h1

Interview avec Rick Aster – auteur du livre Professional SAS Programming Secrets

octobre 20, 2010

Rick Aster, auteur de plusieurs livres sur SAS en anglais et du site www.globalstatements.com, a accepté de répondre à quelques questions à l’occasion de la sortie la troisième édition de son livre Professional SAS Programming Secrets. Voici une traduction en français (perso) de cet « Interview ».

Lire la version originale en anglais.

Rick se présente en une phrase

Véronique Bourcier : Bonjour Rick. Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs du blog sasreference.com en une phrase ?

Rick Aster : Quand les gens disent « SAS programming » aujourd’hui, c’est essentiellement parce que j’ai collé ces deux mots ensemble il y a une génération dans le livre « Professional SAS Programming Secrets« . C’est le premier livre sur SAS à avoir été largement distribué dans les librairies dans le monde.

Ecrire des livres sur SAS, quelles motivations ?

Véronique : Votre première publication était en 1991. Depuis, vous avez publié six livres. Qu’est-ce qui vous a décidé à écrire noir sur blanc vos connaissances au tout début ? Qu’est ce qui vous a motivé pour vendre ces produits ?

Rick : J’aime SAS. Vous pouvez faire des choses incroyables avec lui en terme de travail avec les données et vous n’avez pas besoin d’un haut niveau de compétences pour les faire.

En même temps, je veux vraiment que les utilisateurs de SAS acquièrent les avantages qu’offrent  la programmation informatique.

Si vous prenez l’attitude de penser que vous êtes en charge de l’ordinateur et pouvez faire faire à SAS ce que vous voulez avec les données sur lesquelles vous travaillez, vous  être dans une position plus puissante que de seulement espérer pouvoir taper les bon mots et symboles de sorte que SAS le fasse pour vous.

Mettez ce changement en pratique et un monde entier de possibilités s’offrent à vous. Et ensuite vous pourrez trouver des réponses aux questions dont vous ne saviez pas qu’elles existaient.

Plus je peux persuader de personnes à ce changement, plus de choses vont se passer dans le monde –  » plus de gens trouveront plus de réponses » comme j’aime dire.

Donc c’est vraiment le but derrière tout ce que j’écris sur SAS : mener les gens dans une optique de programmation.

En même temps, aussi, je veux m’assurer que cette connaissance est là pour tout le monde. Une large entreprise peuvent se permettent de solliciter mes services pour travailler sur leur donner, mais vraiment, tout le monde pourrait faire ce que je fais. Donc j’écris des livres pour aider les gens qui essaient de faire la même chose que ce que je fais.

Qualités pour devenir un bon programmeur ?

Véronique : Selon vous quelles sont les qualités essentielles pour devenir un bon programmeur ?

Rick : Le plus important à comprendre est que cela ne requiert pas un niveau de compétence, connaissance ou d’expérience. Tout ce qui via dans un programme peut être revu, ou peut être testé, et toute erreur qui vient en chemin peut être corrigée. Donc vous pouvez faire une bonne programmation dès le début, même si vous débutez ou ne connaissez rien sur SAS.

Rick : C’est seulement une histoire de prendre la responsabilité pour ce que fais votre programme. Si vous pouvez dire « Cela dépend de moi de savoir quelles actions résultent des mots que j’écris dans le programme SAS », alors vous prenez le temps pour trouver, et c’est vraiment tout ce que cela demande. Et SAS rend cela facile en fournissant le journal (la log) qui est prête pour vous à utiliser même avant que vous commenciez.

Rick : Mais ensuite, après avoir commencé à programmer, vous voulez écrire des programmes plus élaborés, et les écrire plus rapidement. Quand j’étais prêt à réécrire Professional SAS Programming Secrets pour la troisième nouvelle édition, j’ai passé un long moment – années vraiment – en recherchant la question que les gens voulaient vraiment savoir sus SAS. Qu’est ce qui distingue principalement les gens devenant performant en SAS, peuvent écrire des programmes rapidement, et font peut d’erreurs à corriger ? Au final, je me suis trouvé à complètement les grandes lignes du livre de sorte que je puisse construire le livre autour de ces distinctions clés.

Rick : Donc, par exemple, avant de faire quoi que ce soit avec SAS, vous avez besoins de savoir que SAS va attendre que vous lui disiez de faire quelque chose, ensuite il va faire ce que vous lui dites, et ensuite le moyen pour vous de savoir ce que SAS a fait est de lire la log. Donc ce sont certaines des idées clés au début du chapitre 1 – pas quelque chose d’à côté que vous recevez quelque part au passage, mais bien là au milieu de la discussion.

Rick : La chose la plus important sur laquelle j’aime insister quand j’ai la change d’enseigner SAS est l’importance de connaitre les actions automatiques que SAS prend quand il exécute le programme, en particulier dans l’étape data (data step). Il y a beaucoup d’actions automatiques en SAS, mais il n’y en a pas tant au point que vous ne pouvez pas toutes les apprendre – et quand vous le faites, cela fait une telle différence, parce que d’un seul coup, vous pouvez voir tout ce qui se passe. C’est comme la différence entre jouer aux échecs les yeux bandés et jouer aux échecs quand vous pouvez voir les pions sur le jeu.

Comment durer en tant que programmeur ?

Véronique : Comment faites-vous pour rester intéressé à la programmation SAS après une si longue période d’utilisation ?

Rick : Jon Anderson, chanteur de rock, a dit il y a environ 10 ans  » Le plus tu sais, le plus il y a à savoir » (“The more you know, the more there is to know.”). Et bien sûr ce n’était pas une nouvelle idée. Les philosophes nous disent ce genre de chose depuis une éternité.

Quand j’étais plus jeune, je pensais que plus on avait d’expérience avec le monde, plus on était perdu, parce qu’on réalise à quel point tout est incertain.

Maintenant je réalise que c’est en fait l’opposé. Oui, d’une certaine manière, tout est incertain, mais l’autre côté, nous sommes plus capables pour réponses à toutes les questions que nous avons, tout du moins les réponses aux questions les plus immédiates.

Rick : Et bien sûr SAS est en plein milieu de cela, avec des gens qui écrivent des programmes SAS pour répondre aux questions qui ne les concernent pas eux seulement ou les entreprises où ils travaillent mais éventuellement le monde entier.

Rick : En même temps, je vois la programmation informatique comme être aux frontières de la conscience. Pour tout ce que je sais, les Humains ont cette sorte d’intelligence que nous avons à cause de notre besoin de prendre des décisions en avance.

En tant que programmeurs, donc, nous ne faisons pas seulement que prendre des décisions à l’avance. A chaque fois que nous écrivons des instructions IF-THEN, nous écrivons des règles abstraites pour prendre des décisions. Ce sont des décisions que le programme prend, si vous voulez le regarder de cette manière. Ceci veux dire que nous nous éloignons du niveau d’action de base (voir et réagir).

Et ensuite, en tant que programmeurs SAS, nous travaillons avec des données qui sont abstraites au départ. Et donc là encore une distance supplémentaire.

Donc quand la programmation SAS semble parfois difficile, c’est parce que, en tant qu’humain, nous sommes toujours en train d’apprendre à utiliser notre cerveau de cette manière.

Rick : Dans quand j’écris un programme SAS, je ne suis pas juste en train de répondre à certaines questions qu’une banque a sur ces clients, ou quoi que ce soit traité par le programme. Et je suis juste en train de penser ce que c’est d’écrire un programme SAS simple et correct. Je suis toujours en train d’apprendre tout ce que je peux à propose de l’état de la pensée qui conduit dans une programmation réussie. Quel est le bon chemin à penser pour écrire un programme réussi avec tous les niveaux d’abstraction qui entre dans le processus ? Tout ce que je peux apprendre à ce propos, et le transmettre aux autres, est quelque chose qui est ajouté à la capacité humaine à comprendre le monde. Et plus j’en découvre, plus il y a beaucoup à en apprendre.

Les particularités de cette nouvelle édition

Véronique : Pourriez-vous nous en dire un peu plus à propos de cette nouvelle édition ? Qu’est-ce qui la rend particulière ? Quelle public serait intéressé en premier à le lire ? Avez-vous déjà un projet pour une prochaine édition ?

Rick : La plupart des gens ne le réalise pas, mais la première édition de Professional SAS Programming Secrets a été principalement écrite en 1988 et livré à l’éditeur en 1989, et en fait, j’ai eu à la mettre à jour avant même qu’elle sorte. Et ensuite , l’éditeur m’a autorisé à ajouter un nouveau truc en 1997, tel que la procédure REPORT et les formats internationaux pour les dates, et c’est comme cela que l’édition révisé est sortie. Bien sûr, c’était il y a une éternité en terme informatique, et pratiquement tout dans le livre devait être révisé.

Rick : SAS lui-même a changé – il y a 10 fois plus de fonctionnalités qu’en 1991 – mais plus important encore, le monde dans lequel les programmeurs travaille a changé. Quand la première édition est sortie, la plupart des lecteurs étaient des gens qui n’avaient jamais utilisé un ordinateur avant qu’ils ne commencent avec SAS. Certaines des choses que nous avions à expliquer sont des choses que les gens apprennent quand ils ont 5 ans maintenant ! Maintenant, pratiquement tout le monde a utilisé un ordinateur, ou a vu des gens travailler sur un ordinateur; donc nous ne présentons plus aux gens un monde étranger quand nous leur enseignons SAS. Mais il y a toujours beaucoup de gens qui n’ont jamais vraiment fait de programmation informatique ; dont la nouvelle édition doit toujours expliquer les idées les plus basiques. Et ca, évidemment, c’est quelque chose d’un peu difficile parce que SAS est si différent de C et d’autres langages de programmation que les gens ont éventuellement pu utilisé dans un cours de programmation informatique à l’université.

Rick : Un des plus gros changements est le passage du papier à des documents électroniques. En 2010, même vous allez imprimer un document sur papier, vous en avez probablement d’une manière électronique en premier. Et cela veut dire que les gens ont véritablement besoin de savoir comment ouvrir et fermer une destination ODS en SAS. La manière dont les choses sont actuellement, un document HTML ou un PDF, est beaucoup plus fiable qu’un fichier texte (print file) – vous pouvez l’envoyer par email à quelqu’un et il ne sera pas confus en chemin. C’est également encore beaucoup plus simple et rapide de construire le design d’un rapport en HTML que de le faire avec un fichier texte. Donc ces deux chapitres dans l’édition précédent pour construire le design de rapports textes ne sont vraiment pas nécessaire maintenant. Vraiment, les gens ont besoin de savoir les quatre instructions qui vous permettre de créer un fichier HTML en SAS. Et j’ai essayé d’expliquer cela de manière aussi simple que possible dans la nouvelle édition. Cela change également tout sur la manière dont vous approchez la procédure REPORT, donc cette partie est complètement différente.

Rick : Vraiment, le livre entier a été réécrit pour tenir compte de tout ce qui a changé. Donc, par exemple, les fichiers data à champs fixes (fixed-field data files), les fichiers « plats » des programmes Cobol, ils ne plus courant, et donc l‘accent est mis sur les fichiers textes délimités comme source de données avec un peu de SQL pass-through pour se connecter aux bases de données et l’engin XML pour importer et exporter des données XML. Je continue à expliquer comment lire des fichiers de données avec des champs fixes, mais je sais que la plupart des lecteurs ne vont pas utiliser cette partie.

Rick : Efficacité était un très large sujet de la programmation SAS dans les années 1990, et c’est un sujet beaucoup plus petite dans cette nouvelle édition – toujours essentiel si vous travaillez avec 10 millions d’observation à la fois, mais la plupart d’entre nous ne sont pas dans ce cas la plupart du temps. Quand j’ai traversé la seconde édition pour préparer la troisième édition, j’ai été surpris par la quantité qui est dedans qui n’importe plus vraiment, deux tiers du livre. Cela mesure bien comment SAS a progressé – il y a des instructions et des fonctions en SAS 8 et 9 qui vous permettent de faire en quelques mots le gens de choses pour lesquelles vous aviez l’habitude 10 ou 20 lignes de code pour le faire en SAS 6. Le truc le plus formidable à ce sujet est que vous n’avez plus besoin d’être un expert pour faire un travail avancé en SAS. Et en terme d’expérience des lecteurs en lisant le livre, cela veux dire que je peux couvrir beaucoup plus de choses et les expliquer plus en détail sans avoir à doubler la tailler du livre.

Rick : Avec tous les changements, c’est toujours un livre pour quiconque utilise SAS, mais c’est essentiellement pour les gens qui sont nouveaux avec SAS, et pour les gens qui ont utilisé SAS et veulent attraper l’aspect programmation  sur SAS. Chaque jour, j’imagine qu’il y a un statisticien ou un analyste qui est déjà plutôt bon avec le côté analytique de SAS, qui décide qu’il veut devenir expert avec son côté programmation aussi, et j’espère  qu’il a une chance de lire Professional SAS Programming Secrets.

Rick : J’espère faire un film de cette nouvelle édition – Je l’ai écrit avec le format film en tête, et j’espère que ce n’est pas seulement une fantaisie, que je peux mettre les idées essentielles de ce livre dans un film qui ne soit pas plus de 8 ou 10 heures. Je pense qu’il y aura d’énormes avantages à montrer aux gens certains des aspects de la programmation SAS, certains des choses qui prennent plus d’un paragraphe ou deux à expliquer avec des mots. Je me suis focalisé cette année à faire le livre aussi bon que je puisse le faire, mais d’ici l’an prochain j’espère pouvoir rassembler les morceaux de production ensemble et commencer à faire le film.

Rick : Dès que je peux le gérer, j’espère l’an prochain, je veux faire une nouvelle édition avec un autre de mes livres, Professional SAS Programming Shortcuts.  Cela ne sera pas quelque chose d’énorme, je ne pense pas, mais il y a quelques technologies du web qui définitivement méritent d’être ajouté à ce livre. Je fais le mieux que je peux pour garder mes livres à jour, mais la plupart du temps cela ne dépend pas de moi. J’ai 10 pages de changement prêt à mettre dans Professional Sas Programmer’s Pocket Reference, mais les personnes du monde du livre disent « Il n’y a pas suffisamment de changements pour que les lecteurs achètent une nouvelle édition ». Je suis quasiment sûre qu’avec la nouvelle sortie de SAS, je serais capable de faire une nouvelle édition de ce livre.

Professional SAS Programming Secrets et les autres livre

Véronique : Quelle est la différence entre Professional SAS Programming Secrets et les autres livres ? Pourquoi  quelqu’un voudrait lire ce livre s’il a déjà lu un de vos autres livres, ou d’autres livres sur SAS ?

Rick : Professional SAS Programming Secrets est vraiment le livre « comment fonctionne SAS », le livre qui vous conduit derrière la scène afin que vous puissiez vraiment comprendre SAS de l’intérieur. Et dans la troisième édition, j’ai expliqué cela en détails, avec des exemples et des métaphores, d’une manière que personne n’a déjà fait avant. C’était trois chapitres avant, et maintenant c’est cinq chapitres, parce que c’est vraiment si important. Une fois que vous comprenez comment fonctionne SAS, tout est possible.

Rick : Il y a beaucoup de livre, y compris mon autre livre Professional SAS Programming Shortcuts, qui ce concentre sur certaines techniques que vous pouvez utiliser en SAS, et celles-là sont toutes très importantes. Si vous voulez faire toutes les choses que vous entendez au sujet des gens font avec SAS, c’est un sujet très large, beaucoup plus large que ce que vous pourrez avoir en un, ou deux, ou trois livres.

Rencontrer Rick Aster

Véronique : Y a-t-il d’autres moyens que vous utilisez pour partager avec d’autres personnes intéressées à SAS. Êtes-vous impliquez dans des forums, participez-vous à des conférences ? Où peuvent vous rencontrer vos lecteurs l’année à venir ?

Rick : J’assiste aux conférences autant que je peux, ce qui n’a pas été si souvent récemment. Je suis ravi, cependant, que tant de gens visite mon site web globalstatements.com. C’est environ 1000 personnes par jour, ce qui le positionne comme le plus important site web sur SAS indépendant. L’élément principal du site est le dictionnaire, où vous pouvez recherchez des mots liés à SAS. Une autre chose sur laquelle je travaille est le SAS épique, ou guide web, qui est supposé aider les gens à avoir les réponses qu’ils recherchent en seulement quelques cliques. Il y a toujours plus de choses que j’ai besoin de lui ajouter, c’est vrai. Et je reçois des emails d’un ou deux lecteurs par semaine, et j’essaie de mon mieux de répondre à tous les emails. Si je peux réussir à assister à quelques conférences ou événements l’an prochain, ils seront dans mon calendrier sur le site web dès qu’ils seront confirmés.

Message personnel aux lecteurs du blog

Véronique : Y a-t-il une choses que vous aimeriez vraiment partager avec les autres lecteurs du blog www.sasreference.com ?

Rick : Juste se souvenir que quand vous utilisez SAS pour travailler avec des données, vous travaillez avec le bord de la capacité humaine. Vous faites quelque chose qui ne pouvait pas être expliqué il y a une vie. C’est plutôt un endroit effrayant à être quand vous le regardez de cette manière.

Fin d’interview

Véronique : Merci d’avoir partagé votre expérience de SAS avec nous et d’avoir présenté ce nouveau livre qui devrait aider les utilisateurs SAS.

Rick : Merci, Véronique, pour tout ce que vous faites pour mettre à disposition des information utilisent aux utilisateurs de SAS.

Boutique

Lecture complémentaire

Lien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :