Posts Tagged ‘débutant’

h1

Webinaire Live : les 5 indispensables pour écrire vos premiers programmes

décembre 6, 2017

7 jours – 7 dates

Du jeudi 8 décembre au mercredi 14 décembre à 19h58
(seulement 25 places maximum par session)

  1. jeudi 8 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement
  2. vendredi 9 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement
  3. samedi 10 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement
  4. dimanche 11 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement
  5. lundi 12 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement
  6. mardi 13 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement
  7. mercredi 14 décembre à 19h58 – S’inscrire gratuitement

 

Voir toutes les dates | N’hésitez pas à partager autour de vous !

 

Objectif

Repérez les 5 indispensables que vous pouvez mettre en place pour écrire des programmes plus lisibles, pour travailler de manière structurée et anticiper les besoins de synchronisation avec votre documentation de validation, quelque soit l’industrie (finance, marketing, pharma…).

 

Au programme

19h45 : Accès à la salle

19h58 : Début du Webinar – Véronique Bourcier

  • Introduction
  • Les 5 indispensables pour écrire vos premiers programmes que vous n’apprendrez jamais sur les bancs universitaires.
  • Cadeau spécial STAGE pour tous les participants
  • Lancement de mon nouveau produit pour les débutants/faux-débutants en langage SAS
  • Questions-Réponses

 

Voir toutes les dates | N’hésitez pas à partager autour de vous !

Publicités
h1

Une formation gratuite d’introduction à SAS en deux clics

août 20, 2016

Bonjour,

La plateforme de formation en ligne : programmeur-pro.com vient de bénéficier d’un petit lifting.

Elle contient la formation gratuite : « Introduction à SAS pour vrai débutant « .

Introduction à SAS pour vrai débutant, le descriptif:

Ce programme s’adresse aux vrais débutants en langage SAS. Vous devez travailler en collaboration avec des programmeurs SAS, faire tourner des programmes existants ou naviguer dans une table SAS, ce programme d’introduction est fait pour vous.

Ici, on vous donne les outils de base pour gagner en autonomie dans votre travail, acquérir une meilleure compréhension des contraintes de la programmation et acquérir le vocabulaire pour dialoguer avec des programmeurs.

Ce programme est composé de 7 unités.

Pour créer un compte, cliquez sur S’inscrire. Confirmez ensuite votre inscription en cliquant sur le mail que vous recevrez.

Si vous pensez que dans votre entourage d’autres personnes pourraient bénéficier de ce programme, alors partagez le lien : programmeur-pro.com

A très bientôt sur la plateforme.

Véronique

h1

4 ouvrages en français sur le logiciel R

septembre 7, 2010

Le logiciel R, version gratuite du logiciel de statistique S-Plus, est souvent utilisé dans le monde académique pour effectuer des analyses statistiques. Voici quelques ouvrages en français sur le sujet.

1. Comprendre et réaliser les tests statistiques à l’aide de R

Comprendre et réaliser les tests statistiques à l’aide de R, de Gaël Millot, Editions De Boeck, Mai 2009

Le mot de l’éditeur : Ce livre s’adresse aux étudiants en médecine, en biologie, aux médecins et aux chercheurs désirant réaliser des tests alors qu’ils débutent en statistique ou en biostatistique. Son originalité est de proposer non seulement une explication très détaillée sur l’utilisation des tests les plus classiques, mais aussi la possibilité de réaliser ces tests à l’aide de R, logiciel de référence en statistique, gratuit, disponible sur internet et compatible avec Windows, Mac OS et Linux.

Illustré par de nombreuses figures et accompagné d’exercices avec correction, l’ouvrage aborde la statistique de la manière la plus simple qui soit, sans démonstration mathématique, mais en insistant sur les détails, afin de bien maîtriser toutes les subtilités des tests. Il traite en profondeur de notions essentielles comme la check-list à effectuer avant de réaliser un test, la gestion des individus extrêmes, l’origine de la p value, la puissance ou la conclusion d’un test. Il explique comment choisir un test à partir de ses propres données. Il décrit 35 tests statistiques sous forme de fiches, dont 24 non paramétriques, ce qui couvre la plupart des tests à une ou deux variables observées. Il traite de toutes les subtilités des tests, comme les corrections de continuité, les corrections de Welch pour le test t et l’anova, ou les corrections de p value lors des comparaisons multiples. Il propose un exemple d’application de chaque test à l’aide de R, en incluant toutes les étapes du test, et notamment l’analyse graphique des données.

Ce livre parlera également à ceux qui ne souhaitent pas utiliser R, car tous les exemples d’application des tests sont réalisés à partir d’un même fichier de données, qui peut facilement être adapté à un autre logiciel de statistique.

Ne nécessitant pas de connaissances particulières en mathématiques, ni de pré-requis en informatique, cet ouvrage devrait contenter à la fois ceux qui recherchent un manuel de statistique/biostatistique expliquant le fonctionnement des tests et ceux qui recherchent un manuel d’utilisation de R.

Télécharger : Vous pouvez télécharger le sommaire sur le site de l’éditeur : sommaire.pdf

Chapitre 1 : Présentation de R
Chapitre 2 : Notions de base de la statistique
Chapitre 3 : Démarche scientifique et erreurs associées
Chapitre 4 : Les étapes d’un tests en statistique
Chapitre 5 : Les tests statistiques

  • Comparaison d’effectifs et de proportions
  • Comparaison de moyennes
  • Comparaison de médianes
  • Comparaison de variances
  • Corrélations entre variables
  • Comparaison de distributions
  • Autres tests

Feuilleter le livre : Enfin, vous pouvez aussi découvrir le livre sur Google Book.

2. Analyse de données avec R

Analyse de données avec R, François Husson, Sébastien Lê et Jérôme Pagès, Editions Presses Universitaires de Rennes, Sept. 2009.

Mot de l’éditeur : Avec ce manuel, le lecteur dispose d’un équipement complet (bases théoriques, exemples, logiciels) pour analyser des données multidimensionnelles. Pour chaque méthode, un exemple détaillé concrétise les éléments théoriques et chaque résultat est accompagné de la commande R qui permet de l’obtenir (logiciel FactoMineR).

3. Statistique avec R, deuxième édition

Statistique avec R, Pierre-André Cornillon, Editions Presses Universitaires de Rennes,  Juin 2010

Le mot de l’éditeur : Ce manuel explique le fonctionnement du logiciel R et il montre la mise en œuvre d’une vingtaine de méthodes statistiques au travers de fiches. Ces fiches sont basées sur des exemples concrets et balayent un large spectre de techniques classiques en traitement de données. Ce guide s’adresse aux débutants comme aux utilisateurs réguliers de R. Il leur permettra de réaliser rapidement des graphiques et des traitements statistiques simples ou élaborés.

Ce livre est une rédaction exhaustive de mon cours de biostatistique. Il s’adresse aux étudiants, médecins et chercheurs désirant réaliser des tests alors qu’ils débutent en statistique. Son originalité est de proposer à la fois une explication très détaillée des tests les plus classiques ainsi que la possibilité de réaliser ces tests à l’aide du logiciel gratuit R. Simple et complet, il devrait contenter ceux qui recherchent un manuel de statistique expliquant le fonctionnement des tests et ceux qui recherchent un manuel d’utilisation de R. Il est disponible dans la plupart des librairies spécialisées. Il peut aussi être commandé chez De Boeck Université, qui offre généralement les frais de port.

4. Analyser les séries chronologiques avec S-Plus

Analyser les séries chronologiques avec S-Plus. Une approche paramétrique, Laurent Ferrara et Dominique Guégan, Editions Presses Universitaires Rennes, Sept. 2002

Le mot de l’éditeur : Ce manuel est destiné aux étudiants et professionnels ayant à étudier des séries de données dépendant du temps, qu’ils soient paramétriques linéaires ou non linéaires. Pour chaque type, les auteurs proposent des simulations et des applications.

Proposez un ouvrage sur R ou S-Plus : Vous connaissez des ouvrages français sur R ou son équivalent commercial S-Plus, ajoutez un commentaire à cet article pour qu’il soit référencé.

h1

Un premier exemple d’array : changer toutes les variables 1/2 en variable 0/1

mai 11, 2009

Imaginez que vous avez dans une table des variables oui/non où 1 représente non et 2 représente oui. Changement de standard oblige, vous devez symboliser les non par un 0 et les oui par un 1.

Si mavariable=1 alors mavariable=0.
Sinon mavariable=1.

Bien sûr, vous pouvez traiter séparément chaque variable. Ce chantier laborieux est remplaçable par une boucle où seul le nom de la variable change à chaque fois. Vous voulez donc effectuer une même opération sur un grand nombre de variables. La syntaxe de l’array est faite pour vous.

1. Un data set pour l’exemple

Voici la table (SAS data set) utilisée pour l’exemple. Elle s’appelle FINAL. Elle est composée d’une variable caractère et de trois variables numériques, toutes des variables binaires de type oui (2)/ non (1).

data final;
input subject $ pregny validny aeny;
datalines;
A 1 2 1
B 1 1 2
C 2 1 2
D 1 2 2
;
run;

Le but sera d’obtenir un data set avec des variables binaires de type oui (1)/ non (0).

subject pregny validny aeny;
A      0       1      0
B      0       0      1
C      1       0      1
D      0       1      1

2. C’est quoi un array ?

Un array est un nom qui désigne une liste de variables. Il est propre à l’étape data.

  • Définir un nouvel array : Dans un premier temps, l’array est à créer: Sous un nom de son choix, sont sauvegardés sauvegarde des noms de variables (les éléments de l’array) dont l’ordre est indexé pour pouvoir les désigner de manière individuelle par la suite.
  • Appler les variables contenues dans l’array : Dans un second temps, chaque élément de l’array (chaque variable) est appelé/désigné, non pas par son nom, mais par sa position dans l’array.

3. Définir un array

Pour définir un array, il existe l’instruction ARRAY. Elle est composée de trois parties principales et d’un quatrième optionnel.

  • le nom de l’array
  • le nombre de variables  listées (le nombre d’éléments dans l’array)
  • le nom des variables
  • la valeur des variables (optionel)

Dans l’exemple, j’ai un array nommé NY composé de trois éléments : les variables PREGNY (prenant no/yes), VALIDNY (valid no/yes) et AENY (adverse event no/yes).

data final;
set final;
*array ny {1998:2000} pregny validny aeny;
*array ny {1:3} pregny validny aeny;
array ny {*} pregny validny aeny;
run;

Je vous propose trois alternatives pour la notation. Ma préférence, pour des raisons de simplicité dans ce cas, va au cas numéro trois.

  • {1998:2000} Dans le premier cas, la variable PREGNY a pour référence la position 1998, VALIDNY a pour référence la position 1999 et la variable AENY est en position 2000.
  • {1:3} Dans le second cas, la numérotation commence à 1 avec la variable PREGNY et se termine à 3 avec la variable AENY.
  • {*} Dans le troisième et dernier cas, la numérotation est implicite. Comme précédemment. Elle ira de 1 à 3. SAS se charge de compter le nombre de variables pour savoir la dimension de l’array. Si SAS fait le travail pour nous, pourquoi se priver de ce luxe !

Note : La première syntaxe peut apporter dans certains cas un plus en terme de compréhension. C’est le cas quand le numéro a un lien avec le sens de la variable. Par exemple, les variables RESULT98, RESULT99 et RESULT00 peuvent avoir les positions 1998, 1999 et 2000 et donc avoir un caractère informatif.

4. Appeler un array

Pour appeler un élément d’un array (une variable), il faut donner le nom de l’array suivi de la position de la variable dans l’array. Ainsi :

  • ny{1} désigne la variable PREGNY
  • ny{2} fait référence à la variable VALIDNY
  • ny{3} concerne la variable AENY

data final;
set final;
array ny {*} pregny validny aeny;
*variable PREGNY;
if ny{1}=1 then ny{1}=0;
else ny{1}=1;
*variable VALIDNY;
if ny{2}=1 then ny{2}=0;
else ny{2}=1;

*variable AENY;
if ny{3}=1 then ny{3}=0;
else ny{3}=1;

run;

L’intérêt de cette notation vient dans l’usage d’une boucle où la position de la variable sera automatiquement changé.

data final;
set final;
array ny {*} pregny validny aeny;
do i=1 to dim(ny)
;*do i=1 to 3;
if ny{i}=1 then ny{i}=0;
else ny{i}=1;
end;
run;

Pour les plus paresseux comme moi, on demandera à SAS de calculer le nombre d’éléments contenus dans l’array (la dimension) au moyen de la fonction SAS propre à l’array DIM().

Je vous proposerai dans les semaines à venir un autre article sur les subtilités de l’array.

h1

6 conseils pour un CV SAS débutant

avril 17, 2008

Vous commencez vos études et vous voulez mettre toutes vos chances de votre côté pour votre entrée dans la vie activité ? Les études se terminent et vous voudriez devenir consultant SAS ? Comment construire votre expérience et créer un CV débutant béton. Car oui, l’expérience ne fait pas tout. Les recruteurs savent que vous ne connaissez pas le SAS base sur le bout des doigts. Ce qu’il recherche est un peu plus subtil. Voici 8 conseils pour construire un CV attractif.

1. Adaptez votre CV : il est très tentant de construire un CV passe partout et de l’envoyer au plus grand nombre. Pourtant dans les faits, il est plus efficace de cibler l’employeur et de renforcer les points qui l’interpelleront. Par exemple faire des CVs de programmeur SAS et de statisticien distincts. Il est courant de dire qu’on s’intéresse plus spontanément avec les personnes qui nous ressemblent, qui ont un point commun avec vous. A vous de donner la change à l’employeur de retrouver ce qui lui est familier.

2. Citez des actions illustrez votre intérêt pour le SAS : mentionnez dans votre CV toutes vos expériences relevant du SAS  que ce soit dans le cadre universitaire (stages, cours de SAS, projets conduits sous SAS, travail pour la junior entreprise de l’établissement sous SAS), de rencontres (séminaires universitaires, conférences utilisateurs), sur le net (forums de discussion) ou par le biais d’une certification SAS.

3. Détaillez votre expérience SAS par projet / stage : donnez des pistes au recruteur pour évaluer votre niveau de SAS. De plus cela de donner une part plus grande à SAS de la surface de votre CV. En effet, si vous pointez uniquement SAS dans les compétences informatiques et que vous le faite suivre d’autres langages de programmation ou logiciel statistique, cela donnera l’impression :  » connaît un peu de tout mais pas grand chose de chaque « .

  • Modules : listez les modules utilisés (SAS/Base®, SAS/Graph®, Macros, ODS®, SAS/STAT®, etc.),
  • Version SAS : précisez les versions de SAS utilisées (V 8.2, V.9.1.3)
  • Système d’exploitation : avez-vous travaillé sous Unix ou sous Windows ?
  • Réalisations : quel sont les résultats concrets de votre travail ? Précisez notamment ceux que vous pourriez refaire : statistiques descriptives sous formes de tableaux, génération de listings, validation de macros, rédaction d’un manuel utilisateur, migration de données, développement de routines, etc.

4. Partagez votre connaissance du secteur d’activité et du métier de consultant : pour collectez des informations sur la pharmaceutique, la finance, les études marketing, vos rencontres et vos lectures vous seront précieuses. Bien sûr, il y a les stages et les projets universitaires. En plus, vous pouvez rencontrez des professionnelles lors de journées avec les anciens étudiants de votre école, lors de conférences utilisateurs. Sur le net, les blogs professionnels commencent à se développer. On trouve aussi des groupes de discussions et des newsletters. La presse généraliste et spécialisées peut donner une vue moins spécialisée SAS pour mieux comprendre les enjeux, l’évolution du marché et des acteurs principaux.

5. Montrez votre capacité à communiquer en anglais et à progresser : parlez de vos études à l’étranger, vos voyages scolaires, échanges entre villes jumelées, vos rencontres avec des anglophones via une association ou un tandem, votre temps passé à écouter la radio anglaise ou à voir des films et séries américaines.

6. Citez des exemples reflétant votre personnalité et vos aspirations : vos stages sont autant de chances d’argumenter ce stage argumenta t-il en ma faveur lorsqu’il s’agira … d’évoluer dans un secteur d’activité, de mobilité, de vivre dans une grande ville, de perfectionner une langue, de s’adapter à un environnement international,  multidisciplinaire. De plus le choix du lieu d’étude par rapport à votre domicile familial pourra valoriser votre mobilité. Vos loisirs valoriseront votre capacité à travailler en équipe, à faire preuve d’initiative, à communiquer par téléphone, à encadrer une équipe, …

Quelque soient vos choix dans votre parcours, l’important est de restez cohérent.

h1

Le SAS vous captive ? 8 astuces pour le montrer dans un CV

mars 9, 2008

ksfe.jpg

Pour construire un CV SAS débutant, il faut savoir montrer son intérêt pour le logiciel … sans avoir à disposition la carte « Expérience ». Il existe quelques astuces pour contourner le problème lorsqu’on a eu que quelques cours obligatoires dans son parcours.

1. Choisissez des options parlantes : choisissez une option SAS à l’université si elle existe. Pensez à ajouter le nombre d’heures.

2. Privilégiez le SAS dans vos projets universitaires : qu’il s’agisse d’un projet de fin d’année ou de simples exercices, privilégiez le logiciel SAS lorsque le choix vous est offert.

3. Donnez des cours : si votre université propose des cours, travaux de soutien ou de support impliquant le logiciel SAS, jouez cette carte.

4. Rejoignez la junior entreprise de votre établissement : quelques écoles ont une junior entreprise en place. D’un côté, il y a un groupe d’étudiants qui trouve des clients et facturent à un prix défiant la concurrence pour des prestations liés à leur formation. De l’autre côté, il y a des étudiants qui ponctuellement sont choisis pour assurer la prestation et sont rémunérés.

5. Participez à des séminaires SAS : dans le milieu universitaire, de nombreux séminaires sont organisés. Les élèves ont la charge d’organiser l’événement en faisant venir des intervenants avec l’aide de SAS Academic et d’inviter le plus grand nombre. Le site SAS Academic France annonce ces événements https://www.sas.com/fr_fr/academic.html. SAS Academic propose également une newsletter et diffuse gratuitement les offres d’emploi que ses clients lui font parvenir.

6. Assistez aux conférences : les utilisateurs SAS se rencontrent pour partager leur expérience. Les rencontres aux pauses sont aussi importantes que les interventions en amphi. Cela permet de voir le métier sous différents angles. En photo, vous avez la clinique universitaire d’Aix-la-Chapelle où s’est tenue la conférence annuelle KSFE.

7. Intervenez sur des forums de discussions SAS : les forums developpez.net en français et SAS-L en anglais sont très dynamiques.

8. Devenez certifié SAS : SAS propose plusieurs certifications. Le premier niveau s’intitule SAS/BASE®. On peut la passer dans un organisme d’examen agréé pour moins de 150 euros.