Posts Tagged ‘livre’

h1

15 livres achetés par les lecteurs du blog

juillet 7, 2012

En achetant un livre sur Amazon en cliquant sur un lien du blog, une commission m’est versée.

Voici quelques livres, pas toujours référencés sur le blog, achetés par les lecteurs. Ils traitent de SAS, du logiciel R, de statistique ou de compétences plus générales (anglais).

Deux sorties sont prévues d’ici peu :

1. Notez qu’à la rentrée sortira la quatrième édition du livre « Data mining et statistique décisionnelle » de Stéphane Tufféry. Pour le moment voici le lien vers la 3ème Edition.

2. De même, la second édition de l’ouvrage Le modèle linéaire par l’exemple – 2e éd. – Régression, analyse de la variance et plans d’expérience: Régression, analyse de la variance et plans d’expérience illustrés avec R et SAS, de Jean-Marc Azaïs et Jean-Marc Bardet sortira en août 2012.

Parmi les autres livres consacrés à SAS, on trouve :

3. SAS for Mixed Models, de Ramon C. Littell, George A., PH.D. Milliken, Walter W. et PH.D. Stroup, mars 2006

4. SAS Certified Base Programmer for SAS 9 Certification Exam Preparation Course in a Book for Passing the SAS Certified Base Programmer for SAS 9 Exam: … on Your First Try Certification Study Guide, de William Manning, juin 2009

5. Reporting avec SAS : Mettre en forme et diffuser vos résultats avec SAS 9 et SAS 9 BI, d’Olivier Decourt, Novembre 2008

6. SAS l’essentiel – SAS v8 et SAS v9, SAS Enterprise Guide, langages SAS, SQL et macro, d’Olivier Decourt, juin 2011

7. SAS 2 édition – « introduction pratique : du data management au reporting », de Sébastien Ringuedé, avril 2011

8. Méthodes statistiques de l’économie et de la gestion : Tome 3, Econométrie théorie et application sous SAS, de Virginie Delsart, Arnaud Rys et Nicolas Vaneecloo, octobre 2009

Le logiciel R a aussi son livre

9. Initiation à la statistique avec R – Cours, exemples, exercices et problèmes corrigés, de  Myriam Maumy-Bertrand et Frédéric Bertrand, septembre 2010

Quelques notions de probabilité ensuite avec :

10. L’essentiel en théorie des probabilités, de Jean Jacod et Philip Protter, octobre 2002

La thématique des sondages est adressée avec ce livre :

11. Mon plan de sondage en 9 questions, de Sidi Tiral, mars 2010 (table_des_matieres.pdf)

D’autres applications de la statistuqes sont traitées par :

12. Statistiques pour l’économie et la gestion, de Anderson, Sweeney, Williams et traduit par Claire Borsenberger, août 2010

13. Econométrie: Méthode et Applications, de Nicolas Jacquemet et Bruno Crépon, juillet 2010

14. Modélisation statistique appliquée aux sciences sociales, de Pascal Bressoux, octobre 2010

Enfin une version audio d’une méthode d’apprentissage a été achetée.

15. Perfectionnement Anglais : Enregistrement MP3, d’Assimil, juin 2008

Publicités
h1

Livre en anglais : 97 Things Every Programmer Should Know

mars 17, 2012

Voici une lecture que je tenais à vous faire partager. Il s’agit du livre 97 Things Every Programmer Should Know.

Il s’agit d’un recueil de conseils de programmeurs au sens large C++, Java, etc. mais pas de SAS. Chaque témoignage se présente sous la forme d’une double page. Certains exemples sont peux accessibles aux non initiés. Il reste quelques idées générales valables également pour le programmeur SAS. Voici les grandes thématiques :

  • Bugs and Fixes
  • Build and Deployment
  • Coding Guidelines and Code Layout
  • Design Principle and Coding Techniques
  • Domain Thinking
  • Errors, Error Handling, and Exceptions
  • Learning, Skills and Expertise
  • Nocturnal or Magical
  • Performance, Optimization, and Representation
  • Professionalism, Mindset, and Attitude
  • Programming Languages and Paradigms
  • Refactoring and Code Care
  • Reuse versus Repetition
  • Schedules, Deadlines, and Estimates
  • Simplicity
  • Teamwork and Collaboration
  • Tests, Testing, and Testers
  • Tools, Automation, and Development Environments
  • Users and Customers

Vous pouvez consulter les commentaires du livre sur Amazon : 97 Things Every Programmer Should Know

h1

André Wiekli : ouvrage gratuit sur SAS 9.2 à télécharger

août 28, 2011

Téléchargez ici l’ouvrage gratuit d’André Wielki sur SAS 9.2 sous Windows.  Il  est composé de 10 chapitres répartis en 4 parties soit 215 pages d’information destinées à des initiés ou des débutants très motivés.

Ici vous avez dans un .pdf l’intégralité du livre. Vous pouvez opter pour un .pdf par partie ou encore un .pdf par chapitre. En fin de post, il est possible de visionner l’ouvrage complet sans téléchargement.

1. La table des matières

TdM Couverture et avant propos, Table des matières, 10 pages

Partie 1 Le Fonctionnement en SAS Fenêtre de SAS Windows, 64 pages

  • Chapitre 1 Introduction à l’interface SAS Windows, 6 pages
  • Chapitre 2 SAS Windows quelques repères techniques cachés, 18 pages
  • Chapitre 3, Familiarisation avec des fenêtres de SAS Windows : l’espace de travail SAS (AWS) et son architecture interne, 24 pages
  • Chapitre 4 Familiarisation avec des fenêtres de SAS Windows (suite), 14 pages

Partie 2 Thèmes particulier concernant SAS Windows, 44 pages

  • Chapitre 5, La version 9.2… Windows avec les autres versions de SAS, 6 pages
  • Chapitre 6 Les liens micros-host, 12 pages
  • Chapitre 7 Les échanges des tables SAS avec d’autres logiciels micros, 23 pages

Partie 3 Les Sorties/Résultats SAS Impression et ODS, 67 pages

  • Chapitre 8 Les sorties imprimées classiques (texte ou graphique), 4 pages
  • Chapitre 9 La voie royale de l’ODS (Output Delivery System), 61 pages

Partie 4 Divers changements dans le langage SAS de Base, 24 pages

  • Chapitre 10 Panorama des changements du langage SAS 9.2.3, 23 pages

Annexe A Visualisation d’une table SAS, 6 pages

2. Les téléchargements

Télécharger l’intégralité du document :

Wielki_SAS92_10_integralite.pdf, 215 pages (table des matières en fin de document)

Télécharger chacune des 4 parties

Wielki_SAS92_21-couverture-tabledesmatieres.pdf, 10 pages
Wielki_SAS92_22_partie1.pdf, 64 pages
Wielki_SAS92_22_partie2.pdf, 44 pages
Wielki_SAS92_22_partie3.pdf, 67 pages
Wielki_SAS92_22_partie4.pdf, 24 pages
Wielki_SAS92_23_annexe.pdf, 6 pages

Télécharger chacun des 10 chapitres

Wielki_SAS92_31-couverture-tabledesmatieres.pdf, 10 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre01.pdf, 6 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre02.pdf, 18 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre03.pdf, 24 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre04.pdf, 14 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre05.pdf, 6 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre06.pdf, 12 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre07.pdf, 23 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre08.pdf, 4 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre09.pdf, 61 pages
Wielki_SAS92_32-chapitre10.pdf, 23 pages
Wielki_SAS92_33_annexe.pdf, 6 pages

3. L’intégralité de l’ouvrage

Notez que la table des matières est en fin d’ouvrage.

View this document on Scribd


h1

Interview avec Rick Aster – auteur du livre Professional SAS Programming Secrets

octobre 20, 2010

Rick Aster, auteur de plusieurs livres sur SAS en anglais et du site www.globalstatements.com, a accepté de répondre à quelques questions à l’occasion de la sortie la troisième édition de son livre Professional SAS Programming Secrets. Voici une traduction en français (perso) de cet « Interview ».

Rick se présente en une phrase

Véronique Bourcier : Bonjour Rick. Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs du blog sasreference.com en une phrase ?

Rick Aster : Quand les gens disent « SAS programming » aujourd’hui, c’est essentiellement parce que j’ai collé ces deux mots ensemble il y a une génération dans le livre « Professional SAS Programming Secrets« . C’est le premier livre sur SAS à avoir été largement distribué dans les librairies dans le monde.

Ecrire des livres sur SAS, quelles motivations ?

Véronique : Votre première publication était en 1991. Depuis, vous avez publié six livres. Qu’est-ce qui vous a décidé à écrire noir sur blanc vos connaissances au tout début ? Qu’est ce qui vous a motivé pour vendre ces produits ?

Rick : J’aime SAS. Vous pouvez faire des choses incroyables avec lui en terme de travail avec les données et vous n’avez pas besoin d’un haut niveau de compétences pour les faire.

En même temps, je veux vraiment que les utilisateurs de SAS acquièrent les avantages qu’offrent  la programmation informatique.

Si vous prenez l’attitude de penser que vous êtes en charge de l’ordinateur et pouvez faire faire à SAS ce que vous voulez avec les données sur lesquelles vous travaillez, vous  être dans une position plus puissante que de seulement espérer pouvoir taper les bon mots et symboles de sorte que SAS le fasse pour vous.

Mettez ce changement en pratique et un monde entier de possibilités s’offrent à vous. Et ensuite vous pourrez trouver des réponses aux questions dont vous ne saviez pas qu’elles existaient.

Plus je peux persuader de personnes à ce changement, plus de choses vont se passer dans le monde –  » plus de gens trouveront plus de réponses » comme j’aime dire.

Donc c’est vraiment le but derrière tout ce que j’écris sur SAS : mener les gens dans une optique de programmation.

En même temps, aussi, je veux m’assurer que cette connaissance est là pour tout le monde. Une large entreprise peuvent se permettent de solliciter mes services pour travailler sur leur donner, mais vraiment, tout le monde pourrait faire ce que je fais. Donc j’écris des livres pour aider les gens qui essaient de faire la même chose que ce que je fais.

Qualités pour devenir un bon programmeur ?

Véronique : Selon vous quelles sont les qualités essentielles pour devenir un bon programmeur ?

Rick : Le plus important à comprendre est que cela ne requiert pas un niveau de compétence, connaissance ou d’expérience. Tout ce qui via dans un programme peut être revu, ou peut être testé, et toute erreur qui vient en chemin peut être corrigée. Donc vous pouvez faire une bonne programmation dès le début, même si vous débutez ou ne connaissez rien sur SAS.

Rick : C’est seulement une histoire de prendre la responsabilité pour ce que fais votre programme. Si vous pouvez dire « Cela dépend de moi de savoir quelles actions résultent des mots que j’écris dans le programme SAS », alors vous prenez le temps pour trouver, et c’est vraiment tout ce que cela demande. Et SAS rend cela facile en fournissant le journal (la log) qui est prête pour vous à utiliser même avant que vous commenciez.

Rick : Mais ensuite, après avoir commencé à programmer, vous voulez écrire des programmes plus élaborés, et les écrire plus rapidement. Quand j’étais prêt à réécrire Professional SAS Programming Secrets pour la troisième nouvelle édition, j’ai passé un long moment – années vraiment – en recherchant la question que les gens voulaient vraiment savoir sus SAS. Qu’est ce qui distingue principalement les gens devenant performant en SAS, peuvent écrire des programmes rapidement, et font peut d’erreurs à corriger ? Au final, je me suis trouvé à complètement les grandes lignes du livre de sorte que je puisse construire le livre autour de ces distinctions clés.

Rick : Donc, par exemple, avant de faire quoi que ce soit avec SAS, vous avez besoins de savoir que SAS va attendre que vous lui disiez de faire quelque chose, ensuite il va faire ce que vous lui dites, et ensuite le moyen pour vous de savoir ce que SAS a fait est de lire la log. Donc ce sont certaines des idées clés au début du chapitre 1 – pas quelque chose d’à côté que vous recevez quelque part au passage, mais bien là au milieu de la discussion.

Rick : La chose la plus important sur laquelle j’aime insister quand j’ai la change d’enseigner SAS est l’importance de connaitre les actions automatiques que SAS prend quand il exécute le programme, en particulier dans l’étape data (data step). Il y a beaucoup d’actions automatiques en SAS, mais il n’y en a pas tant au point que vous ne pouvez pas toutes les apprendre – et quand vous le faites, cela fait une telle différence, parce que d’un seul coup, vous pouvez voir tout ce qui se passe. C’est comme la différence entre jouer aux échecs les yeux bandés et jouer aux échecs quand vous pouvez voir les pions sur le jeu.

Comment durer en tant que programmeur ?

Véronique : Comment faites-vous pour rester intéressé à la programmation SAS après une si longue période d’utilisation ?

Rick : Jon Anderson, chanteur de rock, a dit il y a environ 10 ans  » Le plus tu sais, le plus il y a à savoir » (“The more you know, the more there is to know.”). Et bien sûr ce n’était pas une nouvelle idée. Les philosophes nous disent ce genre de chose depuis une éternité.

Quand j’étais plus jeune, je pensais que plus on avait d’expérience avec le monde, plus on était perdu, parce qu’on réalise à quel point tout est incertain.

Maintenant je réalise que c’est en fait l’opposé. Oui, d’une certaine manière, tout est incertain, mais l’autre côté, nous sommes plus capables pour réponses à toutes les questions que nous avons, tout du moins les réponses aux questions les plus immédiates.

Rick : Et bien sûr SAS est en plein milieu de cela, avec des gens qui écrivent des programmes SAS pour répondre aux questions qui ne les concernent pas eux seulement ou les entreprises où ils travaillent mais éventuellement le monde entier.

Rick : En même temps, je vois la programmation informatique comme être aux frontières de la conscience. Pour tout ce que je sais, les Humains ont cette sorte d’intelligence que nous avons à cause de notre besoin de prendre des décisions en avance.

En tant que programmeurs, donc, nous ne faisons pas seulement que prendre des décisions à l’avance. A chaque fois que nous écrivons des instructions IF-THEN, nous écrivons des règles abstraites pour prendre des décisions. Ce sont des décisions que le programme prend, si vous voulez le regarder de cette manière. Ceci veux dire que nous nous éloignons du niveau d’action de base (voir et réagir).

Et ensuite, en tant que programmeurs SAS, nous travaillons avec des données qui sont abstraites au départ. Et donc là encore une distance supplémentaire.

Donc quand la programmation SAS semble parfois difficile, c’est parce que, en tant qu’humain, nous sommes toujours en train d’apprendre à utiliser notre cerveau de cette manière.

Rick : Dans quand j’écris un programme SAS, je ne suis pas juste en train de répondre à certaines questions qu’une banque a sur ces clients, ou quoi que ce soit traité par le programme. Et je suis juste en train de penser ce que c’est d’écrire un programme SAS simple et correct. Je suis toujours en train d’apprendre tout ce que je peux à propose de l’état de la pensée qui conduit dans une programmation réussie. Quel est le bon chemin à penser pour écrire un programme réussi avec tous les niveaux d’abstraction qui entre dans le processus ? Tout ce que je peux apprendre à ce propos, et le transmettre aux autres, est quelque chose qui est ajouté à la capacité humaine à comprendre le monde. Et plus j’en découvre, plus il y a beaucoup à en apprendre.

Les particularités de cette nouvelle édition

Véronique : Pourriez-vous nous en dire un peu plus à propos de cette nouvelle édition ? Qu’est-ce qui la rend particulière ? Quelle public serait intéressé en premier à le lire ? Avez-vous déjà un projet pour une prochaine édition ?

Rick : La plupart des gens ne le réalise pas, mais la première édition de Professional SAS Programming Secrets a été principalement écrite en 1988 et livré à l’éditeur en 1989, et en fait, j’ai eu à la mettre à jour avant même qu’elle sorte. Et ensuite , l’éditeur m’a autorisé à ajouter un nouveau truc en 1997, tel que la procédure REPORT et les formats internationaux pour les dates, et c’est comme cela que l’édition révisé est sortie. Bien sûr, c’était il y a une éternité en terme informatique, et pratiquement tout dans le livre devait être révisé.

Rick : SAS lui-même a changé – il y a 10 fois plus de fonctionnalités qu’en 1991 – mais plus important encore, le monde dans lequel les programmeurs travaille a changé. Quand la première édition est sortie, la plupart des lecteurs étaient des gens qui n’avaient jamais utilisé un ordinateur avant qu’ils ne commencent avec SAS. Certaines des choses que nous avions à expliquer sont des choses que les gens apprennent quand ils ont 5 ans maintenant ! Maintenant, pratiquement tout le monde a utilisé un ordinateur, ou a vu des gens travailler sur un ordinateur; donc nous ne présentons plus aux gens un monde étranger quand nous leur enseignons SAS. Mais il y a toujours beaucoup de gens qui n’ont jamais vraiment fait de programmation informatique ; dont la nouvelle édition doit toujours expliquer les idées les plus basiques. Et ca, évidemment, c’est quelque chose d’un peu difficile parce que SAS est si différent de C et d’autres langages de programmation que les gens ont éventuellement pu utilisé dans un cours de programmation informatique à l’université.

Rick : Un des plus gros changements est le passage du papier à des documents électroniques. En 2010, même vous allez imprimer un document sur papier, vous en avez probablement d’une manière électronique en premier. Et cela veut dire que les gens ont véritablement besoin de savoir comment ouvrir et fermer une destination ODS en SAS. La manière dont les choses sont actuellement, un document HTML ou un PDF, est beaucoup plus fiable qu’un fichier texte (print file) – vous pouvez l’envoyer par email à quelqu’un et il ne sera pas confus en chemin. C’est également encore beaucoup plus simple et rapide de construire le design d’un rapport en HTML que de le faire avec un fichier texte. Donc ces deux chapitres dans l’édition précédent pour construire le design de rapports textes ne sont vraiment pas nécessaire maintenant. Vraiment, les gens ont besoin de savoir les quatre instructions qui vous permettre de créer un fichier HTML en SAS. Et j’ai essayé d’expliquer cela de manière aussi simple que possible dans la nouvelle édition. Cela change également tout sur la manière dont vous approchez la procédure REPORT, donc cette partie est complètement différente.

Rick : Vraiment, le livre entier a été réécrit pour tenir compte de tout ce qui a changé. Donc, par exemple, les fichiers data à champs fixes (fixed-field data files), les fichiers « plats » des programmes Cobol, ils ne plus courant, et donc l‘accent est mis sur les fichiers textes délimités comme source de données avec un peu de SQL pass-through pour se connecter aux bases de données et l’engin XML pour importer et exporter des données XML. Je continue à expliquer comment lire des fichiers de données avec des champs fixes, mais je sais que la plupart des lecteurs ne vont pas utiliser cette partie.

Rick : Efficacité était un très large sujet de la programmation SAS dans les années 1990, et c’est un sujet beaucoup plus petite dans cette nouvelle édition – toujours essentiel si vous travaillez avec 10 millions d’observation à la fois, mais la plupart d’entre nous ne sont pas dans ce cas la plupart du temps. Quand j’ai traversé la seconde édition pour préparer la troisième édition, j’ai été surpris par la quantité qui est dedans qui n’importe plus vraiment, deux tiers du livre. Cela mesure bien comment SAS a progressé – il y a des instructions et des fonctions en SAS 8 et 9 qui vous permettent de faire en quelques mots le gens de choses pour lesquelles vous aviez l’habitude 10 ou 20 lignes de code pour le faire en SAS 6. Le truc le plus formidable à ce sujet est que vous n’avez plus besoin d’être un expert pour faire un travail avancé en SAS. Et en terme d’expérience des lecteurs en lisant le livre, cela veux dire que je peux couvrir beaucoup plus de choses et les expliquer plus en détail sans avoir à doubler la tailler du livre.

Rick : Avec tous les changements, c’est toujours un livre pour quiconque utilise SAS, mais c’est essentiellement pour les gens qui sont nouveaux avec SAS, et pour les gens qui ont utilisé SAS et veulent attraper l’aspect programmation  sur SAS. Chaque jour, j’imagine qu’il y a un statisticien ou un analyste qui est déjà plutôt bon avec le côté analytique de SAS, qui décide qu’il veut devenir expert avec son côté programmation aussi, et j’espère  qu’il a une chance de lire Professional SAS Programming Secrets.

Rick : J’espère faire un film de cette nouvelle édition – Je l’ai écrit avec le format film en tête, et j’espère que ce n’est pas seulement une fantaisie, que je peux mettre les idées essentielles de ce livre dans un film qui ne soit pas plus de 8 ou 10 heures. Je pense qu’il y aura d’énormes avantages à montrer aux gens certains des aspects de la programmation SAS, certains des choses qui prennent plus d’un paragraphe ou deux à expliquer avec des mots. Je me suis focalisé cette année à faire le livre aussi bon que je puisse le faire, mais d’ici l’an prochain j’espère pouvoir rassembler les morceaux de production ensemble et commencer à faire le film.

Rick : Dès que je peux le gérer, j’espère l’an prochain, je veux faire une nouvelle édition avec un autre de mes livres, Professional SAS Programming Shortcuts.  Cela ne sera pas quelque chose d’énorme, je ne pense pas, mais il y a quelques technologies du web qui définitivement méritent d’être ajouté à ce livre. Je fais le mieux que je peux pour garder mes livres à jour, mais la plupart du temps cela ne dépend pas de moi. J’ai 10 pages de changement prêt à mettre dans Professional Sas Programmer’s Pocket Reference, mais les personnes du monde du livre disent « Il n’y a pas suffisamment de changements pour que les lecteurs achètent une nouvelle édition ». Je suis quasiment sûre qu’avec la nouvelle sortie de SAS, je serais capable de faire une nouvelle édition de ce livre.

Professional SAS Programming Secrets et les autres livre

Véronique : Quelle est la différence entre Professional SAS Programming Secrets et les autres livres ? Pourquoi  quelqu’un voudrait lire ce livre s’il a déjà lu un de vos autres livres, ou d’autres livres sur SAS ?

Rick : Professional SAS Programming Secrets est vraiment le livre « comment fonctionne SAS », le livre qui vous conduit derrière la scène afin que vous puissiez vraiment comprendre SAS de l’intérieur. Et dans la troisième édition, j’ai expliqué cela en détails, avec des exemples et des métaphores, d’une manière que personne n’a déjà fait avant. C’était trois chapitres avant, et maintenant c’est cinq chapitres, parce que c’est vraiment si important. Une fois que vous comprenez comment fonctionne SAS, tout est possible.

Rick : Il y a beaucoup de livre, y compris mon autre livre Professional SAS Programming Shortcuts, qui ce concentre sur certaines techniques que vous pouvez utiliser en SAS, et celles-là sont toutes très importantes. Si vous voulez faire toutes les choses que vous entendez au sujet des gens font avec SAS, c’est un sujet très large, beaucoup plus large que ce que vous pourrez avoir en un, ou deux, ou trois livres.

Rencontrer Rick Aster

Véronique : Y a-t-il d’autres moyens que vous utilisez pour partager avec d’autres personnes intéressées à SAS. Êtes-vous impliquez dans des forums, participez-vous à des conférences ? Où peuvent vous rencontrer vos lecteurs l’année à venir ?

Rick : J’assiste aux conférences autant que je peux, ce qui n’a pas été si souvent récemment. Je suis ravi, cependant, que tant de gens visite mon site web globalstatements.com. C’est environ 1000 personnes par jour, ce qui le positionne comme le plus important site web sur SAS indépendant. L’élément principal du site est le dictionnaire, où vous pouvez recherchez des mots liés à SAS. Une autre chose sur laquelle je travaille est le SAS épique, ou guide web, qui est supposé aider les gens à avoir les réponses qu’ils recherchent en seulement quelques cliques. Il y a toujours plus de choses que j’ai besoin de lui ajouter, c’est vrai. Et je reçois des emails d’un ou deux lecteurs par semaine, et j’essaie de mon mieux de répondre à tous les emails. Si je peux réussir à assister à quelques conférences ou événements l’an prochain, ils seront dans mon calendrier sur le site web dès qu’ils seront confirmés.

Message personnel aux lecteurs du blog

Véronique : Y a-t-il une choses que vous aimeriez vraiment partager avec les autres lecteurs du blog www.sasreference.com ?

Rick : Juste se souvenir que quand vous utilisez SAS pour travailler avec des données, vous travaillez avec le bord de la capacité humaine. Vous faites quelque chose qui ne pouvait pas être expliqué il y a une vie. C’est plutôt un endroit effrayant à être quand vous le regardez de cette manière.

Fin d’interview

Véronique : Merci d’avoir partagé votre expérience de SAS avec nous et d’avoir présenté ce nouveau livre qui devrait aider les utilisateurs SAS.

Rick : Merci, Véronique, pour tout ce que vous faites pour mettre à disposition des information utilisent aux utilisateurs de SAS.

Boutique

Lecture complémentaire

Lien

h1

Interview en anglais avec Rick Aster – auteur du livre Professional SAS Programming Secrets

octobre 20, 2010

1. Rick Aster in one sentence

Véronique Bourcier : Hi Rick, could you present yourself to the sasreference.com blog readers in one sentence?

Rick Aster : When people say “SAS programming” today, it’s largely because I glued those two words together a generation ago in the book Professional SAS Programming Secrets. It was the first book on SAS to be widely distributed in bookstores around the world.

2. Motivation for writing books about SAS

Véronique : Your first publication was in 1991. Since then you have published six books. What made you decide to write down your knowledge in the first place? What motivates you in selling these products?

Rick : I love SAS. You can do amazing things with it, in terms of working with data, and you don’t need such a high level of skill to do them. At the same time, I really want SAS people to gain the advantages that come with the computer programming perspective. If you take the attitude that you’re in charge of the computer and you can make SAS do whatever you want with the data you’re working on, that’s a more powerful position than if you are just hoping you can type the right words and symbols so that SAS will do its thing for you. Make that shift in perspective, and a whole world of possibilities opens up, and then you start finding answers to questions you didn’t know existed. The more people I can persuade to make that shift, the more things are going to happen in the world — “more people finding more answers,” as I like to say. So that’s really the purpose behind everything I write about SAS, to get people to take on the programming perspective.

Rick : At the same time, also, I want to make sure this knowledge is there for everyone. A big company can afford to hire me to work on their data, but really, anyone could do what I do, so I write the books to help the people who are trying to do the same thing I’m doing.

3. Programmer skills

Véronique : What do you think the essential qualities are to become a good programmer?

Rick : The important thing to understand is that it doesn’t require a level of skill, knowledge, or experience. Everything that goes into a program can be looked up, or it can be tested, and every mistake you make along the way can be fixed. So you can do good programming from the very beginning, even if you start out not knowing anything about SAS.

Rick : It’s really just a matter of taking responsibility for what your program does. If you can say, “It’s up to me to know what actions result from the words I’m writing in this SAS program,” then you’ll take the time to find out, and that’s really all it takes. And SAS makes this easy by providing a log that’s ready for you to use even before you get started.

Rick : But then, after you get started on SAS programming, you’ll want to write more advanced programs, and write them faster. When I was getting ready to rewrite Professional SAS Programming Secrets for the new third edition I spent a long time — years, really — researching the question of what people really need to know about SAS. What distinctions make the biggest difference in people becoming proficient in SAS, so that they can write SAS programs quickly, and with very few mistakes to correct? I ended up completely redoing the outline of the book so that I could build the book around these key distinctions.

Rick : So, for example, before you do anything in SAS, you need to know that SAS is going to wait for you to tell it to do something, then it’s going to do what it you tell it, and then the way you know what SAS did is by reading the log. So these are some of the key ideas at the beginning of chapter 1 — not as an aside that you come to somewhere along the way, but right there in the middle of the discussion.

Rick : The most important thing I like to emphasize whenever I get the chance to teach SAS programmers is the importance of knowing the automatic actions SAS is taking when it runs a SAS program, especially in the data step. There are a lot of automatic actions in SAS, but there aren’t so many that you can’t learn all of them — and when you do, it makes such a difference, because all of a sudden, you can see everything that’s happening. It’s like the difference between playing chess blindfolded, and playing chess when you can see the pieces on the board.

4. Programming for several decades

Véronique : How do you keep interested in SAS programming after such a long time using it?

Rick : [Rock singer] Jon Anderson said about ten years ago, “The more you know, the more there is to know.” And of course, that wasn’t a new idea then, philosophers have been telling us that kind of thing for ages. When I was younger, I thought it meant that the more experience you have with the world, the more lost you are, because you realize how uncertain everything is. Now I realize it’s actually the opposite. Yes, in a way, everything is uncertain, but the other side of that is, there is so much potential for us to answer all the questions we have, at least the most immediate questions.

Rick : And of course, SAS is right in the middle of this, with people writing SAS programs to answer questions that matter not just for themselves or the companies where they’re working but, eventually, for the whole world.

Rick : At the same time, I see computer programming as being on the frontiers of consciousness. From everything I know, humans have the kind of intelligence we have because of our need to make decisions in advance. As programmers, though, we’re not just making decisions in advance. Whenever we write IF-THEN statements, we’re writing abstract rules to make decisions. These are decisions that the program makes, if you want to look at it that way, which means we’re one more level removed from the basic level of action, of seeing and reacting. And then, as SAS programmers, we’re working with data, which is abstract to begin with, so that’s yet another level removed. So when SAS programming seems difficult sometimes, it’s because, as humans, we’re still learning how to use our brains this way.

Rick : So when I’m writing a SAS program, I’m not just answering some questions that a bank had about its customer base, or whatever the program is about. And I’m not just thinking about what it means to write a SAS program simply and correctly. I’m still learning everything I can about the state of mind that goes into successful programming. What’s the right way to think in order to write a successful program, with all the levels of abstraction that go into the process? Anything I can learn about that, and pass along to others, is something that’s added to the human ability to understand the world. And the more I found out about that, the more there is to learn about it.

5. What has changed in this new edition?

Véronique : Could you tell us a bit more about this new edition? What is specific to it? Which part of the public would be primarily interested in reading it? Do you have already a plan for a future edition?

Rick : Most people don’t realize it, but the first edition of Professional SAS Programming Secrets was mostly written in 1988 and delivered to the publisher in 1989, and I actually had to update it before it was even released. And then, the publisher let me add a few new things in 1997, such as the REPORT procedure and international date formats, and that’s how the revised edition came about. Obviously, that was ages ago in computing terms, and almost everything in the book had to be revised.

Rick : SAS itself has changed — there are ten times as many features as there were in 1991 — but more importantly, the world in which SAS programmers work has changed. When the first edition came out, most of the readers were people who had never used a computer before they started with SAS. Some of the things we had to explain are things that people learn when they’re five years old now! Today, almost everyone has used a computer, or has seen people work on computers, so we’re no longer introducing people to an alien world when we teach them SAS. But there are still a lot of people who haven’t really done any computer programming, so the new edition still has to explain the most basic ideas of computer programming. And that, of course, is a little tricky, because SAS is so different from C and the other programming languages people might be using in a university course on computer programming.

Rick : One of the biggest changes is the move from paper to electronic documents. In 2010, even if you are going to print a document on paper, you probably need it in electronic form first. And that means people really need to know how to open and close an ODS destination in SAS. The way things are right now, an HTML document, or a PDF, is a much more reliable document than a print file — you can e-mail it to someone and it won’t get garbled along the way. It’s also a lot easier and faster to design a report for HTML than it is to design it for a print file. So those two chapters in the previous edition on designing printed reports — they’re really not needed now. Instead, people need to know the four statements that let you create an HTML file in SAS. And I tried to explain that as simply as possible in the new edition. This also changes everything about the way you approach the REPORT procedure, so that part is all different.

Rick : Really, the whole book has been re-written to keep up with everything that’s changed. So for example, the fixed-field data files, the “flat” files from Cobol programs, they’re really not very common anymore, so the emphasis instead is on delimited text files as a source of data, with a little bit about SQL pass-through for connecting to databases and the XML engine for importing and exporting XML data. I still explain how to read fixed-field data files, but I know most readers won’t be using that part.

Rick : Efficiency was a very big topic in SAS programming in the 1990s, and it’s a much smaller topic in the new edition — still essential if you’re working with 10 million observations at a time, but most of us aren’t, most of the time. When I went through the second edition to prepare for the third edition, I was surprised at how much is in there that doesn’t really matter anymore, really, two thirds of the book. It’s a measure of how much SAS has progressed — there are statements and functions in SAS 8 and 9 that let you do in just a few words the kind of processing we used to write 10 or 20 lines of code to do in SAS 6. The great thing about this is that you no longer have to be an expert to do high-level work in SAS. And in terms of the reader’s experience in reading the book, it means I can cover a lot more things and explain them in more detail without making the book twice as long.

Rick : With all the changes, this is still a book for anyone who’s using SAS, but it’s especially for people who are new to SAS, and for people who have been using SAS and want to get the programming perspective on SAS. Every day, I imagine, there’s a statistician or analyst who is already pretty good with the analytical side of SAS, who decides they want to become proficient at the programming side of it too, and I hope they get a chance to read Professional SAS Programming Secrets.

Rick : I’m hoping to make a movie of this new edition — I wrote it with the movie format in mind, and I’m hoping it’s not just a fantasy that I can put the essential ideas of the book into a movie that’s not much longer than 8 or 10 hours. I think there will be tremendous advantages in showing people some of the aspects of SAS programming, some of the things that it takes more than a paragraph or two to explain in words. I’ve been focusing this year on making the book as good as I can make it, but by next year I’m hoping I can get the production pieces together and start making the movie.

Rick : As soon as I can manage it, I’m hoping next year, I want to do a new edition of another of my books, Professional SAS Programming Shortcuts. That won’t be anything big, I don’t think, but there are some web technologies that definitely ought to be added to that book. I do the best I can to keep my books current, but a lot of the time, it’s not up to me. I have 10 pages of changes ready to put into Professional SAS Programmer’s Pocket Reference, but the book people say, “That’s not enough changes to make the readers buy a new edition.” I’m pretty sure with the next SAS release, I’ll be able to do a new edition of that book.

6. What is specific to SAS Programming Secret book compared to the other books of Rick Aster?

Véronique : What is the difference between Professional SAS Programming Secrets and your other books? Why would someone want to read this book if they have already read one of your other books, or other books on SAS?

Rick : Professional SAS Programming Secrets is really the “how SAS works” book, the book that takes you behind the scenes so that you can really understand SAS from the inside. And in the third edition, I’ve explained this in a lot of detail, with examples and metaphors, in a way that no one ever has before. This was three chapters before, and now it’s five chapters, because it’s really that important. Once you understand how SAS works, anything is possible.

Rick : There are a lot of books, including my other book Professional SAS Programming Shortcuts, that focus on specific techniques that you can use in SAS, and those are also very important. If you want to do all the things that you hear about people doing in SAS, that’s a very big subject, much bigger than you can get in one, or two, or three books.

7. Meet Rick Aster

Véronique : Are there any other ways you’re using to share with other people interested in SAS? Are you involved in forums, attending conferences? Where can your readers meet you during the coming year?

Rick : I get out to conferences as much as I can, which hasn’t been so often, lately. I’m pleased, though, that so many people visit my web site, globalstatements.com. It’s about a thousand people a day, which I think makes it the biggest independent web site on SAS, and I just hope the visitors are finding the information they’re searching for. The biggest thing on the site is the dictionary, where you can look up SAS-related words. Another thing I’m working on is the SAS hypic, or web guide, which is supposed to help get people to the answers they’re looking for in just a few clicks. There’s always more that I need to add to it, though. And I get e-mail from about one or two readers a week, and I try my best to answer all the e-mail. If I can manage to get out to a few conferences or events in the next year, they’ll be on my calendar on the web site as soon as they’re confirmed.

8. Message from Rick Aster to the blog readers

Véronique : Is there one thing you would especially like to share with the readers of the blog www.sasreference.com?

Rick : Just remember that whenever you’re using SAS to work with data, you’re working on the leading edge of human capabilities. You’re doing something that couldn’t even be explained one lifetime ago. It’s a pretty awesome place to be when you look at it that way.

9. End of interview

Véronique : Thank you for sharing your experience with SAS with us and presenting this new book which should help SAS users…

Rick : Thank you, Véronique, for all that you do to put useful information in front of SAS users.

Shopping

Further reading

Link

h1

Communiqué : Data Mining et Statistique Décisionnelle, S. Tufféry, 3ème Edition

février 13, 2010

1. Le communiqué de Stéphane Tufféry

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution en ce début d’année aux éditions Technip de la troisième édition de mon ouvrage de statistique et data mining : Data mining et statistique décisionnelle.

Le bon accueil de cet ouvrage ne se dément pas, avec trois éditions en moins de cinq ans, et j’en remercie tous mes lecteurs. Je les remercie d’avance aussi pour toutes les remarques ou détections de coquilles dont ils pourraient me faire part… pour la quatrième édition !

Cette nouvelle édition a été augmentée de 170 pages, avec notamment une plus grande utilisation du logiciel R (outre SAS amplement cité dans la 2e édition), des compléments et un exemple détaillé sur la détection des règles d’associations, sur la théorie de l’apprentissage et les travaux de Vapnik, et une étude de cas complète de credit scoring, qui va en 50 pages de l’exploration des données jusqu’à l’élaboration de la grille de score. Une comparaison est effectuée entre la régression logistique et de l’analyse discriminante DISQUAL.

La régression régularisée (bridge et lasso) et la régression PLS sont étudiées bien plus en détail, avec des comparaisons sur un jeu de données. Autre nouveauté : l’apparition des méthodes bayésiennes, avec des applications du classifieur bayésien naïf et des réseaux bayésiens. La plupart des chapitres sont notablement enrichis, celui sur les logiciels a bien entendu été mis à jour, et la bibliographie comporte de nombreux nouveaux titres en anglais.

En vous souhaitant une bonne lecture

Bien cordialement,

Stéphane Tufféry

2. Lectures complémentaires

Pour les compléments du livre en ligne :

www.editionstechnip.com/F/tuffery_data_mining_statistique_1507.asp

Pour commander l’ouvrage :

Data mining et statistique décisionnelle – 3ème Edition

Autre ouvrage du même auteur :

Etude de cas en statistique décisionnelle

h1

Entretien avec Susan Slaughter et Lora Delwiche, auteurs de The Little SAS Book (partie 1)

octobre 19, 2009

Susan Slaughter (www.avocetsolutions.com) et Lora Delwiche sont les auteurs du livre The Little SAS Book: A Primer et The Little SAS Book for Enterprise Guide 4.1. Pour vous, elles ont accepté de répondre à mes questions. Voici donc un entretien à distance entre Europe et Etats-Unis. La première section est la version originale. La seconde est ma traduction en français.


Cet entretien sera publié en trois fois, une par mois. Cette première partie s’intéresse à The Little SAS Book: A Primer.

A dans un mois pour découvrir la seconde partie de cet entretien ou inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir l’intégralité de l’article dès à présent (envoyer un email à veronique.bourcier@sasreference.fr avec Inscription Newsletter dans l’objet).

1. Partie 1, Version originale : The Little SAS Book: A Primer

Véronique: Hi Susan, Hi Lora,

I’m really pleased having this interview with both of you today and get the chance to present your work to French speaking SAS users.

To start with I’d like to talk about The Little SAS Book: A Primer which, I would say, is your main team achievement. Please feel free to correct me if needed.

14 years have gone by and The Little SAS Book: A Primer keeps being a reference book with more than 219,000 copies sold around the world. One of my colleagues has just started reading the one I had lent her and she said to me shortly after: ‘I like it. It is easy to read and it is even funny. Can I take it home?’. So what key features of The Little SAS Book do you think make it a success?

Susan: We think the two-page format is really important. It allows you to see a whole topic at once which makes it easier to learn. Also our examples are complete so you can type them in and run them, and we try to avoid using jargon.

Lora: Susan and I have both taught SAS programming, and helped other programmers, so we think this helped us write the book in a way that new SAS users could understand. We also tried to select the most useful topics for our book, covering most of the topics a SAS programmer will need.

Véronique: Now SAS online documentation and lots of good SAS papers are available for free on the net. What, would you say, makes The Little SAS Book still a valuable purchase?

Lora: You are right, there are a lot of good papers available online, but it would be difficult and time consuming to gather together all the information you need using papers alone. Our book has all the important topics together in one place and it is presented in a consistent manner.

Susan: Yes, and the SAS documentation is huge. That’s why we wrote The Little SAS Book: A Primer in the first place. When we wrote the first edition, the SAS Language Reference manual was 4.5 cm thick and weighed 2 kg, and many SAS programmers had shelves full of SAS books that size. Now the documentation is online so our bookshelves are less full, but the documentation is even bigger than before. It can be hard to find information in the online documentation, especially if you are a beginning SAS programmer.

Véronique: You or your publisher has decided to get The Little SAS Book on Google Books (A Primer, for Enterprise Guide 4.1). What made you decide to do so? To which extend do you think it affects your sales?

Lora: SAS Publishing handles marketing for our book, so we asked our editor this question. Here is her reply:

“Google is one of the most popular search engines on the internet. When Google began their book search program, we were very excited to be able to participate. We feel that Google Book Search offers a unique opportunity to publishers and authors in gaining additional exposure for their books. When a SAS user enters a keyword in the search, our books can surface as resources for them. Given that SAS users rely so heavily on SAS Press books and SAS documentation, we felt very strongly that SAS Press books and SAS documentation should surface in the Google search and added them in 2004.”

We have no information on how this affects our sales.

Véronique: You have decided in your last edition (4th Edition, 2008) to present some SAS 9.2 functionalities and especially SAS/Graph functionalities. The Little SAS Book: A Primer has always been focusing on basic SAS programming skills. Why do you think graphics are nowadays a basic skill requirement?

Susan: Graphics have always been important, and we always wanted to include them in our book. However, we felt that traditional SAS/Graph® was too complex for The Little SAS Book. ODS Graphics is much simpler. Since we already have a chapter on ODS, it was easy to add ODS Graphics.

2. Partie 1, Traduction en français: The Little SAS Book: A Primer

Véronique : Bonjour Susan, bonjour Lora,

Je suis ravie de réaliser cet entretien avec vous aujourd’hui et d’avoir la chance de présenter votre travail aux utilisateurs de SAS francophones.

Pour commencer, j’aimerais parler de votre livre The Little SAS Book: A Primer qui, je dirais, est votre principale réalisation en équipe. Soyez libre de me corriger si besoin est.

14 ans se sont écoulés et The Little SAS Book: A Primer continue d’être un livre de référence avec plus de 219 000 exemplaires vendus dans le monde. Une de mes collègues vient de débuter la lecture d’un exemplaire que je lui ai prêté et elle m’a dit peu après : « Je l’aime bien. C’est facile à lire et c’est même drôle. Est-ce que je peux le ramener à la maison ? ». Donc, selon vous, quels sont les éléments qui font de The Little SAS Book un succès ?

Susan : Nous pensons que le format deux pages est très important. Cela vous permet de voir l’intégralité du sujet d’un seul coup d’œil qui rend plus facile l’apprentissage. De plus, nos exemples sont dans leur intégralité de sorte que vous pouvez les saisir et les exécuter, et nous essayons d’éviter l’usage de jargon.

Lora : Susan et moi avons enseigné la programmation sous SAS, et aidé d’autres programmeurs. Donc nous pensons que cela nous aide à écrire le livre d’une manière que les nouveaux utilisateurs de SAS peuvent comprendre. Nous essayons aussi de sélectionner les sujets les plus utiles pour notre livre, en couvrant le plus de sujets qu’un programmeur aura besoin.

Véronique : Aujourd’hui, la documentation en ligne de SAS et beaucoup de bons articles sur SAS sont disponibles gratuitement sur le net. Selon vous, qu’est-ce qui rend l’achat de The Little SAS Book toujours intéressant ?

Lora : Vous avez raison. Il y a beaucoup d’articles de qualité disponibles en ligne, mais cela serait difficile et mangeur de temps de rassembler toutes les informations dont vous avez besoin en utilisant les articles seulement. Notre livre a tous les sujets importants rassemblés dans un endroit et c’est présenté de manière consistante.

Susan : Oui, et la documentation SAS est énorme. C’est pour cela que nous avons écrit The Little SAS Book en premier lieu. Quand nous avons rédigé la première édition, le manuel SAS Language Reference était épais de 4,5 cm et pesait 2 kg, et beaucoup de programmeurs SAS avait des étagères pleines de livres SAS de cette taille. Maintenant la documentation est en ligne. Donc nos étagères sont moins remplies, mais la documentation est encore plus importante qu’avant. Cela peut être difficile de trouver l’information dans la documentation en ligne, en particulier si vous êtes un programmeur SAS débutant.

Véronique : Vous ou votre éditeur a décidé de mettre The Little SAS Book sur Google Books (A Primer, for Enterprise Guide 4.1). Qu’est-ce-qui vous a décidé à faire cela ? Dans quelle mesure pensez-vous que cela affecte vos ventes ?

Lora : SAS Publishing se charge du marketing pour notre livre. Donc, nous avons posé à notre éditeur cette question. Voici sa réponse :

“Google est le plus populaire moteur de recherche sur Internet. Quand Google a commencé son programme de recherche de livres, nous étions très excités de pouvoir y participer. Nous avons le sentiment que Google Book Search offre une opportunité unique aux éditeurs et aux auteurs de gagner une exposition supplémentaire pour leurs livres. Quand un utilisateur SAS entre un mot-clé dans la recherche, nos livres peuvent se dégager comme ressource pour eux. Etant donné que les utilisateurs SAS font si confiance aux livres de SAS Press et à la documentation SAS, nous avons eu le sentiment profond que les livres de SAS Press et la documentation SAS doivent se dégager de la recherche sur Google et nous les avons ajoutés en 2004.”

Nous n’avons par d’information sur la manière donc cela affecte nos ventes.

Véronique : Vous avez décidé dans votre dernière édition (4ème édition, 2008) de présenter certaines fonctionnalités de SAS 9.2 et en particulier des fonctionnalités de SAS Graph. The Little SAS Book a toujours été centré sur des compétences de programmation SAS de base. Pourquoi pensez-vous que les graphiques sont de nos jours une compétence de base requise ?

Susan: Graphique ont toujours été important, et nous avons toujours voulu les inclure dans notre livre. Cependant, nous avions le sentiment que le SAS/Graph® traditionnel était trop complexe pour The Little SAS Book. ODS Graphics est beaucoup plus simple. Vu que nous avons déjà un chapitre sur ODS, c’était facile d’ajouter ODS Graphics.

A dans un mois pour découvrir la seconde partie de cet entretien en trois parties ou inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir l’intégralité de l’article dès à présent (envoyer un email à veronique.bourcier@sasreference.fr avec Inscription Newsletter dans l’objet).