS

Lire les données contenues dans un fichier externe : Une variable TEST_NEW est créée dans un data set nommé TEST_DS. Elle est de type caractère comme l’indique le symbole dollar ($) présent dans l’instruction INPUT.

Avant d’entrer une valeur dans cette variable, la longueur maximale autorisée est définie dans l’instruction LENGTH. Comme il s’agit d’une variable caractère, il faut ajouter le dollar.

Au lieu de saisir manuellement les valeurs dans le data step en introduisant le mot DATALINES, une instruction INFILE désigne le fichier où sont stockées les données.

data test_ds;
   infile ‘C:/sasref/lgth_max.txt’;
   length test_new $ 32767;
   input test_new $;
run;

Vérifier la valeur prise par l’attribut LENGTH de la variable TEST_NEW :  La procédure PROC CONTENTS donnera un aperçu des caractéristiques des variables du data set TEST. Bref, cette procédure donnera accès aux méta données (metadata ou données sur les données). Cela comprend la longueur allouée à la variable TEST_NEW et le type de la variable (caractère dans ce cas précis).

proc contents data=test_ds;
run;

3. Visualiser le data set dans un fichier .RTF

Seuls les 128 premiers caractères sont imprimables dans la fenêtre OUTPUT. Par contre, vous pouvez envisager d’autres destinations comme un fichier .RTF. Dans l’exemple, on joue avec les instructions ODS (Output Delivery System).

  • D’une part, la redirection vers la fenêtre output est stoppée le temps de l’impression, via les instructions ODS LISTING.
  • D’autre part, les 32 767 caractères sont envoyés dans un fichier .RTF grâce aux instructions ODS RTF.

ods listing close;
ods rtf file=‘C:/sasref/lgth_max.rtf’;
proc print data=test_ds;
run;
ods rtf close;
ods listing;

Pours les curieux : Changez la longueur pour 32 768 et expérimentez en direct les limites de SAS.

h1

Je garde ou je jette? les variables

août 25, 2008

Pour garder ou supprimer sous SAS des variables, il y a les mots-clés KEEP (garder) et DROP (enlever). Sélectionner les variables nécessaires par la suite et seulement celles-ci est très important. Cela fait partie des outils pour améliorer la performance d’un programme tant en terme de temps d’exécution que le volume demandé pour stocker les data sets. Voici plus en détails, et avec des exemples, l’utilisation de ce vocabulaire qui s’applique au data step, aux procédures et à la syntaxe de l’ODS OUTPUT.

1. L’option dans un data step

Les mots KEEP et DROP servent principalement en tant qu’option appliquée à un data set donné. Elles sont alors listées juste après le nom du data set entre parenthèses et sont suivies du signe égal :

  • Keep= Data Set Option : nom_du_dataset (keep=nom_var1 nom_var2 etc)
  • Drop= Data Set Option : nom_du_dataset (drop=nom_var1 nom_var2 etc)

Exemple 1 : une instruction SET

data class (drop=weight: height:);
   set sashelp.class (keep=name weight height);
   weight_kg = weight*0.45359237;
   height_m  = height*0.0254;
   bmi       = weight_kg/height_m**2;
run;

Dans le cas présent, les variables NAME (nom), WEIGHT (poids) et HEIGHT (taille) sont lues dans le fichier d’origine SASHELP.CLASS et gardées. De nouvelles variables sont calculées pour avoir un poids en kilogramme (WIEGHT_KG) et une taille en mètres (HEIGHT_M). A partir du poids et de la taille, l’indicateur de masse corporelle (BMI) est calculé. Les variables, dont le nom commence par WEIGHT et HEIGHT, ne sont plus nécessaires par la suite. Elles sont donc supprimée dans le data set final appelé CLASS.

Soit le mot KEEP, soit le mot DROP est donné en option mais pas les deux afin d’éviter les confusions. Le choix entre KEEP et DROP dépend souvent du nombre de variables à lister par la suite. C’est donc un choix purement pratique.

Note, Indice de masse corporelle : L’indice de masse corporel (Body Mass Index, BMI) est égal au poids divisé par la taille au carré (poids/taille2). Le site de l’Organisation Mondiale de la Santé (World Health Organisation, WHO) donne des précisions sur le sujet.

Note, Conversion des unités de mesures (source Wikipedia) : je suppose que la taille donnée dans le fichier SASHELP.CLASS est exprimée en pouces (inches) et que le poids est exprimé en livres (pounds). Sachant qu’un pouce est égal à 2,54 cm et qu’une livre est égale à 0,45359237 kg, les tailles et poids du premier exemple ont pu être convertis en mètres et kilos.

Exemple 2 : une instruction MERGE

data age_ae;
   merge ae      (in=ref keep=name ae_id ae_sev)
         patient (keep=name age);
   by name;
   if ref;
run;

Dans ce second exemple, les patients ayant eu un effet secondaire (adverse event, AE) sont enregistrés dans le data set AE. Chaque effet secondaire est identifié de manière unique par les variables NAME et AE_ID. La sévérité de l’effet secondaire nous intéresse dans le data set AE.

A cette information, est ajouté l’âge du patient disponible dans la variable AGE du data set PATIENT.

La variable commune aux deux data sets est NAME. Il faut donc qu’elle reste dans les deux data sets. Seuls les patients ayant eu un effet secondaire sont sélectionnés grâce à l’option IN.

Pour tester l’exemple, vous trouverez en fin d’article un code créant les fichiers PATIENT et AE.

NOTE : Une variable utilisée par une autre option du data set comme RENAME ou WHERE ne pourra pas être supprimée au même moment.

2. Quelques exemples de procédures

Dans une procédure, elles suivent le nom du data set d’entrée et/ou du data set de sortie. Aucun autre mot ne doit être inséré entre le nom du data set et les options entre parenthèses.

  • proc sort data=… () out=…();
  • proc print data=… () width=min;
  • proc transpose data=…() out=…() prefix=visit;
  • proc freq data=…();
  • proc report data=…() split=’#’;
  • proc tabulate data=…()
  • proc gplot data=…()
  • proc boxplot data=…()
  • proc univariate data=…()
  • proc ttest data=…()
  • etc.

La procédure SQL liste les variables à garder après le mot SELECT. Il n’y a pas à ce stade d’option pour supprimer les variables. Par contre, on peut affiner la sélection après que le data set final soit créé. Bien sûr, le temps de lecture est augmenté puisque toutes les variables sont lues pour créer le data set et non un sous-ensemble.

proc sql;
   create table test (drop=ae_sdt ae_edt) as
      select a.*, age
      from ae a
      left join
           patient b
      on a.name=b.name;
quit;

NOTE : L’option WHERE est très pratique lorsqu’on en peut faire une sélection que sur le résultat de la fusion.

proc sql;
   create table test (where=(ae_sev=1 or age=12)) as
      select a.*, age
      from (select name, ae_id, ae_sev
            from ae) a
      left join
           (select name, age
            from patient) b
      on a.name=b.name;
quit;

3. L’option dans l’ODS OUTPUT

Les sorties générées par une procédure sont redirigeables vers un data set via l’instruction ODS OUTPUT. Le nom de la sortie est alors suivi du signe égal et du nom du data set de destination. Après ce nom les options sont ajoutables.

ods exclude all;
ods output onewayfreqs=exemple_ods (keep=age frequency percent);
proc freq data=sashelp.class;
   table age;
run;
ods output clear;
ods exclude none;

Deux articles sur l’ODS OUTPUT sont déjà à votre disposition

4. Les instructions KEEP et DROP dans un data step

En plus des options KEEP et DROP, il existe les instructions KEEP (KEEP Statement) et DROP (Drop Statement) pouvant être exécutées dans un data step. L’important ici est de se souvenir que l’instruction s’applique à la fin du data step, une fois que le data set final est créé. Ainsi il n’est pas possible de supprimer une variable en milieu de programme pour ensuite créer une autre variable du même nom.

data class (drop=i);
   do i=0 to 3;
      output;
   end;
   do i=10 to 12;
      output;
   end;
run;

data class;
   do i=0 to 3;
      output;
   end;
   drop i;
   do i=10 to 12;
      output;
   end;
run;

Les deux exemples ci-dessus font le même travail. La variable I n’apparaîtra pas dans le data set final car elle est supprimée en fin de programme.

Lectures complémentaires : Outre les options KEEP et DROP, le programmeur utilisera souvent les options RENAME et WHERE et de temps en temps les options FIRSTOBS et OBS. Pour une liste complète des options, consultez la documentation en ligne : SAS Data Set Option.

Après savoir comment supprimer les variables et donc les colonnes d’un data set SAS, vous serez peut-être intéressé de savoir comment supprimer ou garder certaines lignes d’un data set avec les mots-clés DELETE (DELETE Statement) et OUTPUT (OUTPUT Statement).

Annexe : Créer les data sets PATIENT et AE pour tester l’exemple avec MERGE.

data patient;
   set sashelp.class;
run;

data ae;
   set sashelp.class (keep=name);
   if name=‘Thomas’ then
      do;
         ae_id  = 1;
         ae_sdt = ’21MAR2007’d;
         ae_edt = ’28APR2007’d;
         ae_sev = 3;
         output;
         ae_id  = 2;
         ae_sdt = ’03JUN2007’d;
         ae_edt = ’19JUN2007’d;
         ae_sev = 1;
         output;
      end;
run;

h1

Diriger les sorties d’un PROC MEANS dans un dataset SAS

juillet 24, 2008

Par défaut, les résultats des procédures SAS sont affichés dans la fenêtre OUTPUT. Pour convertir ces résultats en tableau SAS (SAS dataset), la syntaxe de l’ODS (Output Delivery System) dispose d’outils appropriés comme les instructions 

  • ODS TRACE pour identifier une sortie,
  • ODS OUTPUT pour rediriger une sortie vers un data set,
  • ODS SELECT and ODS EXCLUDE pour choisir les sorties apparaissant dans la fenêtre OUTPUT.

Pour illustrer ce sujet, la procédure PROC MEANS sera utilisée.

Remise dans le contexte :

  • Changer l’éditeur pour une présentation plus fine : rediriger vers un document RTF avec ODS RTF s’applique une fois que la formulation nous convient.
  • Changer la formulation des informations : le TEMPLATE peut préalablement être modifié pour n’afficher qu’un sous ensemble du résultat par exemple.
  • Faire de gros travaux : pivoter un tableau, combiner des résultats entre eux ou encore calculer une valeur à partir des résultats existant fait partie des gros travaux qui nécessitent de passer par un dataset SAS.

1. Identifier le nom des résultats

Pour voir le nom des différentes outputs, entourez votre procédure des instructions ODS TRACE ON/LISTING et ODS TRACE OFF.

  • La première instruction demande l’affichage de chacune des noms des sorties.
  • L’option LISTING permet d’afficher cette information dans la fenêtre OUTPUT. La destination par défaut est la LOG.
  • Enfin, la seconde instruction désactive le traçage.

Premier exemple

ods trace on/listing;

*Exemple 1 : Proc Means;
proc means data=sashelp.class;
   var height weight;
run;

ods trace off;

On obtient la sortie de PROC MEANS appelée SUMMARY.

Output Added:
————-
Name: Summary
Label: Summary statistics
Template: base.summary
Path: Means.Summary
————-

Second exemple avec une instruction BY : il est toujours possible d’ajouter une instruction BY dans PROC MEANS.

proc sort data=sashelp.class out=class;
   by sex;
run;

ods trace on/listing;

*Exemple 2 : Proc MEANS et l’instruction BY;
proc means data=class;
   by sex;
   var height weight;
run;

ods trace off;

Il y a plusieurs outputs pour une seule procédure. Les deux sorties ont le même nom (NAME) mais le chemin d’accès (PATH) est différent. On parle de BYGROUP1 et BYGROUP2 pour les distinguer.

Output Added:
————-
Name: Summary
Label: Summary statistics
Template: base.summary
Path: Means.ByGroup1.Summary
————-

Output Added:
————-
Name: Summary
Label: Summary statistics
Template: base.summary
Path: Means.ByGroup2.Summary
————-

2. ODS OUTPUT et PROC MEANS

Dans le premier exemple, un data set EXEMPLE1 est créé à partir de la sortie ONEWAYFREQ de la PROC MEANS appliquée au fichier SASHELP.CLASS.

J’ai choisi d’écrire l’instruction ODS OUTPUT à l’intérieur de la procédure puisqu’elle s’applique uniquement à la procédure mais elle peut être aussi affichée avant la procédure.

Une seule instruction pour plusieurs data sets à créer : Ecrire l’instruction ODS OUTPUT avant la procédure est intéressant si vous générez plusieurs sorties de procédures différentes et voulez lister tous les data sets SAS à créer en une seul instruction ODS OUTPUT.

*Exemple 1 : Proc Means;
proc means data=sashelp.class;
   var height weight;
   ods output summary=exemple1;
run;

 
Un fichier brut peu lisible : Après un PROC PRINT sur le data set EXEMPLE1, on découvre un fichier peu lisible dès qu’il y a plus d’une variable.

   VName_          
   Height      Height_N    Height_Mean  

   Height        19        62.336842105  

   Height_
   StdDev      Height_Min  Height_Max

5.1270752466     51.3          72

   VName_
   Weight      Weight_N    Weight_Mean
   Weight        19        100.02631579

  Weight_
   StdDev      Height_Min  Height_Max
22.773933494     50.5          150

Solution, étape 1 : Une solution est de faire un PROC TRANSPOSE pour un résultat sous la forme ci-dessous.

   _NAME_     _LABEL_     COL1

Height_N      N          19.000
Height_Mean   Mean       62.337
Height_StdDev Std Dev     5.127
Height_Min    Minimum    51.300
Height_Max    Maximum    72.000
Weight_N      N          19.000
Weight_Mean   Mean      100.026
Weight_StdDev Std Dev    22.774
Weight_Min    Minimum    50.500
Weight_Max    Maximum   150.000

Dans la sortie brute de l’ODS OUTPUT, les variables commencent soit par HEIGHT, soit par WEIGHT (soit par VNAME ne m’intéresse pas ici). Il s’agit de transposer toutes ces variables. Il faut donc toutes les lister. Par soucis de clarté et de simplicité, on peut faire appel à une version abrégée : la racine commune des variables suivie de deux points.

proc transpose data=exemple1 out=exemple1;
   var height: weight:;
run;

Solution, étape 2 : Pour retrouver une présentation semblable à celle d’un PROC MEANS envoyé dans la fenêtre OUTPUT, il faut transposer de nouveau. Auparavant, il faut créer une variable distinguant la variable HEIGHT de la variable WEIGHT.

var_name  N   Mean   Std_Dev Minimum Maximum

 Height  19  62.337  5.1271    51.3     72
 Weight  19 100.026 22.7739    50.5    150

Créer une variable nommée VAR_NAME prenant soit la valeur HEIGHT soit la valeur WEIGHT.

  • La fonction SCAN récupérera, dans une variable nommée VAR_NAME, le premier mot de la variable _NAME_ après avoir précisé que chaque mot est séparé par un trait bas (underscore).
  • La longueur de la variable est définie explicitement au cas où certains noms de variables seraient supérieurs à 8 et donc tronqués.
  • Cette longueur est définie avant l’instruction SET pour que la variable VAR_NAME apparaisse en premier.

data exemple1 (drop=_name_);
   length var_name $12;
   set exemple1;
   var_name=scan(_name_,1,‘_’);
run;

Il est alors possible de faire pivoter le data set. Une ligne est créée pour HEIGHT et une autre pour WEIGHT, c’est-à-dire pour chaque nouvelle valeur de VAR_NAME. Chaque colonne prend le nom contenu dans la variable _LABEL_.

proc transpose data=exemple1 out=exemple1 (drop=_name_);
   by var_name;
   id _label_;
run;

L’instruction BY : Dans le cas du PROC MEANS, on ne rencontre pas de difficulté particulière liée à l’instruction BY. Au lieu d’avoir une ligne dans le fichier de sortie, on a autant de lignes que de valeurs dans la variable de l’instruction BY. Dans notre exemple, on a donc deux lignes avec une instruction BY SEX. Vous pouvez retrouver le code pour la transposition en fin d’article pour obtenir la sortie suivante :

Sex=F

var_name  N   Mean  Std_Dev Minimum Maximum

 Height   9 60.5889  5.0183   51.3    66.5
 Weight   9 90.1111 19.3839   50.5   112.5

Sex=M

var_name  N  Mean  Std_Dev Minimum Maximum

 Height  10  63.91  4.9379    57.3    72
 Weight  10 108.95 22.7272    83.0   150

3. Sélectionner ou exclure certaines sorties ou toute les sorties (ODS EXCLUDE, SELECT, LISTING)

L’instruction ODS LISTING CLOSE suspend l’envoie de toutes les sorties dans la fenêtre OUTPUT. L’ODS EXCLUDE interrompt un sous-ensemble ou toutes les sorties générées par la procédure. A l’inverse, l’ODS SELECT retient les sorties. A vous de voir si vous avez plus vite fait de lister les sorties à garder ou celles à exclure.

Quelques sorties : Pour sélectionner ou exclure quelques sorties en particulier, il suffit d’ajouter leur nom, trouvés au préalable avec ODS TRACE ON, séparé par un espace dans l’instruction. Cela est pratique pour des procédures générant beaucoup de sorties comme PROC UNIVARIATE. 

Toutes les sorties : Pour faire la même chose sur toutes les sorties, on utilise ALL et NONE avec ODS EXCLUDE et ODS SELECT.

*Exemple 1 : Proc Means;

ods exclude all; *ods select none; *ods listing close;
proc means
data=sashelp.class;
   var height weight;

   ods output summary=exemple1;
run;
ods exclude none; *ods select all; *ods listing;

Note : Toutes les explications couvertes dans cet article s’appliquent aussi à la procédure PROC SUMMARY.

Annexe : Détails du programme s’appliquant au second exemple

*Exemple 2 : Proc MEANS et l’instruction BY;

proc sort data=sashelp.class out=class;
   by sex;
run;

proc means data=class;
   by sex;
   var height weight;
   ods output summary=exemple2;
run;

proc transpose data=exemple2 out=exemple2;
   by sex;
   var height: weight:;
run;

data exemple2 (drop=_name_);
   length var_name $12;
   set exemple2;
   var_name=scan(_name_,1,‘_’);
run;

proc transpose data=exemple2 out=exemple2 (drop=_name_);
   by sex var_name;
   id _label_;
run;

proc print data=exemple2 noobs;
   by sex;
run;

h1

Des marges personnalisées pour vos rapports RTF

juin 30, 2008

Les documents lus par Word peuvent être sauvegardés au format RTF. SAS crée ce type de document en encadrant les tableaux et graphiques de la syntaxe ODS RTF (Output Delivery System). Par défaut, les marges sont de 0,63 cm (soit 0.25 inches) pour chacun des quatre côtés. Pour les changer, il faut procéder en 3 étapes : définir un template, changer les valeurs des marges et appeler le template.

1. Le coin des curieux

Un template est en programmation SAS ce qu’un patron est en couture. Il permet de définir l’apparence générale du travail final. Un template est défini en SAS avec la procédure PROC TEMPLATE. Pour distinguer les patrons pour les pantalons de ceux pour les chemisiers, des noms sont donnés à ces patrons. En SAS, ces noms sont appelés de STYLES.

Avec l’instruction LIST STYLES, vous affichez la liste des styles actuellement disponibles dans la fenêtre OUTPUT. Vous verrez notamment STYLES.RTF.

proc template;
   list styles;
run;

Pour voir le contenu de ce style dans la fenêtre LOG, il faut citer son nom dans l’instruction SOURCE.

proc template;
   source styles.rtf;
run;

Vous pourrez notamment repérer dans la LOG la partie sur les marges :

replace Body from Document
   « Controls the Body file. » /
   bottommargin = 0.25in
   topmargin = 0.25in
   rightmargin = 0.25in
   leftmargin = 0.25in;

2. Les trois étapes de base

2.1 Définir un template où les marges ne sont pas définies

Dans cet exemple, le nouveau template s’appelle STYLES.SASREF_RTF. Il est défini à partir du style STYLES.RTF. Les marges sont définies dans BODY FROM DOCUMENT. Une valeur non définie est assignée aux marges grâce au mot _UNDEF_ (undefined). Pour terminer la définition du template, une instruction END est ajoutée.

proc template;
   define style styles.sasref_rtf;
      parent = styles.rtf;
      replace body from document /
          bottommargin = _undef_
          topmargin = _undef_
          rightmargin = _undef_
          leftmargin = _undef_;
   end;
run;

L’ODS LISTING permet de désactiver la sortie vers la fenêtre OUTPUT dans un premier temps puis de la réactiver. Le mot-clé OUTPUT étant déjà pris au moment de la création de l’instruction ODS LISTING, SAS a choisi le mot-clé LISTING pour désigner la fenêtre OUTPUT.

2.2 Changer les mesures avec l’instruction OPTIONS

A présent, il est possible de modifier les marges avec l’instruction OPTIONS.

options bottommargin = 1.5 cm
        topmargin    = 1.5 cm
        rightmargin  = 2 cm
        leftmargin   = 2.5 cm;

2.3 Appeler le template nouvellement créé

Une option STYLE= est ajoutée à l’instruction ODS RTF. Le nom du template nouvellement créé y est assigné.

ods listing close;
ods rtf file  = ‘C:/sasref/margin_eg.rtf’
        style = styles.sasref_rtf;
   proc print data=sashelp.class;
   run;
ods rtf close;
ods listing;

3. Etape de nettoyage

Pour terminer, si le template n’est pas amené à être réutilisé, l’instruction DELETE permettra de le supprimer.

proc template;
   delete styles.sasref_rtf;
run;

h1

Il était une fois la LOG

juin 23, 2008

La fenêtre LOG (ou JOURNAL pour la version française de SAS) contient des informations plus ou moins détaillées sur le travail effectué par SAS. Ces informations peuvent être sauvegardées dans un fichier externe ou être supprimées lors de l’exécution du programme.

1. Une LOG plus ou moins détaillée

Deux situations se présentent :

  • lire les détails de l’exécution d’une macro
  • accéder aux détails d’un fichier .sas inclus dans un autre programme (%INCLUDE…)

Changer les options par défauts : les options MPRINT, MLOGIC et SYMBOLGEN s’adresse à la macro et SOURCE2 au programme inclus. Par défaut, ces options sont désactivées. Elles ont pour but d’aider le programmeur au stade du développement.

Voir le statut actuel des options : pour connaître l’état actuel d’une de ces options, il faut consulter la log après avoir exécuté la procédure options.

proc options;
run;

Remettre les options dans leur état initial : pour désactiver ces options, on utilise NOMPRINT, NOMLOGIC, NOSYMBOLGEN et NOSOURCE2.

Exemple, partie 1 : Le fichier main_include.sas contient l’instruction OPTIONS, le format AGE et la macro RAPPORT.

options source2 mprint mlogic symbolgen;

proc format;
   value age
   11-13 = ’11-13′
   14-16 = ’14-16′
   other = ‘Autre’;
run;

%macro rapport (dsn=);
proc report data=&dsn;
   columns name age sex;
   define name /‘Nom’ display;
   define age  /‘Age’ display ;
   define sex  /‘Sexe’ display;
   format age age.;
run;
%mend rapport;

Exemple, partie 2 : Dans un second programme, le premier programme et la macro RAPPORT sont appelés.

%include ‘C:/sasref/main_include.sas’;
%rapport (dsn=sashelp.class);

2. Commander la suppression du contenu de la LOG

Sous Windows, par défaut, à chaque nouvelle exécution d’un programme, la log grossie. Pour la vider, il y a deux possibilités : une manuelle et une automatique.

Après avoir activé la fenêtre log en la sélectionnant, il y a trois choix possibles :

  • Combiner les touches clavier Ctrl et E (raccourci clavier CTRL+E)
  • Sélectionner menu Edit/Clear All.
  • Taper la commande log;clear; dans le cadre en haut à gauche de l’écran

Cela marche aussi avec les fenêtres OUTPUT et EDITOR. Remplacez seulement le mot LOG par OUTPUT ou EDITOR pour la commande.

Pour une action automatique, l’instruction DM permet d’inclure dans le programme les mots-clés donné jusqu’à présent dans le cadre pour les commandes.

proc print data=sashelp.class;
run;

dm ‘log;clear;’;

3. Sauvegarder le contenu de la LOG dans un fichier externe

Rediriger le contenu de la log : la procédure PROC PRINTTO permet de rediriger le contenu de la log dans un fichier externe. Pour cela, le nom du fichier à créer et son chemin d’accès sont définis dans LOG=. Au choix, l’extension du fichier est .log ou .txt.

Rediriger le listing : le contenu de la fenêtre OUTPUT peut-être aussi redirigé. Cette fois-ci, il faut utiliser FILE=.

Ecraser les anciens fichiers : pour effacer le contenu d’un précédent fichier, il y a l’option NEW dans l’instruction PROC PRINTTO.

Réinitialisation : pour réactiver les destinations par défaut, la procédure sans argument est soumise à SAS.

proc printto log=‘C:/sasref/class.log’ new;
run;

proc printto file=‘C:/sasref/class.txt’ new;
run;

proc print data=sashelp.class;
run;

proc printto;
run;

h1

3 options pour un aperçu de vos données brutes (PROC PRINT)

février 2, 2008

Lors de l’écriture de votre programme, vous aurez une idée de l’état de votre jeu de données. En confrontant cet a priori avec un aperçu de vos données, vous agirez en sécurité et de manière professionnelle. La procédure d’impression (proc print) sera souvent suffisante pour avoir une vue rapide de vos données, concentrée sur les valeurs brutes compressées, sans label voir sans format.

1. Affichez le maximum d’information sur une page : en enlevant les blancs de fin de chaîne de caractère et les éventuels labels activés pour l’option label au niveau global, vous pourrez concentrer un plus grand nombre d’informations sur une page.

  • Pour un affichage minimum sans label, optez pour l’option WIDTH et la valeur minimum.
proc print data=demograph width=min;
run;
  • Pour seulement désactiver les labels le temps de la procédure, ajoutez l’option NOLABEL.
proc print data=demograph nolabel;
run;

2. Enlevez la variable « N° d’observation » : par défaut, la numérotation des observations avec un proc print apparaît. Ajoutez l’option NOOBS en référence à l’anglais « No observation ».

proc print data=demograph noobs;
run;

3. Visionnez les valeurs brutes : par défaut, les formats restent affichés. Pour les ôter les temps de la procédure, insérez le statement format dans la procédure. Deux options d’offrent à vous :

  • Lister chaque variable concernée
proc print data=demograph;
format mavar1 mavar2;
run;
  • Avec le mot-clé _all_ enlever le format de toutes les variables.
proc print data=demograph;
format _all_;
run;

4. Agrandissez la largeur de la page : dans le cas où un grand nombre de données sont à afficher mais pas à imprimer, vous pouvez agrandir la largeur de la page, appelée line size en anglais. Sinon, celles-ci apparaîtront sur plusieurs lignes rendant la lecture périlleuse.

options ls=250;

5. Affichez quelques observations : voir plusieurs centaines d’enregistrements n’apportera pas forcément plus d’information pour le développement de votre programme. L’impression des premières observations sera déjà une mine d’information. A la suite du nom du jeu de données, ajoutez entre parenthèses le numéro de la dernière observation via l’option OBS. Vous pouvez aussi changer la première observation par défaut avec FIRSTOBS.

proc print data=demograph (firstobs=100 obs=129);
run;

6. Pensez au copier/coller de Word : si vous envisagez de copier votre output sous Word, enlevez l’option pour centrer. SAS rajoute, en effet, des espaces pour centrer son texte qui s’avère contraignant dans un éditeur de texte.

options nocenter;

Dans le cas de la lecture des dictionnaires SAS, vous pouvez faire usage de la procédure SQL.