Posts Tagged ‘table’

h1

Copier une table dans une autre bibliothèque (PROC COPY)

mars 28, 2009

Lors de ses débuts avec SAS, l’étape data est souvent la méthode utilisée pour créer une table (data set) dans une bibliothèque différente de celle d’origine. Cette approche est tout à fait logique lorsque des modifications sont intervenues sur la table. Par contre, dans le cas d’un copier 1/1, la performance est meilleure avec un PROC COPY car les observations ne sont pas lues.

1. Créer une table SAS, une vue SAS et fichier catalogue pour les formats pour l’exemple

Afin de monter les variantes de la procédure PROC COPY, trois types de fichiers (member type) sont créés dans la bibliothèque WORK:

  • une table SAS (data set) nommée DSN
  • une vue (view) nommée VIEW NAME
  • un format catalog nommé FORMATS par défaut et contenant un seul format ici : NY

data dsn;
   x=1;
run;

proc sql;
   create view viewname as
      select *
      from sashelp.class;
quit;

proc format;
   value ny 0=’No’
            1=’Yes’;
run;

2. Copier tous les trois fichiers SAS dans la bibliothèque SASREF

Par défaut, tous les types de fichiers de la bibliothèque WORK sont copiés dans SASREF

libname sasref ‘C:/sasref’;
proc copy in=work out=sasref;
run;
libname sasref;

3. Ajouter de la flexibilité

Pour ajouter de la flexibilité, vous pouvez limiter le choix

  • à un type de fichier : memtype=data, memtype=view ou  memtype=catalog
  • à des noms de fichiers à sélecionner (instruction SELECT) ou à exclure (instruction EXCLUDE)

proc copy in=work out=sasref; *memtype=data;
   *select dsn formats;
   *exclude dsn formats;

run;

Rien ne  vous empêche d’utiliser plusieurs instructions SELECT (ou EXCLUDE) : une par type de fichiers

proc copy in=work out=sasref;
   select dsn     / memtype=data;
   select formats / memtype=catalog;
run;

4. PROC DATASETS alternative à PROC COPY

Développée plus récemment, la procédure PROC COPY englobe les fonctionnalités de plusieurs procédures et est enrichie de commandes qui lui sont propres.

PROC COPY fait partie des fonctionalités de PROC DATASETS. Par défaut, la bibliothèque de la procédure DATASETS est WORK. Pour la modifier au seul niveau de COPY, ajouter IN= dans l’instruction COPY. Cela aura la priorité sur l’option LIBRARY= de l’instruction PROC DATASETS.

proc datasets; * library=work; *memtype=data;
   copy /*in=work*/ out=sasref;
   select dsn     / memtype=data;
   select formats / memtype=catalog;
run;

Lectures complémentaires :

En savoir plus avec la SAS Online Doc :

  • The COPY Procedure
  • The DATASETS Procedure (l’intruction COPY)
  • The DATASETS Procedure for Unix
  • The DATASETS Procedure for Windows
  • The DATASETS Procedure for z/OS
h1

Modifier un data set sans le lire (formater, renommer, libeller)

mars 5, 2009

Sous SAS, il est possible d’ajouter et supprimer des formats avec une étape data. Cela implique la lecture des données. Pour s’attaquer aux formats sans lire les données, il y a la procédure PROC DATASETS. Quelle est la syntaxe à soumettre ? Quelles sont les autres modifications possibles ? Tout d’abord, vous trouverez le data set servant d’exemple. Puis, la version classique avec l’étape data est présentée suivie de la syntaxe de PROC DATASETS.

1. Les données servant d’exemple, le data set CLASS

Un data set CLASS : Dans cet exemple, un data set CLASS est créé dans la bibliothèque WORK. Il se base sur le data set du même nom situé dans la bibliothèque SASHELP.

Une variable SEX avec un format : Dans ce data set, on trouve une variable nommée SEX. Un format est appliqué sur cette variable de manière permanente (jusqu’à qu’il soit explicitement supprimé ou jusqu’à ce que le data set soit supprimé).

Un format SEX : Le format est également appelé SEX. Il est créé au préalable dans une procédure PROC FORMAT. Les valeurs ‘M’ apparaissent alors sous la forme ‘Male’ (homme) et les ‘F’ apparaissent sous la forme ‘Female’ (femme).

*create a format called SEX;
proc format;
   value $ sex 'M'='Male'
               'F'='Female';
run;
*Create a data set named CLASS ;
*based on the SASHELP.CLASS data set ;
*adding the SEX format to the SEX variable;
data class;
   set sashelp.class;
   format sex sex.;
run;

2. Solution avec une étape data

Nom du data set final : Dans cette étape data (data step), une table SAS (SAS data set) CLASS1 est créée à partir du data set CLASS.

Un label pour le data set : Un libellé (label) est appliqué sur le data set afin d’enrichir la compréhension globale du nouveau data set. Le libellé est « Changes with a Data Step ».

Renommer une variable : la variable WEIGHT (poids) est renommée. Elle s’appelle à la fin WEIGHT_STONE (poids en stone).

Un label pour une variable : un libellé est ajouté à la variable NAME du data set pour faciliter de nouveau la compréhension, de la variable cette fois. Le libellé est « Student Name ».

Traîter les formats : Enfin, l’instruction FORMAT enlève, dans le cas présent, le format de toutes les variables. Si vous voulez enlever seulement le format associé à la variable SEX, utilisez l’instruction en commentaire. Vous pouvez aussi assigner des formats sur d’autres variables avec une instruction FORMAT.

data class1;
   set class (label='Changes with a Data Step' rename=(weight=weight_stone));
   label name='Student Name';
   format _all_;
   *format sex;
 run;

*View the data step result;
proc print data=class1 label;
run;


3. Solution avec la procédure PROC DATASETS

Nom du data set final, instruction CHANGE : A la différence de l’étape data, ici aucun nouveau data set n’est créé. Le data set d’origine est renommé. En d’autres termes, le data set CLASS n’existe plus en tant que tel. L’instruction CHANGE a servi à faire la manipulation.

Un label pour le data set, instruction MODIFY : Un libellé (label) est appliqué sur le data set au moyen de l’instruction MODIFY. Le libellé est « Changes with PROC DATASETS ».

Renommer une variable, instruction RENAME (+MODIFY) : la variable WEIGHT est renommée WEIGHT_STONE au moyen de l’instruction RENAME après avoir utlisé l’instruction MODIFY.

Un label pour une variable, instruction LABEL (+MODIFY) : l’instruction LABEL utlisée en combinaison avec MODIFY ajouter le libellé « Student Name » à la variable NAME.

Traîter les formats, instruction FORMAT (+MODIFY) : Enfin, l’instruction FORMAT enlève, dans le cas présent, le format de toutes les variables.

proc datasets;
   change class=class2;
   modify class2 (label='Changes with PROC DATASETS');
   rename weight=weight_stone;
   label name='Student Name';
   format _all_;
run;
*View the PROC DATASETS result;
proc print data=class1 label;
run;
h1

Combien de contrats ai-je au total ? (5/5) PROC TABULATE

novembre 24, 2008

Ce dernier article de notre série sur le calcul d’un total par variable (contrat) sous SAS aborde la procédure PROC TABULATE. Comme précédemment, les résultats sont redirigés vers un data set.

1. Rappel

La source de la thématique : Cette série d’articles est basée sur une question posée sur le forum de www.commentcamarche.net : vous pouvez retrouver la question d’origine sur leur site.

Les autres articles : Vous pouvez retrouver les précédents articles de la série ici :

Les données :Les données sont sauvegardées dans un data set nommé CONTRATS. Il contient 4 variables :

  • l’identifiant de chaque client CLIENT,
  • le nombre de contrats NB_CNTR et
  • deux variables binaires TEL et HABITAT indiquant si oui ou non les fréquences s’appliquent.

Au total, on compte 9 contrats téléphoniques et 5 contrats d’habitation.

Créer le data set CONTRATS

data contrats;
   input client $ nb_cntr tel habitat;
   datalines;
a 5 1 0
b 1 1 0
c 2 0 1
d 1 1 0
e 3 0 1
f 2 1 0
;
run;

2. La réponse de PROC TABULATE

Lister les variables dans l’instruction VAR : Dans un premier temps les variables binaires TEL et HABITAT sont listées. Là encore il faut préciser le poids de chaque valeur. L’option WEIGHT introduit la variable NB_CONTR, notre coefficient multiplicateur.

Exprimer le calcul requis dans l’instruction TABLE : Pour chacune des variables TEL et HABITAT, la somme est faite en tenant compte du coefficient. Les résultats sont des nombres entiers mais SAS ajoute par défaut des chiffres après la virgule (des zéros donc ici). Pour s’en débarasser, un format 5. est appliqué aux sommes. La sonne ne devra donc pas être un nombre avec plus de 5 chiffres.

Empêcher l’affichage dans la fenêtre OUTPUT : La sortie générée par PROC TABULATE s’appelle TABLE. Par défaut, le résultat est envoyé dans la fenêtre OUTPUT. Pour empêcher cette redirection le temps du PROC TABULATE, les options ODS EXCLUDE doivent être activées.

Rediriger ses résultats dans un data set avec l’ODS (Output Delivery System) : Le data set contenant les résultats s’appelle SOLUTION5. Il est créé avec l’instruction ODS OUTPUT.

*ods exclude table;
proc tabulate data=contrats;*out=solution5;
   var tel habitat / weight=nb_cntr;
   table tel habitat, (sum='Frequency')*f=5.;
   ods output table=solution5;
run;
*ods exclude none;

L’ancienne méthode pour créer un data set, l’option OUT= : L’ancienne méthodeconsiste à ajouter l’option OUT= dans l’instruction PROC TABULATE. Mais cette syntaxe n’est pas généralisable à toutes les procédures et est donc plus difficile à se souvenir pour des utilisations occasionnelles.

3. Améliorer le fichier de sortie

Un simple PROC PRINT sur le fichier SOLUTION5 montre que

_TYPE_ _PAGE_ _TABLE_ tel_Sum habitat_Sum

   0      1      1        9       5

Pour changer l’orientation des résultats, vous pouvez faire appel à un PROC TRANSPOSE.

proc transpose data=solution5 out=solution5 (drop=_LABEL_);
   var tel_sum habitat_sum;
run;

Reste à vous d’améliorer la présentation avec des RENAME, LABEL appropriés, etc.

  _NAME_     COL1
tel_Sum       9
habitat_Sum   5
h1

4 étapes de base pour créer un data set avec PROC SQL

septembre 18, 2008

La procédure SQL disponible sous SAS est une alternative à l’étape data (data step en anglais) dans de nombreuses situations. La syntaxe est dérivée du langage SQL abbréviation de Structured Query Language. Il s’agit donc de faire une requête (query) auprès de SAS pour extraire une information à partir d’un ou plusieurs jeux de données.

Voici donc ici l’occasion de voir la syntaxe de base pour créer un data set à partir d’un autre data set.

1. Début et fin : les instructions PROC SQL et QUIT.

Pour débuter une procédure SQL, il faut taper une instruction commençant par PROC SQL et finir avec une instruction QUIT (et non RUN). Entre ces deux instructions, une nouvelle instruction créera le nouveau data set.

Il est possible d’avoir autant d’instructions entre PROC SQL et QUIT que voulu. Dans la suite, seul un data set sera créé. Il n’y aura q’une seule instruction.

proc sql;
*instruction 1: créer un premier data set par exemple;
*instruction 2 : créer un second data set par exemple;

quit;

2. Lister les variables après SELECT

Un mot introductif, SELECT : l’instruction centrale débute avec le mot-clé SELECT. A la suite figurent toutes les variables à garder.

La virgule comme délimiteur : A la différence d’un data step, la procédure SQL utilise la virgule et uniquement la virgule comme délimiteur entre les noms de variables.

proc sql;
select age, height, weight
from sashelp.class;
quit;

Renommer une variable avec AS : Au stade de la sélection des variables, il est possible d’assigner un nom différent de celui d’origine en se servant du mot AS.

Dans l’exemple ci-dessous, la variable d’origine s’appelle HEIGHT. Après cette variable s’appelle TAILLE.

proc sql;
select height as taille
from sashelp.class;
quit;

Ajouter des attributs : Dans un data step, les instructions ATTRIB, LABEL, FORMAT, INFORMAT et LENGTH sont disponibles pour définir les attributs d’une variables. Avec PROC SQL, les attributs sont à donner après le nom de chaque variable.

Exemple : Dans cet exemple, toutes les variables reçoivent un label. De plus, la longueur des variables NAME (caractère) et AGE (numérique) sont redéfinies.

proc sql;
select name length=15 label=‘Nom’,
age length=4,
height label=‘Taille’,
weight label=‘Poids’
from sashelp.class;
quit;

Note : Dans un data step, un symbole dollar ($) est obligatoire pour définir la longueur des variables caractères, alors qu’avec PROC SQL, ce symbole n’est pas demandé.

Lister toutes les variables : pour lister toutes les variables du data set source rapidement, le symbole étoile (asterik) fera le travail. Rien n’empêche d’ajouter d’autres variables à la suite.

Exemple : Dans l’exemple ci-dessous, toutes les variables du data set CLASS situé dans la bibliothèque SASHELP sont gardées. De plus, pour chaque observation, une variable EXTRA prend la valeur ‘TEST’.

proc sql;
select *, ‘TEST’ as extra
from sashelp.class;
quit;

3. Définir le data set source avec le mot-clé FROM

Dans chacun des exemples ci-dessus, un data set source a été introduit pas le mot-clé FROM.

4. Assigner un nom de data set avec CREATE

Par défaut aucun data set n’est créé : Avec un data step, il faut dans un premier temps créer le data set pour pouvoir ensuite l’imprimer. Avec PROC SQL, les informations sont automatiquement envoyées dans la fenêtre de destination (OUTPUT par exemple) si aucun nom de data set n’est donné avant la sélection des variables.

La structure de début de l’instruction centrale : Pour donner un nom de data set, il faut commencer l’instruction centrale par :

CREATE TABLE mon_nom_de_table AS…

Pourquoi un mot-clé TABLE ? : La présence du mot-clé TABLE se justifie par le fait que SAS est capable de créer plusieurs types de fichiers : les SAS data sets appelés aussi TABLE, et les VIEW. Pour débuter seules les TABLES nous intéressent, l’usage des VIEW étant beaucoup plus occasionnel.

Par ailleurs, sachez que les options du data set vues dans un data step (DROP, KEEP, RENAME, WHERE…)  s’appliquent également dans la PROC SQL mais seulement une fois le nouveau data set créé. Pour les curieux, il y a l’article « Je garde ou je jette ? les variables« .

proc sql;
create table class (drop=age) as
select *, ‘TEST’ as extra
from sashelp.class;
quit;

Depuis la version SAS 9, SAS demande explicitement d’éviter de créer un data set portant le même nom que le data set source. Si vous le faites, un message apparaîtra dans la log.

WARNING: This CREATE TABLE statement recursively references the target table. A consequence of this is a possible data integrity problem.

h1

Mes 1ers pas avec ODS TAGSETS.EXCELXP (2/3)

mai 19, 2008

Sous SAS, l’ODS TAGSETS.EXCELXP est une alternative au PROC EXPORT. Dans une première partie, vous avez vu comment modifier la largeur d’une colonne, gérer l’alignement des valeurs textes et former une cellule unique servant de titre à plusieurs colonnes, le tout avec la syntaxe de proc report. Maintenant vous allez découvrir comment modifier les couleurs, polices de caractères, etc. en créant un nouveau template.

1. La structure de base de PROC TEMPLATE

Une autre particularité que l’on rencontrera dans le fichier Excel, c’est la présence de la couleur grise pour le fond ces cellules ayant des données, une couleur bleuté pour le texte des cellules contenant le nom des variables, etc.

Pour altérer ces couleurs, disons remettre du blanc en fond et du texte en noir, on va créer un nouveau template à partir d’un existant. Il suffira alors de modifier les quelques paramètres qui nous intéresse.

La structure de base du PROC TEMPLATE est la suivante :

proc template;
   define style styles.vero_xls;
   parent=style.default;
   *style x from x /…;
run;

J’ai donné le nom vero_xls à ce nouveau STYLE. Vous pouvez choisir le nom qui vous plaira. L’important est de se référer au même nom par la suite. 

2. Les instructions STYLE de PROC TEMPLATE

Il existe plusieurs instructions STYLE, selon qu’il s’agisse :

  • de la partie non couverte par les données : style Table from Table
  • de la partie couverte par les noms de colonnes : style Header from Header
  • de la partie couverte par le nom des lignes (dans un proc print, les valeurs de la variable obs) : style RowHeader from RowHeader
  • de la partie couverte par les données : style Data from Data
  • de l’apparence de la page A4 d’impression : style Body from Body

Voicic trois autres styles :

  •    style SystemTitle from SystemTitle /…;
  •    style SystemFooter from SystemFooter /…;
  •    style SysTitleAndFooterContainer from SysTitleAndFooterContainer /…;

3. Les options des instructions STYLE

Les options sont situées après la barre inclinée (slash /). Les valeurs prises par ces options sont notées entre guillemets.

 Les options les plus courantes sont :

  • FOREGROUND = (couleur du texte). Ici, on choisira le mot ‘black’ entre guillemets.
  • BACKGROUND = (couleur des cellules). Ici, on choisira ‘white’.
  • FONT_SIZE = (la taille du texte). Ici, on choisira 1.5 par exemple.
  • FONT_FACE = (la ou les polices de caractères). Ici, on choisi ‘Courier’. Mais on peut aussi opter pour ‘Courier,Arial’. Ainsi si la police Courier n’est pas disponible, Arial sera le second choix.

Deux autres options du langage courant

  • FONT_WEIGHT= (mette en gras). La valeur BOLD sert à mettre en gras
  • FONT_STYLE= (mettre en italique ou non). La valeur ITALIC met en italique tandis que ROMAN fait l’inverse.

Agir dur les bordures des cellules :

  • BORDER_COLOR= (couleur de la bordure)
  • BORDER_WIDTH= (largeur de la bordure)

Agir sur les marges du document A4.

  • LEFTMARGIN = (marge de gauche)
  • RIGHTMARGIN = (marge de droite)
  • TOPMARGIN = (marge du haut)
  • BOTTOMMARGIN = (marge du bas)

Note : Une liste des différents styles est disponible sur ce forum : http://www.tek-tips.com/viewthread.cfm?qid=1178234&page=1.

4. Faire référence au nouveau template

Pour que ce template soit lu à la place de celui par défaut, on ajoutera STYLE=nom_du_nouveau_template dans l’instruction ODS TAGSETS.EXCELXP de début.

ods tagsets.excelxp file  = ‘C:/excel/mon_nouveau_fichier.xls’
                    style = vero_xls;
proc report …;
run;
ods tagsets.excelxp close;

Après avoir vu les actions menées au niveau du PROC REPORT et du PROC TEMPLATE pour personnaliser son fichier Excel, vous verrez dans le troisième et dernier article sur « Mes premiers pas avec ODS TAGSETS.EXCELXP », lundi prochain, les options disponibles dans l’instruction ODS.