h1

4 étapes de base pour créer un data set avec PROC SQL

septembre 18, 2008

La procédure SQL disponible sous SAS est une alternative à l’étape data (data step en anglais) dans de nombreuses situations. La syntaxe est dérivée du langage SQL abbréviation de Structured Query Language. Il s’agit donc de faire une requête (query) auprès de SAS pour extraire une information à partir d’un ou plusieurs jeux de données.

Voici donc ici l’occasion de voir la syntaxe de base pour créer un data set à partir d’un autre data set.

1. Début et fin : les instructions PROC SQL et QUIT.

Pour débuter une procédure SQL, il faut taper une instruction commençant par PROC SQL et finir avec une instruction QUIT (et non RUN). Entre ces deux instructions, une nouvelle instruction créera le nouveau data set.

Il est possible d’avoir autant d’instructions entre PROC SQL et QUIT que voulu. Dans la suite, seul un data set sera créé. Il n’y aura q’une seule instruction.

proc sql;
*instruction 1: créer un premier data set par exemple;
*instruction 2 : créer un second data set par exemple;

quit;

2. Lister les variables après SELECT

Un mot introductif, SELECT : l’instruction centrale débute avec le mot-clé SELECT. A la suite figurent toutes les variables à garder.

La virgule comme délimiteur : A la différence d’un data step, la procédure SQL utilise la virgule et uniquement la virgule comme délimiteur entre les noms de variables.

proc sql;
select age, height, weight
from sashelp.class;
quit;

Renommer une variable avec AS : Au stade de la sélection des variables, il est possible d’assigner un nom différent de celui d’origine en se servant du mot AS.

Dans l’exemple ci-dessous, la variable d’origine s’appelle HEIGHT. Après cette variable s’appelle TAILLE.

proc sql;
select height as taille
from sashelp.class;
quit;

Ajouter des attributs : Dans un data step, les instructions ATTRIB, LABEL, FORMAT, INFORMAT et LENGTH sont disponibles pour définir les attributs d’une variables. Avec PROC SQL, les attributs sont à donner après le nom de chaque variable.

Exemple : Dans cet exemple, toutes les variables reçoivent un label. De plus, la longueur des variables NAME (caractère) et AGE (numérique) sont redéfinies.

proc sql;
select name length=15 label=‘Nom’,
age length=4,
height label=‘Taille’,
weight label=‘Poids’
from sashelp.class;
quit;

Note : Dans un data step, un symbole dollar ($) est obligatoire pour définir la longueur des variables caractères, alors qu’avec PROC SQL, ce symbole n’est pas demandé.

Lister toutes les variables : pour lister toutes les variables du data set source rapidement, le symbole étoile (asterik) fera le travail. Rien n’empêche d’ajouter d’autres variables à la suite.

Exemple : Dans l’exemple ci-dessous, toutes les variables du data set CLASS situé dans la bibliothèque SASHELP sont gardées. De plus, pour chaque observation, une variable EXTRA prend la valeur ‘TEST’.

proc sql;
select *, ‘TEST’ as extra
from sashelp.class;
quit;

3. Définir le data set source avec le mot-clé FROM

Dans chacun des exemples ci-dessus, un data set source a été introduit pas le mot-clé FROM.

4. Assigner un nom de data set avec CREATE

Par défaut aucun data set n’est créé : Avec un data step, il faut dans un premier temps créer le data set pour pouvoir ensuite l’imprimer. Avec PROC SQL, les informations sont automatiquement envoyées dans la fenêtre de destination (OUTPUT par exemple) si aucun nom de data set n’est donné avant la sélection des variables.

La structure de début de l’instruction centrale : Pour donner un nom de data set, il faut commencer l’instruction centrale par :

CREATE TABLE mon_nom_de_table AS…

Pourquoi un mot-clé TABLE ? : La présence du mot-clé TABLE se justifie par le fait que SAS est capable de créer plusieurs types de fichiers : les SAS data sets appelés aussi TABLE, et les VIEW. Pour débuter seules les TABLES nous intéressent, l’usage des VIEW étant beaucoup plus occasionnel.

Par ailleurs, sachez que les options du data set vues dans un data step (DROP, KEEP, RENAME, WHERE…)  s’appliquent également dans la PROC SQL mais seulement une fois le nouveau data set créé. Pour les curieux, il y a l’article « Je garde ou je jette ? les variables« .

proc sql;
create table class (drop=age) as
select *, ‘TEST’ as extra
from sashelp.class;
quit;

Depuis la version SAS 9, SAS demande explicitement d’éviter de créer un data set portant le même nom que le data set source. Si vous le faites, un message apparaîtra dans la log.

WARNING: This CREATE TABLE statement recursively references the target table. A consequence of this is a possible data integrity problem.

One comment

  1. Lovely. Great site.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :