Posts Tagged ‘last’

h1

2 suggestions pour grouper les valeurs d’une variable

juillet 21, 2008

Sous SAS, lorsqu’une variable contient plusieurs valeurs à regrouper pour n’en former qu’une seule, il existe plusieurs options. Voici deux suggestions : une basée sur la notion de RETAIN et FIRST/LAST, l’autre sur PROC TRANSPOSE et ARRAY.

Pour illustrer le propos un data set liste plusieurs actions pour un patient à une visite donnée. Il s’agit de regrouper ces actions par patient et visite dans un seul record.

Le data set avant

pat_id  visit_dt rec_id action

   1   02APR2007    1   RAYON X
   1   02APR2007    2   ULTRASON
   1   02APR2007    3   SCANNER
   2   15NOV2007    2   RAYON X
   2   15NOV2007    1   ULTRASON

Le data set après : une nouvelle variable caractère est créée ACTION_LST. On lui donnera une longueur de 200. Chaque action y est séparée par une barre. Les variables REC_ID (identifiant du record) et ACTION sont supprimées.

pat_id  visit_dt action_lst

   1   02APR2007 RAYON X | ULTRASON | SCANNER
   2   15NOV2007 ULTRASON | RAYON X

1. La force du RETAIN

Pour débuter une variable ACTION_LST de longueur 200 est créée. Elle ne contient à la base aucune valeur.

data final; *(drop = rec_id action);
   set orig;
   by pat_id visit_dt;
   length action_lst $200;
   retain action_lst ‘ ‘;
   if first.visit_dt then action_lst=action;
   else action_lst=catx(‘ | ‘,action_lst,action);
   *if last.visit_dt then output;
run;

Pour chaque nouvelle visite de chaque patient, ACTION_LST est initialisée. Elle prend la valeur de la variable ACTION.

Du fait de la présence de l’instruction RETAIN, cette première valeur est maintenue pour tous les records d’une même visite. A chaque nouvelle lecture d’un record, une nouvelle action est ajoutée.

La fonction CATX permet de concaténer les valeurs d’ACTION_LST et ACTION, et d’ajouter la barre comme délimiteur.

Voici donc le résultat intermédiaire, avant l’activation du code mis en commentaires.

pat_id  visit_dt action_lst

   1   02APR2007 RAYON X
   1   02APR2007 RAYON X | ULTRASON
   1   02APR2007 RAYON X | ULTRASON | SCANNER
   2   15NOV2007 ULTRASON
   2   15NOV2007 ULTRASON | RAYON X

A présent, il s’agit de garder seulement le dernier record de chaque visite par patient avec LAST.VISIT_DT et à supprimer les variables REC_ID et ACTION.

2. Rotation de données (PROC TRANSPOSE) et lecture en boucle (ARRAY)

Avec cette seconde approche, le travail est découpé en deux étapes à commencer.

Dans un premier temps, un PROC TRANSPOSE pour faire pivoter les données. Le data set n’a alors plus qu’une ligne par visite de patient. Chaque action apparaît dans une colonne donnée.

proc transpose data=orig out=final2 (drop=_name_);
   by pat_id visit_dt;
   var action;
run;

pat_id  visit_dt  COL1      COL2      COL3

   1   02APR2007  RAYON X   ULTRASON  SCANNER
   2   15NOV2007  ULTRASON  RAYON X

Dans un second temps un ARRAY nommé _ACTION est défini. Il contient toutes les variables commençant par COL. A chaque nouvelle lecture d’une variable COL, sa valeur est ajoutée à celle de la variable ACTION_LST.

data final2 (drop=i col:);
   set final2;
   length action_lst $200;
   array _action {*} col:;
   do i=1 to dim(_action);
      action_lst = catx(‘ | ‘,action_lst,_action{i});
   end;
run;

Annexe : Création du data set utilisé pour l’exemple.

data orig;
   input pat_id visit_dt date9. rec_id action $15.;
   format visit_dt date9.;
   datalines;
1 02APR2007 1 RAYON X
1 02APR2007 2 ULTRASON
1 02APR2007 3 SCANNER
2 15NOV2007 2 RAYON X
2 15NOV2007 1 ULTRASON
;
run;

proc sort data=orig;
   by pat_id visit_dt;
run;

Publicités
h1

Identifier et supprimer les doublons

juillet 14, 2008

Identifier et supprimer les doublons dans un data set fait partie des compétences de base du programmeur SAS. Trois approches sont envisageables : PROC SQL, PROC SORT et un compteur dans un data step.

Qu’appelle-t-on doublon ? des lignes complètement identiques ou seulement des lignes ayant quelques variables communes ? Il est important de savoir si deux records ayant des observations communes sont considérés comme doublons ou s’il faut que toutes les observations soient identiques. Si seules quelques variables sont considérées, il faut savoir quelle ligne est conservée et lesquelles sont supprimées.

Le data set utilisé pour l’exemple est composé de trois variables CNTRY (country), PAT_ID (patient ID) et VAL (value). Le patient 2 de Chine a trois lignes d’observations dont deux strictement identiques.

cntry    pat_id    val

 CN        1        A
 CN        2        B
 CN        2        C
 CN        2        C
 HK        3        E 

1. PROC SQL

Avec la procédure SQL, il est possible de faire des calculs et de baser sa sélection d’observations sur ce calcul. En d’autres termes, il est possible de compter le nombre de fois qu’une valeur apparaît. Pour identifier les records avec doublons, on prend ceux comptés plus d’une fois.

Première présentation : Voici, tout d’abord, une présentation de PROC SQL décomposable en deux étapes.

proc sql;
   create table two (where=(cnt_pat > 1)) as
      select cntry, pat_id, val, count(*) as cnt_pat
      from one
      group by cntry, pat_id;
quit;

Dans un premier temps, une variable donne le nombre de records par patient dans un pays donné (CNT_PAT) grâce à la syntaxe GROUP BY et la fonction COUNT. A ce stade, on obtient le data set suivant :

cntry pat_id val cnt_pat

  CN     1    A     1
  CN     2    C     3
  CN     2    B     3
  CN     2    C     3
  HK     3    E     1

Dans un second temps, seules les observations ayant des doublons sont gardées, une fois le nouveau data set créé, grâce à l’option WHERE=.

Deuxième présentation : Au lieu de créer la variable CNT_PAT et de faire une sélection ultérieure, la fonction COUNT peut être  ajoutée dans une condition introduite par le mot HAVING et faisant toujours appel à la fonction COUNT.

Pour ne voir qu’une des lignes multiples, il suffit d’ajouter DISTINCT.

proc sql;
   create table two_bis as
   select /*distinct*/ cntry, pat_id, val
   from one
   group by cntry, pat_id
   having count(*) > 1;
quit;

A l’inverse, pour ne sélectionner que les observations n’apparaissant qu’une fois, « >1 » sera remplacé par « =1 ». Seules les observations ayant exactement une occurrence sont sélectionnées.

Le DISTINCT s’applique à l’intégralité des observations. Cela permet de ne garder que des lignes uniques.

Il n’est pas possible de garder la première ligne parmi les doublons définis par des variables précises (CNTRY et PAT_ID dans l’exemple) avec cette méthode.

2. Les options de la procédure PROC SORT (NODUP/NODUPRECS, NODUPKEY)

Il existe deux options dans la procédure PROC SORT pour supprimer les doublons selon qu’ils s’appliquent

  • à toute une ligne d’observation (NODUPRECS dont l’alias est NODUP) ou
  • à une liste de variables précises données dans l’instruction BY (NODUPKEY).

Au choix, le nouveau data set sans doublons remplace l’ancien ou est sauvegardé dans un dataset différent introduit par OUT=.

Les observations ayant été exclues peuvent être sauvegardées dans un nouveau data set dont le nom est défini par DUPOUT=.

proc sort data=one out=three nodupkey dupout=three_bis;
   by cntry pat_id;
run;

proc sort data=one out=four noduprecs /*nodup*/ dupout=four_bis;
   by cntry pat_id;
run;

3. Appliquer une variable compteur

Enfin, après PROC SQL et PROC SORT, une troisième possibilité pour identifier et supprimer les doublons, est d’ajouter une variable compteur.

Dans l’exemple ci-dessous, la variable compteur est nommée CNT. Pour la première observation d’un patient d’un pays donné, le compteur est initialisé à 1. Pour chaque nouveau record du patient, le compteur est incrémenté de 1. Quand la variable CNT est égale à 1, le record est ajouté dans le data set FIVE. Sinon il est ajouté dans le data set FIVE_BIS. A la fin, la variable compteur est supprimée.

Ainsi le data set FIVE contient les records sans doublons. Dans le cas du patient doublonné (patient 2), c’est la première observation qui est conservée.

Dans le data set FIVE_BIS, les records exclus de la première sélection sont conservés.

data five (drop=cnt) five_bis (drop=cnt);
   set one;
   by cntry pat_id val;
   if first.pat_id then cnt=1;
   else cnt+1;
   if cnt = 1 then output five;
   else output five_bis;
run;

Annexe :

data one;
   input cntry $ pat_id $ val $;
   datalines;
CN 1 A
CN 2 B
CN 2 C
CN 2 C
HK 3 E
;
run;

h1

Repérer les 1ers/derniers records (FIRST/LAST)

mai 6, 2008

Repérer la première et/ou la dernière observation d’un jeu de données ou d’un sous-ensemble de ce jeu, c’est possible sous SAS avec les mots-clés FIRST et LAST dans un data step. On se sert de cette information sous forme de condition. Si la première observation est rencontrée, on fait ceci, sinon on fait cela. Cela sert pour créer une variable compteur ou pour générer plusieurs programmes via un DATA _NULL_, programmes variant par quelques valeurs listées dans un fichier de référence.

1. Le raisonnement FIRST/LAST en langage humain

Dans l’exemple ci-dessous, on a tout d’abord deux variables MEMNAME et NAME qui sont triées. Ensuite sont ajoutées plusieurs variables.

Les variables FRST_DSN/LST_DSN

  • S’il s’agit de la première fois que l’on lit la valeur de la variable MEMNAME, alors on donne une value de 1 à FRST_DSN, sinon on donne une valeur de 0.
  • Si au contraire, il s’agit de la dernière valeur avant de changer, LST_DSN prend la valeur 1, sinon il prend la valeur 0.

Dans l’exemple, on remarque que FRST_DSN et LST_DSN sont toutes les deux égale à 1 quand MEMNAME=DSN2, car il n’y a qu’une observation pour ce MEMNAME. La première observation est donc également la dernière,

memname  name  frst_dsn lst_dsn frst_var lst_var
    dsn1       var1          1          0           1          0
    dsn1       var1          0          0           0          0
    dsn1       var1          0          0           0          1
    dsn1       var2          0          0           1          1
    dsn1       var3          0          1           1          1    
    dsn2       var1          1          1           1          1    

    dsn3       var1          1          0           1          1
    dsn3       var2          0          0           1          1
    dsn3       var3          0          0           1          1
    dsn3       var4          0          1           1          1    
    dsn4       var1          1          0           1          1
    dsn4       var2          0          1           1          1       

FRST_VAR/LST_VAR : une fois dans un groupe (DSN1, DSN2, DSN3 ou DSN4), on regarde la seconde variable NAME.

  • Si on a la première fois la valeur dans ce groupe, FRST_VAR=1 sinon FRST_VAR=0.
  • Si au contraire, il s’agit de la dernière fois qu’on l’observe dans ce group, LST_VAR=1, 0 autrement.

Dans l’exemple, seul le DSN1 a plusieurs fois une VAR1 associée. C’est donc le seul moment où FRST_VAR n’est pas égal à LST_VAR.

NOTE, choix de l’auteur : entendez FRST pour rappeler le mot FIRST (premier), LST le mot LAST (dernier) et DSN le mot DATA SET NAME (nom du jeu de données).

2. Le raisonnement FIRST/LAST en langage SAS

SAS lie les données d’un jeu de données ligne par ligne. On rassemble les données par groupe en les triant. On rappelle cet ordre avec une instruction BY.

Ici les variables MEMNAME et NAME sont extraites de la bibliothèque SASHELP grâce au dictionnaire COLUMN.

proc sql;
   create table lst_dsn_var as
   select memname, name
   from dictionary.columns
   where upcase(libname)=’SASHELP’;
quit;

Puis, chacune des variables FRST_DSN, LST_DSN, FRST_VAR et LST_VAR sont crées. Ces variables prennent une valeur de 1, si la condition est vrai (s’il s’agit bien de la première ou de la dernière observation), 0 sinon. Bien sûr, on peut choisir de leur donner la valeur que l’on veut.

data _null_;
   set lst_dsn_var;
   by memname name;
   if first.memname then frst_dsn=1;
   else frst_dsn=0;
   if last.memname then lst_dsn=1;
   else lst_dsn=0;
   if first.name then frst_var=1;
   else frst_var=0;
   if last.name then lst_var=1;
   else lst_var=0;
run;

NOTE : SAS se base sur les données d’origine pour dire si oui ou non, il s’agit de la première/dernière observation. Dès lors, si le jeu d’origine est altéré (suppression de lignes), SAS ne redéfinira pas une première/dernière observation parmi celles restantes. On peut donc ne plus avoir l’observation considérée par SAS comme première/dernière. Il choisira si besoin de faire les deux opérations dans des data steps distincts.

3. La première et la dernière observation d’un data set

Vous n’aurez pas toujours une variable prenant la même valeur pour toutes les observations et ainsi retrouver la première et la dernière observation. On peut soit en créer une avec un RETAIN par exemple ou plus simplement utiliser

  • la variable automatique _N_ pour la première observation et
  • la variable assignée avec l’option END= dans l’instruction SET pour la dernière observation.

data _null_;
   set lst_dsn_var end=eof;
   if _N_=1 then …;
   if eof then…;
run;

NOTE : Par habitude, on donne ici le nom EOF (End Of File) comme nom à la variable qui prend une valeur 1 s’il s’agit de la dernière observation, 0 autrement. Comme la variable automatique _N_, EOF n’apparaît pas dans le data set final, s’il est créé.

h1

Ecrire un texte avec l’instruction PUT

février 24, 2008

pen_fr.jpg 

Faire apparaître un message d’erreur dans la log ; afficher la valeur de variables dans la log lors du développement d’un programme ; générer plusieurs programmes similaires : voici autant d’applications de l’instruction PUT, propre au data step, qui affiche, par défaut, le texte dans la log.

1. Taper du texte brut : en mettant votre texte entre guillemets dans l’instruction PUT, celui-ci apparaîtra dans la log.

Couper l’instruction PUT : lorsqu’une instruction PUT devient longue, on doit se déplacer sur plusieurs écrans pour voir l’intégralité du programme. En coupant le texte, la lisibilité du programme et le confort du programmeur se trouvent améliorés et le texte reste continue dans la sortie LOG ou autre.

Ecrire des guillemets : pour afficher une guillemet simple, celle-ci devra apparaître dans des guillemets doubles et inversement. Pour afficher deux guillemets simples, il faudra les séparer dans deux jeux de guillemets doubles. Par défaut, on privilégiera les guillemets simples pour alléger le programme.

Ajouter un saut de ligne : à chaque nouvelle instruction PUT, SAS crée un saut de ligne. Les barres inclinées (slash /) ajoutent autant de sauts de ligne supplémentaires que désirés.

Ajouter des espaces : en écrivant une procédure SQL, on fait utile des indentations améliorant la lisibilité du code. Soit ces espaces de début de ligne sont ajoutés manuellement entre les guillemets, soit un arobas suivi du nombre d’espaces précède les guillemets (@6 crée une indentation de six espaces). 

Enlever l’espace créé par défaut avant un début de guillemets : plusieurs jeux de guillemets sont fréquemment utilisés pour insérer entre les deux le nom d’une variable. Au final, il est parfois important que la valeur de la variable et le texte qui suit se suivent sans espace. Pour cela, il faut faire reculer le curseur d’un espace en ajoutant  +(-1) avant le début de la guillemet.

2. Afficher les valeurs des variables d’un jeu de données

Afficher la valeur de la variable : pour voir la valeur des variables, il faut lister leur nom dans l’instruction PUT sans guillemet. C’est très pratique pour générer un code variant uniquement par la valeur de variables.

Afficher la valeur d’une variable et son nom : lorsqu’il s’agira de débugger un programme, vous repérerez plus rapidement dans la log vos valeurs si le nom de la variable apparaît également. Pour ce faire, vous avez deux options plus ou moins rapide.

  • Utiliser les guillemets vous obligera à écrire le nom de la variable deux fois : une fois entre guillemets et une fois sans guillemet.
  • Plus simplement, le nom de la variable est suivi du signe égal.

Lectures complémentaires : l’instruction PUT trouve tout son potentiel en combinaison avec d’autres instructions : 

  • Pas de jeu de données (DATA _NULL) : l’instruction PUT est propre au data step. Quand vous ne voudrez pas créer un jeu de données SAS dans ce data step, vous aurez besoin du DATA _NULL_.
  • Changer de destination (FILE/FILENAME) : Pour diriger votre texte vers une autre sortie que la log, vous aurez besoin de l’instruction FILE. Selon que cette sortie sera vers un fichier externe ou vers la fenêtre OUTPUT de SAS, vous aurez besoin de l’instruction globale FILENAME ou non.
  • Alterner selon les valeurs des variables (BY/FIRST/LAST) : pour générer des codes variant selon la valeur de variables, il y a l’instruction BY en combinaison avec FIRST et LAST.
  • Début et fin de texte (_N_/END=) : pour afficher un texte unique en début et en fin, on peut faire référence à la variable automatique _N_ (if _N_=1) et à une variable définie avec l’option END= de l’instruction SET.